« Fais-toi un maître… et juge tout homme sous un jour favorable »

Nous autres Corses sommes liés à Marseille… capitale du Continent.

J’y ai passé ce Chabbat de mon anniversaire avec mon Rav Haïm Harboun. Paracha de Vayera : il m’accueilli avec son épouse et la mienne comme Abraham a accueilli les anges !

Je l’ai revu le dimanche dans sa bibliothèque d’une vie entière consacrée à l’Etude.

Il a eu son doctorat d’État en histoire en écrivant sur la pensée de Rabbi Nissim de Marseille. Nissim ben Moshe de Marseille fut un penseur des XIIIe et XIVe siècles. Il a écrit un commentaire philosophique sur le Pentateuque vers 1306, lorsque la lutte entre les orthodoxes et les amis de la philosophie était à son comble. Cela n’empêche cependant pas Nissim de donner des explications rationnelles aux miracles et aux récits de la Torah. Ainsi, il explique que la destruction de Sodome et de Gomorrhe était due à une éruption volcanique, semblable à celle qui en 1302 avait dévasté l’île d’Ischia. Une pensée rationnelle qui est bien celle de mon maître.

A la musique aussi.

Pirkéi Avot nous dit :

Yehochouâ, fils de Prahia disait : « Fais-toi un maître, acquiers toi un compagnon d’étude et juge tout homme sous un jour favorable. »

(PA 1, 16)

« Fais-toi un maître, défais-toi du doute et ne prélève pas la dîme avec approximation. »

(PA 1, 16)

Rabbi Elâzar, fils de Chamouâ, disait : « Que la dignité de ton disciple te soit aussi chère que la tienne ; que la dignité de ton compagnon soit comme la déférence envers ton maître ; et que la crainte (considération) révérencielle pour ton maître soit aussi grande que celle que tu voues envers Dieu. »

(PA 1, 15)

Laisser un commentaire