Comment, un japonais, Chiune Sugihara, a sauvé la Yéchiva de Mir des nazis

Je ne sais pas quel ‘hasard’ Google vient de publier un Doodle de Chiune Sempo Sugihara ?(Doodle = ces petites images qui apparaissent à coté de la barre de recherche)

Google Doodle de Chiune Sempo Sugihara

Je voudrais vous raconter aujourd’hui l’incroyable histoire de la plus grande yechiva du monde (6000 étudiants) aujourd’hui en Israël et comment ses étudiants et leur Rav ont été sauvés par… Chiune Sugihara ,  זֵכֶר צַדִּיק, לִבְרָכָה, la mémoire du Juste est une bénédiction (Pv 10, 7).

Petite localité de 2 000 habitants située au sud ouest de Minsk (Biélorussie), Mir était autrefois l’un des principaux centres de l’enseignement juif en Europe. Sa yechiva fondée en 1814 comptait 700 étudiants vers 1940. L’arrivée de l’armée rouge en 1939 oblige les juifs à fuir Mir. La yéchiva de Mir arrive à Vilnus en Lituanie en 1939. Ils y restent 2 mois puis vont puis à Keidan (Lituanie). Ils sont sous l’autorité du Rav Chaim Leib Shmuelevitz– ZAL (1902- 1979).

Le Rav Chaim Leib Shmuelevitz – 1958

C’est alors qu’ils entendent parler d’un japonais arrivé à Kaunas (Kovno) capitale de la Lituanie jusqu’en 1940 : Chiune Sugihara

Celui-ci, consul du Japon en Lituanie fraîchement débarqué va délivrer 2 140 visas de transit vers le Japon à l’insu et contre les ordres de sa hiérarchie aux juifs qui viennent le voir.  Parmi eux les 700 étudiants de la Yechiva de Mir.

Chiune Sugihara a négocié avec la Russie de leur permettre de voyager par le chemin de fer transsibérien puis vers Vladivostok . Et c’est ainsi que la yéchiva de Mir débarque… à Kobé au Japon.

Ils y sont accueillis par un japonais : Seyu Kotsuji. Cet homme va obtenir la prolongation de plusieurs milliers de visas du gouvernement de Konoe… et deviendra rabbin.

Malheureusement le Japon rejoint l’alliance tripartite le 27 septembre 1940, un pacte de guerre regroupant l’Allemagne nazie, le Japon et l’Italie fasciste. Au bout de six mois on fuit donc vers Shanghai en Chine. Elle s’installe dans la synagogue Beit Aharon, qui a ouvert ses portes en 1920. Les étudiants y resteront jusqu’à la fin de la guerre.

Peu de temps après son arrivée le Rav Shmuelevitz reçoit un passeport américain pour lui et sa famille… mais il le refuse tant que ses étudiants n’auront pas le leur !

Le Rav Shmuelevitz devient responsable des besoins financiers de toutes les institutions juives de la ville: des contingents des yeshivas de Kamenetz , Kletzk , Lubavitch et Lublin.

Les étudiants de la Yechiva de Mir à Shangaï, après avoir fui l’Europe de l’Est durant la Seconde guerre mondiale, grâce aux visas délivrés par Chiune Sugihara. (Crédit : famille Bagley)
Étudiants, enseignants et rabbins de la yeshiva de Mir en exil à Shangaï (Chine), 1942

Deux directeurs de la yechiva avaient fui l’Europe en 1939, l’un vers la Palestine (Rav Eliezer Yehuda Finkel ) , l’autre vers les États-Unis . À la fermeture de la « branche » de Shangai en 1947, les étudiants se partagèrent entre la yechiva de Jérusalem et celle de Brooklyn.

Un groupe d’étudiants la yechiva de Mir posent avec un aumônier américain à Shanghai vers 1946

Berel Shafran est dans la deuxième rangée, au centre. 
Moshe Zupnik est au deuxième rang à partir de la droite et Chaim Kaminetsky est à sa gauche. 
Isadore Schneebalg est à l’extrême droite. 
Avrohom Gardin est debout à l’extrême gauche dans un manteau blanc et un pull foncé. 
Yaakov Erdman est le deuxième à gauche.

En 1947, la yeshiva et Rav Shmuelevitz rejoignent son beau-père, Rav Eliezer Yehudah Finkel, au la Yechiva de Mir à Jérusalem.

Rav Chaim Leib Shmuelevitz
Chana Miriam Shmuelevitz Épouse du Rav Chaim Leib Shmuelevitz et Fille de Rabbi Eliezer Yehuda Finkel, et sa soeur Ghita à Shangaï en décembre 1946 en route pour Marseille (Yad Vashem)

Le Rav Chaim Leib Shmuelevitz, roch yechiva de Mir pendant 40 ans, est le héros de ce périple qui va de la Pologne à Jérusalem en passant par la Chine. Lui et le mashgiach , Rav Yechezkel Levenstein, ont assumé la responsabilité de la gestion quotidienne de la yechiva et son fonctionnement quasi interrompu pendant toute la guerre.

Pendant les 32 années suivantes, jusqu’à sa mort en 1978, il enseignera des milliers de disciples.

Aujourd’hui, la yechiva de Mir à Jérusalem est la plus grande du monde.

La deuxième partie du verset 7 du chapitre 10 du Livre des proverbes gagne à être connue :

וְשֵׁם רְשָׁעִים יִרְקָב

« le nom des méchants tombe en pourriture »

C’est exactement ce qui est arrivé aux nazis…

Le 7 juin 2016, en présence de son dernier fils, le nom de Chiune Sempo Sugihara a été donné à une rue de la ville de Netanya pour le 30 ème anniversaire de la mort de ce Juste parmi les Nations (Yad Vashem 1984).

Un commentaire sur « Comment, un japonais, Chiune Sugihara, a sauvé la Yéchiva de Mir des nazis »

Laisser un commentaire