ELEGIE POUR EVE MENK BERTRAND par Didier Meïr Long

Eve (Ahva) Menk-Bertrand, Jérusalem.

Rav Haïm Amsellem Arié Tolédano

Il y a 5 ans, dans ton testament, mon amie Eve, tu nous as désignés Arié Tolédano ainsi que moi-même pour dire les élégies de ta levaya. Cet honneur est pour nous la mistvah la plus haute, elle nous oblige.

L’Eternel n’a pas permis que je sois là, à côté de toi en ce jour de soleil à Jérusalem, la veille de Nissan, le mois du renouveau, alors je confie à Arié ces mots d’admiration et de tendresse pour toi Eve, Hava bat Sarah, zikhrona liverarkha, que ton souvenir soit une bénédiction.

Autant te dire qu’à cette heure de confier ton corps à la terre notre cœur est serré. Eternel, viens à notre secours !

Je voudrais évoquer 4 mots qui rappellent ton âme. Et tout d’abord Ratson, la « volonté »

RATSON, LA VOLONTE

Hava, tu es née Eve Bertrand. Tu as vécu ta jeunesse dans l’Aude prés de Narbonne et Argeles. Tu es d’une très ancienne famille de la vigne. « Le vin est bon quand la vigne souffre » sous le soleil disent les gens du coin.

Tu as gardé de cet enracinement une solide volonté. Ein davar Omed lifné haratson , « Rien ne résiste à la volonté ».

J’ai reçu cette sentence de mon ami et maître le Grand Rabbin Haïm Harboun. Elle te qualifie Hava !

C’est cette volonté qui t’a amenée en un long parcours lancinant, à revenir au judaïsme de nos pères et à l’alyia en terre d’Israël où nous sommes.

Quand je t’ai rencontrée il y a quelques années tes premiers mots ont été : « Didier- Meïr, je suis juive et je veux rejoindre la terre d’Israël ! ».

Tel Abraham le premier croyant, Eve, tu as quitté ta maison et la terre de ton père et tu es partie vers le pays que l’Eternel t’a désigné en devenant Hava.

Il y a un an tu m’as écrit : « j’apprends intensément l’hébreu depuis 2 ans, je vais travailler la moitié de mon temps à Tel Aviv. » Tu as ainsi réalisé le rêve éveillé d’Eliézer Ben Yehouda : « Parler la langue sacrée sur la terre des pères ». Celui qui a accompli l’Alyia a réalisé tous les commandements nous dit Maimonide. C’est ce que tu as fait. Et avec quelle volonté !

La première fois que je t’ai vue, j’ai immédiatement compris que tu étais comme moi, hantée par la mémoire juive. Par une de ces facéties de D.ieu, tu étais née une âme juive dans un corps chrétien. Et par ta seule volonté tu as conformé ton corps à ton âme par les mitsvoth pour revenir à l’Eternel.

Convertie en décembre 2020 avec le Rav Haim Amsallem qui était une lumière pour toi Hava, dés février 2020 tu as été accueillie comme une sœur par Arié Tolédano. Et tu es venue vivre et déposer ta vie ici ma sœur.

De l’Occitanie à Jérusalem, Ratson : « la volonté », c’est le premier mot qui te caractérise..

SIMHA, LA JOIE

Le deuxième mot qui me vient à l’esprit Hava pour toi, c’est la Simha, la joie. Communicative.

Tu t’es longuement battue Hava. Tu étais toujours souriante et donnait beaucoup de toi à tes interlocuteurs.

Tu arrivais, venue de nulle part et « coucou me voilà ! » avec un sourire désarmant qui remplissait la pièce.

Tu étais une femme d’une très vive intelligence mais aussi très humble. Aussi bien capable de parler de sa fortune à un client de la banque privée à Zurich où tu as vécu que de l’image de Vienne et Prague à l’époque baroque, le sujet de ta thèse de doctorat.

Tu cachais tes blessures sous ton rire Hava. Tu étais un personnage fulgurant qui arrivait en un sourire et repartait dans un éclat de rire fragile. 

Ton intelligence humble respirait la Simha, la joie, un mot qui t’habitait Hava et dont le souvenir apaise notre deuil.

EMET, LA VERITE

« Adam, où es-tu ? »[1] Hava, où es-tu ? Maintenant tu as rejoint le monde de Vérité.

Tu as longuement cherché cette Vérité dans tes racines, ta généalogie, hantée par cette évidence que tu étais juive alors que personne ne t’identifiait comme telle. En juillet 2020 tu es partie à la recherche des juifs d’Occitanie à Limoux, Alet, berceaux de ta famille. En février de l’an dernier tu es partie vers l’Occitanie loin de l’Orient ou nous sommes, pour l’anniversaire de ta maman qui est ici et à qui nous disons toute notre tendresse et notre prière.

Tu m’as dit : « j’ai tout vu » ; Petit à petit tes antennes spirituelles se sont développées et tu as su voir l’invisible. Tu as su voir le monde qui vient à travers ce monde qui meurt. Le monde de Vérité.

La vérité est cachée, elle se dévoile en se voilant. Tu as cherché cette Vérité qui est le Nom d’Hachem toute ta vie jusqu’à faire partie du peuple du D.ieu de Vérité.

Hava, tu « marches désormais devant l’Eternel sur la terre des vivants »[2] tu as réalisé ton désir le plus cher, rejoindre la terre de nos pères. Cette « terre des vivants » dont Sforno nous dit qu’elle est celle des ressuscités. Notre terre, Hava ! A Jérusalem !

 « Car c’est de Sion que vient la Torah et de Jérusalem la parole de l’Eternel »[3].

Achem Eloékhem Emet.

Baroukh Dayan ahemet !

La volonté, la joie, la vérité… le combat enfin.

MILKHAMA, LE COMBAT

Ki tetsé lamilkhamah[4]. « Quand tu partiras au combat », contre-toi-même ! nous explique Rachi.

La convertie c’est une personne qui comme Abraham affronte 10 épreuves et entre en guerre contre ses démons, elle part en guerre et en combat singulier… contre elle-même, avec pour seule arme la emouna. La foi, la vérité. Le Mikveh est la fin d’une longue et profonde métamorphose où la personne au bout de la techouva s’est longuement battue.

Hava, tu as connu le combat spirituel, la lutte de Jacob avec l’ange, l’angoisse, celle du psalmiste qui crie dans la nuit. Tu as connu le rocher sur lequel on s’endort angoissé comme notre père Jacob.

Tu me disais en février 2021 lors d’un moment d’épreuve personnel : « Ton histoire s’insère dans l’histoire de notre peuple et réitère l’histoire biblique »… « On voit davantage la Lumière quand on est dans les ténèbres. Et on accepte les ténèbres parce qu’on sait qu’on est plus près de la Lumière… même si les ténèbres sont difficiles » « que la lumière envahisse ta vie et celle de ceux que tu aimes » ;

D.ieu nous a laissé « un coin dans l’obscurité pour que nous puissions tenir le coup » disait le Rabbi de Kotzk[5].Tu es cette Lumière Hava qui éclaire nos âmes de ton sourire discret dans notre propre combat.

Quoi qu’il arrive, cette Lumière, celle qui comme le soleil et la mort ne peuvent se regarder en face, celle de ta nechama, ne s’éteindra pas.

Comme la Lumière des astres éteints ton étoile brille désormais au firmament d’Israël.

« Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter… Telle sera ta descendance ! »[6] ma chère Hava.

Aujourd’hui ton combat prend fin et tu peux déposer les armes devant ton créateur. Tu es un exemple pour nous !

Hava, J’ai déchiré mon vêtement, près de mon cœur, mais c’est toute mon âme qui est déchirée aujourd’hui. Comme chacun de nous ici, tes amis, ta maman, je porte ton souvenir en moi. Toi, Hava ma sœur de guyour.

Tu es partie trop tôt mais tu as eu le temps d’accomplir ta mission : Ratson, Simha, Emet, Milhama,

Puissions-nous être dignes de toi.

Je salue ceux qui t’aiment, que l’Eternel console ceux que tu chérissais, ta mémoire est pour nous une bénédiction.

Volonté, Joie, Vérité, Combat.

Ces quatre mots qui te définissent nous obligent ma chère Hava, Zikhrona Liverara, que ta mémoire nous soit une bénédiction.


[1] Genèse 3, 9

[2] Psaume 116, 9

[3] Isaïe 2, 2

[4] Deutéronome 21, 10

[5] Sefer Hamud Haemet, Le livre de la colonne de Vérité, Moses Betsalel Alter, Tel Aviv, Peer, 2000,  pg. 126

[6] Genèse 15, 5

4 commentaires sur « ELEGIE POUR EVE MENK BERTRAND par Didier Meïr Long »

  1. Très émouvant
    Témoignage magnifique de sensibilité et d’amour
    Que de références poignantes à nos textes si vrais et qui suscitent la réflexion
    Comme disait Jung : « la clarté ne naît pas de ce qu’on imagine dans le clair mais de ce qu’on prend conscience dans l’obscur »

  2. Très émue…En plus Ahava
    Le prénom de ma fille et tant et tant d’autres choses qui me reviennent
    D.ieu te protège Meïr
    מיאה

  3. I am completely heart broken for Eve….. i just found out she passed away. She was my friend and soul sister.
    Can someone please tell me what happened .. I hope she didn’t suffer.
    I am sure she is in a peaceful place..

    The eulogy is beautiful..

    Please someone let me know what happened so I can find some kind of closure to this heart wrenching news. My email is signed below.

    Peace on you all.

Répondre à Mya Annuler la réponse.