L’enterrement d’Ady Steg cette après-midi

L’enterrement d’Ady Steg à Pantin cette après-midi était très émouvant. Du soleil, des pleurs et des rires, tous ses petits enfants ont parlé c’était tellement beau. Et ses fils aussi bien sûr. On était captivés par la vie de cet homme si grand et si humble et tous ces détails singuliers qui le font vivre parmi nous, le travail de mémoire a commencé.

Le GR Haïm Korsia a dit : « Vous avez devant vous la vie d’un Tsadik ». Et on a lu les lignes de Hannah Szenes, cette jeune combattante de la Hagannah parachutée en Yougoslavie en 1944 parmi les partisans, pour aider au sauvetage des juifs, arrêtée torturée et fusillée :

« Il est des étoiles dont la lumière n’atteint la terre qu’après qu’elles se soient désintégrées et ne sont plus. Il est des hommes dont la mémoire scintillante éclaire le monde après qu’ils aient disparu ».

Puis le GR Haïm Korsia il a repris les mots de Jacques Chirac à Ady Steg parlant du grand professeur qui était resté le « petit garçon de 7 ans arrivé en France le coeur grand ouvert », « un de ces juifs qui a fait la France » a dit le GR Korsia. « Ady Steg avait le cœur grand ouvert ».

On a dit le Kaddish et on a jeté de la terre d’Israël dans sa tombe. Tout était très simple. Comme lui.

Haïm a repris le passage du Talmud qui dit : « Jacob n’est pas mort car chaque fois qu’on parle de lui ses lèvres sourient dans sa tombe ». Ady devait sourire quand tous ses enfants parlaient de lui, les larmes au yeux et le rire souvent. Un Tsadik.

Laisser un commentaire