D’où vient l’étoile de David (maguen David) ?

Post en l’honneur de l’anniversaire du Rav Haim Harboun.

« Je suis un narcisse de Saron , Un lys des vallées » (chochanat ha-‘amaqim) » (Ct 2, 1)

Salomon rendit un vibrant hommage au lys dans son Cantique des Cantiques.

Lys corse, plage de Carataggiu, hier soir

La stylisation de cette fleur a six pétales a abouti à l’étoile à six branches. La maguen David.

Cette fleur, vue de haut, a la forme de l’étoile de David, une étoile se divisant en douze triangles équilatéraux, chacun représentant une des tribus d’Israël.

Sa plus ancienne représentation se trouve sur un Sceau judéen de la ville de Sidon (Phénicie / Liban actuel) datant du VIIème siècle av. notre ère et ayant appartenant à un certain Josuhua ben Assayahu (joshua benAsaïah). 

A l’époque du temple de Zorobabel, on la retrouve dans le second temple de Jérusalem achevé vers 515 avant notre ère.

Au 4ème siècle avant notre ère, la maguen David orne les sceaux de la ville de Jérusalem.

On la retrouve dans la synagogue de Capharnaum au 2ème siècle de notre ère.

Synagogue de capharnaum, Israël, 2ème siecle

Dans l’Antiquité, la fleur de lys à six pétales était gravée sur les tombeaux juifs des catacombes.

L’hexagramme, connu des arabes sous le nom de « Sceau de Salomon », était dès le Moyen Age appelé « Bouclier de David » par les Juifs (1). Il est devenu le symbole du peuple juif.

Mazal Tov Rav Haim !

(1) : André Neher, David Gans (1541-1613) : disciple du Maharal, assitant de Tycho Brahe et de Jean Kepler, page 130, 1974, Klincksieck.

Un commentaire sur « D’où vient l’étoile de David (maguen David) ? »

  1. Bonjour,
    Excellent ce verset et l’étude qui va avec les annotations de bas de page de la bible de Jérusalem 1956,depuis le temps que l on parle de l’achèvement des temps messianiques ,
    c est encourageant.
    Un chretien (de Montpellier)

Répondre à Oliver Annuler la réponse.