TECHOUVA, Le retour – Didier Meïr Long – DocuWeb

C’est l’histoire d’un ado qui hésite entre voyou et ouvrier chez Michelin… Il devient moine à l’Abbaye de la Pierre Qui Vire. Au bout de dix ans de cloître en silence dans la forête, il tombe amoureux d’une journaliste venue l’interviewer, puis il devient consultant chez Mckinsey puis un des pionniers de l’Internet en France.

Il découvre ses origines juives en Corse et celles de sa femme en Alsace et devient juif de stricte observance via la conversion orthodoxe. On rencontre dans cette histoire un rabbin oriental truculent: Haïm harboun, une communauté juive chaleureuse : Gaston, Jacob, Fabrice, le Grand Rabbin de France Haïm Korsia… un psychanalyste disciple de Lacan : Gérard Haddad.

On voyage en Corse, en Bourgogne et en Alsace, A New York City, à Amsterdam ou Gérone en Espagne. Une série en 13 épisodes.

Une Techouva (תשובה : « le retour », « la réponse » en hébreu).

4 commentaires sur « TECHOUVA, Le retour – Didier Meïr Long – DocuWeb »

  1. Bonjour

    Mon arrière arrière grand tante Thérèse Jud en 1865 a bien des origines juives comme vous le disiez, son ancêtre s’appelle Christiana Judin (Ranspach le Haut / Le Bas) du Haut Rhin, en 1745. Communauté du Sundgau entre Mulhouse et Bâle. A Muespach, village distant de 4 km, j’ai un Simon Jud fils de Simon Juder, les conversions ont donc eu lieu en 1700-1750. Merci pour votre aide. Cordialement.

  2. Merci à Didier haim Meir, pour ce bouleversant témoignage de Vie, Merci au Grand D.ieu d.israel, cela me bouleverse profondément. Merci cher Frére, en Yechoua, en Hachem, merci, merci. Nicky Strich

  3. Bonjour Meir, singulier chemin que le vôtre… Sachez que suite à votre précieux cadeau de cette petite prière en hébreu qui me semblait il y a bientôt deux ans l’idéal à trouver, les mots du Chema me viennent tout seul désormais, même si de temps en temps, se sont les mots du Notre Père qui émergent, réveillant une grande dualité dans mon monde intérieur… Et si depuis quelques mois, je suis en pause dans mon apprentissage de l’hébreu, du fait de l’installation dans les « Montagnes Noires » bretonnes, le désir de m’y remettre est là… Avant cette pause, il me manquait deux ou trois lettres, pas encore intégrées, mais j’arrivais à lire des phrases. Je n’y arrive plus… Je vais reprendre l’étude… La prochaine étape sera-t-elle l’apprentissage du breton ? Je ne sais pas si mon disque dur interne en aura la capacité… Bon hiver à vous et à vos proches et merci de ce témoignage.

Répondre à Pataille Annuler la réponse.