Juifs et marranes de Corse


De tous temps la Corse a été une terre d’exil et de refuge. On y venait, on y restait, on devenait corse ou on mourrait. Il suffit de lire les archives de Gênes pour comprendre les allers-retours incessant, en dehors des périodes d’hivernage, des bateaux entre l’Espagne, la Toscane, la Turquie, l’Afrique du nord et la Corse. L’île hésita entre l’influence  de Rome et Carthage dans l’Antiquité avant celle de l’Aragon maître de la Sicile et de la Sardaigne et de la Toscane dont les Cités Etats de Pise et Gênes, quand ce n’était pas le Vatican, se disputaient l’influence sur l’île.

L’identité Corse est donc le fruit de ces intégrations successives, des marins partis aux colonies et parfois jamais revenus comme mon grand-père, de la diaspora corse et de ses rêves perdus, de la vision de Paoli qui le premier en Europe rédigea une constitution et accueillit les juifs en Corse à droit égal avec les citoyens de sa nation.

Les juifs sont probablement arrivés en Corse depuis la plus haute Antiquité. 

La présence juive a Bastia est attestée au XVème siècle. Après 1492 les juifs sont arrivés de Livourne à 150 km par la mer. Gênes, via l’Office Saint-Georges, une banque italienne administrait alors l’île. On trouve des traces de ces juifs dans les archives de la Sérénissime à la reconstruction de la ville par les génois (citadelle). Ainsi, le Notaire chancelier Giacomo Imperiale de Terrile écrit en février 1532 un document parlant de Benedetto de Murta, médecin à Bastia, « auparavant juif » [1].

La synagogue de Bastia, Beith Meir, a été installée en 1934 dans une ancienne banque génoise devenue ensuite un appartement, aujourd’hui le Rav Harboun y était.

Un corse ne quitte pas son île, dit un dicton corse, il s’absente .

NB: Le poing en corail à la fin de le vidéo est une amulette contre le mauvais oeil, l’Ochju en corse, le yetser Hara (‘le mauvais oeil’ en hébreu), dont le pendant est le lachion hara (la mauvaise langue = la lèpre dans la Bible). Le corail de corse et taillé aujourd’hui à Naples.

 

Le Dragut célèbre corsaire turc hivernait sur l’ile du Castiglione dans la baie de Porto-Vecchio et il n’était pas rare que des bateaux en route vers Alger se réfugient dans la baie de Saint Cyprien (vidéo) sur la cote est dans le sud de l’Ile pour s’abriter de la tempête sur la côte ouest (vidéo de la plage de la Tonara le même jour).

Galée

Caracca et galée du  XVIe siècle semblables à celles qui fondèrent Ventimila la Nuova (Porto-Vecchio) en 1578
(E. Marengo, C. Manfroni, G. Pessagno: La Banque San Giorgio …).

Map

L’itinéraire d’hiver probable en novembre 1578 des bateaux
qui fondèrent la citadelle de Porto -Vecchio,
probablement un certain nombre des marranes
(les "Giacomo" se transforment en "Giacobo" une fois sur place,
puis se fondent dans la population suite à la malaria)

corse du sud

Fresque de 1580 d’Egnatio Danti, représentant la Corse du sud vue du nord.
Ventimilia la Nuova est signalée ainsi que la baie de Saint Cyprien.
La Tonnara se situe entre la vallée de Figari et Bonifacio
(Musée du Vatican, Galerie des cartes géographiques)

Cliquer sur la carte pour l’agrandir

De nombreux lieux et patronymes en Corse témoignent de leur présence comme Casalabriva (la maison de l’hébreu prés d’Olmeto en Corse du Sud). Probablement le village de Livia, Lévie prés de chez nous. (Qui pourrait aussi dire "les voies"- un croisement de routes, si on orthographiait "levie" et non "Livia")

Levie

Voir aussi sur ce blog:

La Corse, île de justes, France 5 rouvre le débat

Cédrats de Souccot en Corse

Histoire des juifs de Corse "L’abrei corsi"

"L’âme marrane, judaïsme et modernité" de Yirmiyahu Yovel

Serge Klarsfeld: "La Corse est bien une île des Justes"

(1)     Notaire-Chancelier Giacomo Imperiale de Terrile, liasse 44, 1532. Diversorum. Cité par Antoine-Marie Graziani, Vistighe Corse, guide des sources de l’histoire de la Corse dans les archives génoises, Epoque moderne 1483-1790, Tome 1, Volume 2, Editions Alain Piazzola, Archives départementales de la Corse du Sud, Ajaccio, 2004. Pg. 303.

 

Catégories:Marranes Tags:, ,

Pessah, fête de l’UN


 

Une méditation sur le korban Pessah suite à une conférence du Rav Harboun sur l’Unité du korban Pessah.assiette-de-seder

Pessah, fête de l’UN

Un seul korban Pessah

Concernant le korban Pessah, le sacrifice pascal, les os de l’agneau ne devaient pas être brisés, cassés en deux, ils devaient être UN. Lors de la grillade, la bête devait rester entière ; ne pas être découpée auparavant en morceaux. L’agneau devait être : ben chana, (fils de l’année, il a un an) , tamim, entier, sans défaut. UN.

Pas de demi mesure,pas de découpe : "N’en mangez rien qui soit à demi cuit, ni bouilli dans l’eau mais seulement rôti au feu, la tète avec les jarrets et les entrailles".(Ex 12, 9) 

Voilà pourquoi on met un os dans l’assiette du Seder (photo)

Un seul jour du mois UN

Tout se passe le  mois UN, lehadeshei (לְחָדְשֵׁי הַשָּׁנָה.) de l’année : "Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois; il sera pour vous le premier des mois de l’année." (Ex 12, 2)

Tout doit se dérouler en un jour,  on ne doit pas consommer le korban Pessah le lendemain, Il était proscrit d’en laisser jusqu’au matin ; tout devait être consommé la nuit même. le jour devait être UN.: "Et l’on en mangera la chair cette même nuit ...Vous n’en laisserez rien pour le matin; ce qui en serait resté jusqu’au matin, consumez-le par le feu." (Ex 12, 8. 10)

Une seule famille

"On se procure UN agneau par maison" (Ex 12, 3). "Celui dont le ménage sera trop peu nombreux pour manger un agneau, s’associera avec son voisin, le plus proche de sa maison, selon le nombre des personnes; chacun, selon sa consommation, réglera la répartition de l’agneau." (Ex 12, 4). Les familles doivent se réunir être UNE.

La famille doit rester unie dans sa maison : "Que pas un d’entre vous ne franchisse alors le seuil de sa demeure, jusqu’au matin." (Ex 12, 22)

Un seul peuple

La fête de Pessah est la fête de l’UN nous a expliqué le Rav Harboun. en effet il faut faire l’unité du peuple : le pauvre est invité à la table dés le début de la Haggadah, le peuple doit être UN, ehad‘ :

«  Voici le pain de misère que nos pères ont mangé en terre d’Egypte. 
Quiconque a faim vienne et mange !
Quiconque est dans le besoin vienne et célèbre Pessah avec nous !
Cette année ici, l’an prochain dans le Pays d’Israël
cette année esclaves, l’an prochain, hommes libres. »

Haggada de Pessah 

Tous sont invités à la fête, le Lévie (qui ne possède pas d’argent durant Pessah’ car ils ne possédaient aucun terrain en Erets Israël), l’étranger, le serviteur, la servante, l’l’orphelin,la veuve… tous sont UN :

« Durant 6 jours tu consommeras des Matsot et le 7ème jour sera un évènement pour Hachem ton D… Tu ne feras aucun travail…Tu te réjouiras devant Hachem ton D., toi, ton fils, ta fille, ton serviteur, ta servante, ainsi que le Levi qui habite parmi toi, et l’étranger ainsi que l’orphelin et la veuve qui sont au milieu de toi, à l’endroit qu’Hachem ton D. choisira pour y faire résider son Nom. » (Dévarim chap.16)

Lire la suite…

Catégories:Solennités et fêtes

Chabbat Hagadol : le Grand Chabbat, 12 Nissan 5774


Sefer torah

La dracha du Rav Haïm Harboun pour Chabbat Hagadol.
12 Nissan 5774, 12 avril 2014

Le Chabbath précédant Pessah‘ s’appelle Chabbath Hagadol ‘‘le Grand Chabbath’’. En effet le 10 Nissan de l’année juive 2448, année de la Sortie d’Egypte, tomba un Chabbath. Ce jour là comme l’avait ordonné Moïse, sur l’ordre de D., les enfants d‘Israël prirent un agneau par famille qu’ils gardèrent attaché au pied de leur lit jusqu’au14 Nissan. Dans l’après midi de ce jour, ils sacrifièrent l’animal pour en griller la viande et la consommer le soir du 15 Nissan en conclusion (Afikomen) du premier soir du Séder de l’histoire d’Israël. Les ovins étaient considérés comme des animaux sacrés de l’Egypte et les tuer était un sacrilège. Cependant les Egyptiens ne réagirent pas et on peut considérer que pour la première fois, Israël s’affranchit du joug de l’Egypte. Lire la suite…

Paracha Tetsavé : le corps et les idées


La dracha de Gérard Haddad sur la Paracha Tétsavé sur le site Akadem : cliquer ici

"Et toi tu ordonneras aux fils d’Israël et ils t’apporteront de l’huile d’olive pure pressée pour la lumière
pour faire brûler une lampe sans cesse"
(Exode, chapitre 27 )

neer tamid

Midrach Tan’houma sur Parachat Tetsavé, chapitre 27 §4 "Et ils t’apporteront"

Dieu dit à Moïse: ce n’est pas Moi qui ai besoin de cette lampe, mais c’est pour toi qu’ils l’apporteront, pour que tu puisses voir où tu entres et où tu sors.

A quoi cela ressemble-t-il ?

A un aveugle et un clairvoyant qui marchaient ensemble. Le clairvoyant soutenait l’aveugle. Le soir le clairvoyant dit à l’aveugle, allume-nous la lampe.

L’aveugle lui dit: "jusqu’à présent tu me guidais dans l’obscurité alors que moi-même je n’y vois rien, et maintenant tu me demandes d’allumer la lampe ?!"  Le clairvoyant c’est Dieu, à propos duquel il est écrit "Les yeux de l’Eternel parcourent toute  la terre" (Zacharie 7,10). L’aveugle c’est le peuple juif à propos duquel il est écrit "Nous errons comme des aveugles le long d’un mur, comme des gens privés de leurs yeux nous marchons à tâtons" (Isaïe 59,10).


Mishna Péa, chapitre 1, Mishna 1

Voici les actions dont l’homme mange l’usufruit dans ce monde-ci, mais dont le capital se trouve dans le monde à venir : le respect du père et de la mère, les bienfaits, la réalisation de la paix entre un homme et son ami, mais l’étude de la Torah équivaut à toutes ces actions.

 

Synagogue en Tunisie, le pays de Gérard Haddad

Etude de la Torah dans une synagogue en Tunisie, le pays de Gérard Haddad

Toda ! Merci

12 avril 2014 3 commentaires

TODA par Haïm Moshe

תודה על כל מה שבראת
תודה על מה שלי נתת
Toda al kol ma shebarata, 
Toda al ma sheli natata.
Merci pour tout ce que Tu as créé, 
Merci pour ce que Tu m’as donné.
על אור עיניים
חבר או שניים
על מה שיש לי בעולם
על שיר קולח
ולב סולח
שבזכותם אני קיים
Al or einayim,
Chaver oh shnayim,
Al ma sheyesh li ba’olam.
Al shir kolei’ach
Velev solei’ach
Shebizchutam ani kayam.
Pour la vue,
Un ami ou deux,
Pour ce que j’ai dans le monde,
Pour un chant qui coule,
Et un cœur qui pardonne
Car grâce à eux, j’existe.
על צחוק של ילד
ושמי התכלת
על אדמה ובית חם
פינה לשבת
אישה אוהבת
שבזכותם אני קיים
Al tzchok shel yeled
Ushmei hat’chelet
Al adama – uvayit cham.
Pina lashevet
Isha ohevet
Shebizchutam ani kayam.
Pour le rire d’un enfant
Et le ciel d’azur,
Pour la terre – et une maison chaleureuse,
Un endroit où s’asseoir,
Une femme amoureuse,
Car grâce à eux, j’existe.
על יום של אושר
תמימות ויושר
על יום עצוב שנעלם
תשואות אלפיים
וכפיים
שבזכותם אני קיים.
Al yom shel osher,
T’mimut veyosher,
Al yom atzuv shene’elam.
Tshu’ot – alpayim,
V’chapayim,
Shebizchutam ani kayam.
Pour un jour de bonheur,
L’innocence et l’honnêteté,
Pour un jour triste qui disparaît,
Deux mille acclamations
Et des mains qui applaudissent,
Car grâce à eux, j’existe.
Catégories:Art

TEDx Société Générale, "L’odyssée du héros" :)


ted

 

Didie Long Société Générale

Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design), sont organisées par la fondation à but non lucratif  Sapling foundation, créée par Chris Anderson pour diffuser des « idées qui valent la peine d’être diffusées » ( ideas worth spreading). Les premières conférences se sont tenues en Californie en 1984. Depuis TED s’est répandu dans le monde entier. Le mouvement est arrivé en France en 2009.

Ce type de conférences où interviennent en 16 minutes maxi chrono des scientifiques, des économistes, des gens d’ONG en Afrique et ailleurs, des entrepreneurs, des visionnaires mondiaux, des artistes, … sont d’une concentration d’énergie incroyable. D’un coup on se rend compte qu’on ne peut plus compter sur (ou maudire!) l’Etat et les impôts, les sociétés démocratiques étant devenues, comme chacun le sait le meilleur système pour ne pas se préoccuper de l’intérêt général… Pour TED, chacun, même le plus modeste est responsable et peut changer le monde par son propre parcours. Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi mais demande toi ce que tu peux faire pour ton pays ! Il faut avoir vécu un TED pour comprendre cela. J’avais déjà participé à TEDx Alsace en décembre 2012.

Je me suis donc rendu amusé à un TEDx à la Société Générale. Drôle de lieu pour un TEDx à but non lucratif .

 

Salle de Trading -Société Générale

Salle de Trading -Société Générale, la plus grande  salle de marché du monde

 

C’est pourtant bien la Société Générale qui a organisé hier un TEDx pour ses collaborateurs sur  le thème de l’engagement. J’étais donc venu là en tant que speaker à la demande d’un vieil ami de McKinsey avec qui j’avais fait mon BCR (Basic consulting readiness dans la langage de la Firme) à Rome il y a 14 ans, Benoît Rousseau, un marathonien en acier trempé. Je retrouvais aussi là mon amie Thanh Nghiem que j’ai déjà présentée sur ce blog.(voir son TEDx en Alsace l’an dernier en bas de cette page).

Didier Thanh Benoit

 Didier, Thanh et Benoît

 

Eh bien c’était formidable ! Le parcours était organisé autour de The Hero’s Journey de Joseph CampbellLe voyage du héros de Joseph Campbell illustre le voyage un individu a à parcourir pour se transformer et transformer son environnement.  A travers 12 étapes de transformation, du monde ordinaire, à un monde extraordinaire, de retour vers le monde ordinaire avec l’élixir, 12 talks de 12 intervenants illustraient les étapes du voyage.

Les speakers

TEDxSG

Il fallait un immense courage aux organisateurs pour faire venir :

Didier Marlier, nous a d’abord parlé a l’aide de slides et de spraysheets excel des statistiques de la violence au Brésil. Puis il nous a parlé de Diego Frazão Torquato, cet enfant brésilien dont la photo, jouant du violon en pleurs aux funérailles de son professeur qui l’a aidé à sortir de la misère assassiné en 2009, a fait le tour du monde. Diego avait un cancer du sang et il est décédé en 2010.

Marlier

 

Puis il nous a demandés ce qui nous aidait le plus à nous mettre en route et prendre une décision : les statistiques du crime ou l’histoire de Diego Frazão Torquato. Et vous ?

Noella Cousiaris Masters, née en République Démocratique du Congo et venue des US. Top model, elle a fondé la  la Georges Malaika Fundation (du nom de son père , "ange"en swaïli, je pensais malakh en hébreu! ) qui a ouvert des écoles pour les enfants pauvres. (voir son interview en bas de page)

Xavier Lagarrigue qui nous a parlé de la "peur de la peur" d’entreprendre. Les dix raisons de ne pas avoir peur.

Kjell Nordstrom, Économiste, professeur à l’Insead, écrivain, (L’homme du livre Funky business) est venu de Stockholm pour nous a montré l’impact de l’urbanisation (10% des personnes sur cette planète vivaient dans des villes il y a un siècle 50% aujourd’hui mais 63% des personnes à Stockholm vivent seules)  et des savoirs soft sur nos manières de vivre. Dans ce contexte il ne faut plus parler de multinationales mais de multicities, si les gens se rassemblent dans les villes c’est parce qu’ils échangent un savoir soft qui constitue l’essentiel des échanges et savoirs. C’est un changement radical de paradigme … (voir une de ses vidéos en bas de  page)

Thanh Nghiem petite génie des grandes écoles, diplômée de l’école des Mines à 21 ans puis de l’Institut européen d’administration des affaires…la plus jeune partner femme McKinsey  à 30 ans…  elle quitte le monde des grandes entreprises pour celui des ONG. Elle fonde l’institut Angenius, qui crée des projets destinés à favoriser des modes de vie durables. Cette année elle tissait des ponts entre le Viet Nam et la France.(voir un de ses talks en vidéo en bas de  page)

Priscille Vincent qui sort mutilée mais vivante d’un drame en 2006 et qui retrouve le désire de vivre et de peindre.

Taig Khris, franco-algérien né à Alger d’un père algérien et d’une mère grecque, champion du monde Roller extrême,  nous a raconté son combat. Sa devise :  "Tomber 7 fois, se relever huit!" Magnifique non ?

http://www.youtube.com/watch?v=Ulz_SHJQgiU

Des héros magnifiques. Une pèche d’enfer. Des femmes et de hommes sincères. Des perdants magnifiques. Des gueules cassées du grand combat de la vie. Mais celles qui m’ont le plus touché ce sont les soeurs Gabrielle et Deborah Portnoï. Un numéro de jumelles plein de tendresse. Ces deux filles là vont aller loin. Pourtant elle n’avaient rien pour réussir au départ…

 

Gabrielle et Deborah Portnoï

Depuis 2008, elles sont fondé T1SCH – The 1st Signed Channel, Glove.tv. Il s’agit de la première chaine de télévision généraliste bilingue, langue des signes et langue française, qui sera lancée fin 2011. Ces deux CODA ( Child of Deaf Adults ) filles de parents sourds parlant avec le langage des signes, sont des âmes magnifiques. Elles ont raconté comment elles traduisaient les films pour leurs parents hongrois et roumain en langage des signes, avec une Yiddish mama pour grand mère, et disant les prières pour leur papa sourd muet.

 

Deborah et Gabrielle Portnoï - Didier Long

Deborah et Gabrielle Portnoï – Didier Long

 

Justement, elles cherchent à lever des fonds pour leur télé, alors si quelqu’un est inspiré… ????? Ecrivez-moi vite ! Je leur transmets.

http://www.youtube.com/watch?v=lh_ZUt-O34Y

Leur histoire m’a fasciné. Surtout après avoir pensé tout mon Talk atour du silence,de l’écoute et de l’appel… sans même savoir qu’elles seraient là.

 

"L’appel du héros", mon Talk

J’intervenais donc en seconde position sur le thème de l’Appel du héros. Voilà ce que j’ai dit :

Ecoute…

Je me suis souvent demandé pourquoi la Règle de saint Benoit qui est la Règle des moines d’Occident commence par le mot Ecoute : ausculta o filii, Ecoute ô mon fils la parole de D.ieu. Et la grande prière juive aussi  « Chema Israel Ado-nai éloénou Ado-nai e’Hade, Vea avta ete Ado-nay eloekha bekhol levavkha ». « Ecoute… tu aimeras… de tout ton cœur » Les moines chrétiens et les juifs disent les mêmes mots : « Ecoute ! ».

Forcément il doit y avoir un truc à entendre. C’est toute l’histoire de ma vie. Il y a Quelqu’un qui nous appelle.

1980, je suis  ouvrier chez Michelin à Clermont-Ferrand. J’ai 15 ans, je travaille 40 heures par semaines, onze mois sur douze, une sorte de bagne à ciel ouvert. L’atelier devant une fraiseuse au mois de juillet c’est le pavillon témoin de l’enfer sur terre. Un bruit !!!

17 ans. Changement de route. Après une dépression, le bruit sans doute… un ami m’aide. Il lit la Bible. Je lis l’histoire d’Abraham, de Job de tous ces types qui ont tout perdu, leur pays, leur famille, leur fortune, leur espoir sur cette terre et à qui D.ieu d’un coup promet le Ciel. Comme Abraham : « Lekh Lekha, Va, Va, quitte ton pays, le lieu de ta naissance, la maison de ton père et tu iras vers le pays que je t’indiquerai… » Il est appelé, et Abraham part. Et à la fin de sa vie Dieu appelle encore Abraham : « Lèves-toi, Prends ton fils unique, celui que tu aimes Isaac, Lekk Lekha, Va, Va! au pays de Moriah, et tu l’offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai. » Ça se passe la nuit, dans la Bible D.ieu agit la nuit, la création du monde, la sortie d’Egypte, le ligature d’Isaac, la Rédemption, c’est la nuit comme dans nos vies. Et D.ieu appelle… L’Eternel appelle des gens sans importance ou des inconnus comme Moïse « Va parler à ce peuple ! » qui répond « Mais je suis bègue ! » ou les prophètes comme Amos derrière le troupeau. Je me dis : mais c’est moi ça ! Et je pars.

Lire la suite…

Les enfants d’Izieu


izieu

Le reportage sur les enfants d’Izieu au 20h de France 2 ce soir :
http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-dimanche-6-avril-2014_564505.html

Vers 23’ 22’’

Catégories:Holocauste
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 191 followers