Haïm Harboun, le rabbin aux mille vies, extrait


le-rabbin-aux-mille-vies

Voici la préface et le début de la vie du Rabbin Haïm Harboun , lisez vous ne perdrez pas votre temps !!!

>>> PDF: Haim Harboun, le rabbin aux mille vies (extrait)

Et achetez le livre en ligne >>> ici 

Ruth et Shelomo Selinger, souvenirs de la maison des vivants


Souviens-toi

La vie nous traverse parfois de coïncidences étranges. Il y a quelques mois nous étions de passage chez ce grand passeur d’âmes qu’est notre ami Gérard Haddad. Au-delà d’être un grand intellectuel de note temps et un guérisseur d’âmes, nos rencontres qui sont généralement des seder de fêtes ou des repas se tissent de coïncidences étranges que je ne saurais expliquer. Ainsi avions nous dîné chez lui avec Antonietta sa femme, et avec Ruth et Shelomo Selinger. Gérard nous montrait la maquette d’une statue de Shelomo.

sellinger

Shelomo Selinger et Gérard Haddad

Quelques mois plus tard visitant l’allée des justes à Yad Vashem (ma femme a travaillé sur la Shoah) je tombais en plein soleil sur la statue de Shelomo. J’étais assez secoué. C’était tellement étrange.

AJ1

La musique des anges

En juin dernier, un mercredi, j’entrais dans une salle municipale pour écouter ma fille de 10 ans chanter dans une pièce de théâtre appelée Brundibar. C’est un opéra pour enfants écrit par Hans Krása qui fut interprété pour la première fois le 23 septembre 1943 par les enfants déportés du camp de la mort de Theresienstadt. Un SMS est alors arrivé de Shelomo pour Marie-Pierre, il nous invitait à visiter son atelier le dimanche suivant. J’ai fait alors cette vidéo :

Schelomo est un rescapé de Theresienstadt, un médecin de l’Armée rouge l’a récupéré dans un tas de cadavres alors qu’il bougeait encore la main.

Les nazis, que leur nom soit effacé, ont tué son père (zal) en lui faisant aspirer de l’eau sous pression avec un tuyau. Shelomo a dessiné tout cela.

08

La veille de cet opéra pour enfant, je me suis retrouvé par hasard à diner à côté d’un client dans le digital que je n’avais pas vu depuis 5 ans (il travaillait alors chez Google après avoir quitté Celio), une bonne surprise. Le dimanche suivant… je tombais sur lui dans l’atelier de Shelomo… il me prit pour une sorte de revenant.

Shelomo Selinger 2

Antonietta et Gérard, Marie-Pierre et Sophie Misrahi fille d’Elie

Ce premier janvier nous avons été invité par Rami le fils de Shelomo grand chirurgien réparateur de corps et jazzman à un niveau professionnel à ses heures perdues. Je n’oublierai jamais.

Rami Selinger

Rami Selinger

C’était la fête des pères. Rami, son fils, jouait du saxo, une mélodie magnifique comme les anges de la kedoucha doivent jouer devant l’Eternel … j’ai reconnu le tuyau, mais alors que d’autres en avaient fait un instrument de mort pour son grand père, lui il en tirait de la musique, une musique céleste minashamaïm !!! Et il jouait pour son père!!! Qu’y a-t-il de plus prodigieux ? Qu’un fils fasse cela pour l’anniversaire de son père… Dites moi, si vous n’avez pas un pierre à la place du coeur, vous devez vous aussi ressentir ce que je ressens non ?

capture

Ruth Selinger

Ce premier jour du mois janvier septième anniversaire de la mort de mon ami Jean-Louis Rambaud (zal) dans une avalanche, nous avons été invité chez Rami, Ruthy sa maman m’a raconté sa propre histoire. Comment son père arrivé en Israël après 1917 avait laissé son frère en Russie, juif caché de Staline, se battant sous les ordres de Joukov  à Stalingrad et partout en Russie et en Allemagne.

Du fait de la paranoïa de Staline, voyant dans chaque jeune brillant  un potentiel ennemi personnel qui allait comploter contre lui, son oncle se trouvait en danger de mort.

Ingénieur en chimie avant la 2°guerre mondiale, il avait été mobilisé à l’armée rouge au grade de simple officier. Durant les années de guerre il s’est vu attribuer les plus hauts insignes et médailles honorifiques pour son courage et ses victoires aux combats. De simple officier il avait monté tous les échelons militaires  jusqu’au grade de Colonel.
Ruthy avait retrouvé toutes ces victoires, mentionnées dans son dossier militaire qu’elle avait, fait exceptionnel ! retrouvé.

Il y est  mentionné également que « le Camarade , le maréchal Staline en était au courant… ». Joukov, commandant de l’armée rouge  voulait le nommer « Gouverneur de la lace de Berlin, » – Staline s’y était opposé, disant qu' »un juif ne peut pas tenir ce poste ».

Sa mission à Berlin terminé, le haut commandement de l’armée lui avait arrangé un poste important dans  la recherche nucléaire militaire à Moscou, – loin des yeux et du pouvoir de Staline. Ainsi son oncle avait pu échapper au terrible sort de tant d’officiers, victimes de la folie  de Staline.

Elle m’avait dit :

 » Je sors mon oncle de l’oubli à la lumière  de la vie. »

Elle cherchait les traces de sa famille dans les archives russes, apprenant cette langue, comme moi-même je l’avais fait avec la mienne de corse dans les Archives de Gênes. Voilà comment la mémoire transgénérationnelle ashkénaze l’avait menée de l’intuition à l’histoire faisant d’elle une chercheuse d’âmes perdues.

Je regardais ses yeux briller dans l’ombre et je voyais la passion de l’âme russe, l’étincelle ashkénaze. Quand le visage quasi impassible est traversé par un étrange sourire et que les yeux jettent dans étincelles dans l’ombre. Esh ! Le feu de D-ieu en ce monde. Esh!

Ressuscité d’entre les morts

En fait je crois que Shelomo est une sorte de ressuscité d’entre les morts. Voici une photo de lui prise il y a quelques jours par Ruthy. Il a aujourd’hui bientôt 90 ans et il sculpte le granit. Oui le granit, pas le calcaire, la pierre la plus dure qui soit. Shelomo travaille la pierre, comme toujours, de ses mains, en taille directe. Une sorte de combat. Comme Jacob avec l’ange.

rs-02425-copie

Toutes photos suivantes :© Ruth Selinger

Il exécute une commande pour le mémorial des juifs déportés de Luxembourg, une commande de l’état de Luxembourg, demandée par la communauté juive, pour commémorer les milliers des  juifs dont le  sort et la responsabilité de l’Etat allaient être effacés de l’histoire. Le monument sera érigé près de la grande cathédrale de la ville de Luxembourg, non loin de l’endroit où autrefois était la synagogue.

rs-02432-copie

rs-02454-copie

Mais avant l’inauguration il faut tailler la pierre, un bloc de granit rose, de 3m30 x 1m20 x 90 cm, qui provient de  » la clarté » en Bretagne. Shelomo a commencé cette œuvre il y a environ 7 mois, dans un hangar de « La Générale du Granit » à Louvigné-du-Désert (rien que le nom est tout un programme !). Le travail devra durer encore un an. Il aura 90 ans ! Le titre de cette sculpture est Kaddish.

Shelomo habite dans les environs et revient  de temps à autre à Paris. Ruthy l’accompagne. Fidèle comme un ange gardien.

Le travail de Schelomo est une avoda, une oeuvre spirituelle. Il sculpte la pierre pour ressusciter les âmes qui ont disparu à nos yeux. Il leur rend leur visibilité, celle de la remémoration, de l’anamnèse.

rs-02437-copie

Je suis en assez bonne santé mentale il me semble. Je ne crois pas aux miracles. De mon maître le rabbi Haïm j’ai appris Maïmonide, une théologie rationaliste. Je crois que D. laisse le monde « suivre son cours ». Mais depuis que je suis parti sur les traces de ma mémoire des connexions improbables se font. Loin, très loin. inexplicables. Il est tellement étrange de voir tout cela de mes yeux de chair.

Je ne suis qu’un témoin, un passant. J’écris pour laisser une trace, pour que les âmes des camps, celles qui savent lire et celles qui n’ont pas pu apprendre sachent que nous ne les avons pas oubliées. Nous sommes là. Nous savons que vous êtes là dans l’ombre. Et nous ne vous oublions pas, vous faites partie de nous. Sans vous nous ne serions pas là. Et nous ne vous effacerons pas de nos mémoires.

Baroukh ata Adonaï meayé amétim.

Catégories :Holocauste

Combien de temps dure la « colère de D-ieu » ?


A de nombreux endroits de l’Ecriture on dit que l’Eternel se met en colère.

eclair

כא כָּל-אַלְמָנָה וְיָתוֹם, לֹא תְעַנּוּן. 21 N’humiliez jamais la veuve ni l’orphelin.
כב אִם-עַנֵּה תְעַנֶּה, אֹתוֹ–כִּי אִם-צָעֹק יִצְעַק אֵלַי, שָׁמֹעַ אֶשְׁמַע צַעֲקָתוֹ. 22 Si tu l’humiliais, sache que, quand sa plainte s’élèvera vers moi, assurément j’entendrai cette plainte
כג וְחָרָה אַפִּי, וְהָרַגְתִּי אֶתְכֶם בֶּחָרֶב; וְהָיוּ נְשֵׁיכֶם אַלְמָנוֹת, וּבְנֵיכֶם יְתֹמִים.  {פ} 23 et mon courroux s’enflammera et je vous ferai périr par le glaive et alors vos femmes aussi deviendront veuves et vos enfants orphelins. (Exode 22, 21-23)

 

Lire la suite…

Catégories :Sources juives

Wassili Grossman : « L’enfer de Tréblinka »

19 février 2017 1 commentaire

J’ai lu hier à chabbat un livre hallucinant. L’enfer de Tréblinka de Wassili Grossman. Il s’agit d’un petit récit assez simple où Grossman fixe les témoignages qu’il a recueilli a Tréblinka alors qu’il a participé à la découverte du camps où il est passé comme soldat de l’armée Rouge.

20170219_133435_resized_1

Il écrit pour qu’on croit ce que lui même cherche à se prouver et que pourtant il constate comme s’il n’arrivait pas à se dire que c’était vrai. Lire la suite…

Catégories :Holocauste

Qu’a « entendu » Yitro ?


Je mêle ici des éléments de la deracha du rabbin Harboun hier à la synagogue (nous n’étions que miniane !) à mon étude, à ce qu’il m’a enseigné hier après-midi et dans nos multiples discussions, qu’il en soit remercié. Béni soit l’Eternel qui nous a donné la joie d’élever nos âmes par la connaissance !

mikve

Qu’a « entendu » Yitro ?

La paracha de Yitro est une paracha étrange. Elle est l’une des plus importantes puisqu’on y lit les dix commandements donnés au Sinaï. Les commentateurs se sont longuement étonnés que cette paracha qui résume le cœur de l’éthique d’Israël, les dix-commandements donnés au Sinaï, cette Lumière des nations, qui leur donné un jour chômé par semaine (« Souviens-toi du 7ème jour pour le sanctifier » Dt 20, 7 dit notre paracha)… Les commentateurs ont été frappés que cette paracha porte le nom d’un païen, d’un guer, un converti… en effet Yitro le beau-père de Moïse est le premier converti.

Pourquoi Yitro est-il placé juste avant la révélation par le don de la Torah comme un exemple à suivre ? Qu’a-t-il compris que nous aurions à apprendre ?

Nos Sages ont répondu à cela. Ils ont relevé que la Paracha commence par vayishma « Et Yitro fut celui qui a entendu (vayishma) (Dt 18, 1) ? » Et ils se sont demandés : « mais qu’a-t-il entendu ? ». Le passage de la mer des Joncs et la guerre de Amaleq répond Rachi par allusion au Talmud (TB Zevahim 116a). Lire la suite…

VOYAGE EN CORSE : A LA RENCONTRE DE L’HISTOIRE D’AMOUR INCROYABLE ENTRE LA CORSE ET LE PEUPLE JUIF


Annonce :

TGMM se propose d’organiser un voyage de 4 jours à Ajaccio et Bastia du Jeudi 23 mars matin au Dimanche 26 mars 2017 au soir sur l’histoire incroyable et méconnue des Juifs avec l’Ile de Beauté. 

Nous aurons le plaisir de partager nos repas avec le Beth Habad d’Ajaccio dirigé par le Rav Pinson petit fils du célèbre et vénéré Rav Pinson de la rue Durand-Clay à Tunis.

Nous avons prévu à Paris début mars une conférence avec l’écrivain Didier Meïr LONG un marrane corse revenu au Judaïsme.

Renseignements : Pierre MAMOU  

06.63.33.16.57 ou par mail : pierre.mamou@pappopaulin.com

2016-08-07-14.56.12.jpg.jpeg

20160807_143814.jpg 20160807_141716.jpg 20160807_140910.jpg

Ajaccio

bastia_sightseeing

20160904_114925 20160904_112525 20160904_110937

Bastia


20160807_085100.jpgDSCN2475

DSCN2508

Corse du Sud, L’uomu di cagana

20161106_115043_resized

L’histoire des relations entre les juifs et la Corse est effectivement extraordinaire :

Aux alentours de l’an 800 une importante migration juive venue d’Egypte s’installe dans l’Ile et se fond dans la population comme le prouvent plusieurs documents écris en hébreu retrouvés dans certaines églises confirmant cette première arrivée.

Vers 1500 un millier de juifs fuyant Naples et l’inquisition s’installent dans les régions montagneuses et en 1684 la ville de Padoue en Italie où vivait une importante communauté juive, suite à des persécutions s’exile en Corse où les habitants les nomment Padovani nom de famille très répandue aujourd’hui dans l’Ile.

Mais la vague la plus importante en Corse se situe dans les années 1750-1769 où le célèbre leader Pascal Paoli accueille prés de 10 000 juifs venant du Nord de l’Italie et fait cette célèbre déclaration : «  Les Juifs ont les mêmes droits que les Corses puisqu’ils partagent le même sort « 

Aujourd’hui d’après plusieurs sources concordantes prés de 20% de la population corse aurait des origines juives. L’absence d’antisémitisme et de dirigeants religieux charismatiques et l’accueil bienveillant des Corses ont fait quasiment disparaître toute trace du judaïsme suite à des mariages mixtes et une assimilation presque totale.

Cependant, de nombreuses traces juives existent comme des noms de villages à consonance hébraïque ainsi que des prénoms d’origine juive donnés aux nouveau-nés ainsi que les noms de famille.

Napoléon 1er judéophile a pris des décisions importantes pour les communautés juives en les libérant des ghettos et des contraintes partout où ses troupes entraient victorieuses.

Il a abolit l’inquisition et envisagea même la création pendant le siège de St Jean d’Acre en 1799 de créer un état Juif en Palestine.
Plus prés de nous la Corse fut l’un des rares départements français pendant la deuxième guerre mondiale où il n’y eu aucune déportation grâce à la protection de la population locale.
Enfin la Corse apporta une contribution significative à la création de l’état d’Israël en accueillant des avions bourrés d’armes qui faisaient escale sur l’Ile avant de repartir vers des lieux gardés par la Haganah.
Pour toutes ces raisons nous sommes fiers d’organiser ce voyage où la beauté des paysages contribuera à faire de voyage un weekend de détente et d’hommages.

Catégories :Corse et Juif

Haïm Harboun, le rabbin aux mille vies


Haïm Harboun, Le Rabbin aux milles vies, Préface de Didier Long paraitra le 27 février chez Lemieux éditeur. C’est un récit truculent dont nous vous livrons ici la table des matières, à elle même tout un programme !

 

le-rabbin-aux-mille-vies

Préface de Didier Long
Rav ! …………………………   9

FILS DU MELLAH

Les lamentations de ma naissance ………….. 27
L’insécurité pour mémoire ……………….. 39
Voyageurs européens à Marrakech ………….. 43
Le Mellah, une serre pour la vie juive ………… 53
Mes yeux pour pleurer ………………….. 57
Prier pour ne pas mourir ………………… 61
Comme en rêve ………………………. 65
Chabbat  …………………………… 69
Le heder  …………………………… 71
Pédagogie juive  ………………………. 75

MARRAKECH… EN LITUANIE
De Vilnius à Marrakech  ………………… 83
Les juifs du Maroc sous influence  ………….. 87
La lituanisation des juifs marocains …………. 91
Ferveur religieuse  …………………….. 95
Sauver le judaïsme séfarade marocain ou l’occidentaliser ?  …………………….101
Après l’Holocauste  …………………….103
La vulnérabilité des enfants du Mellah  ……….107
Comment les Achkénazim ont pris le pouvoir au Maroc… et en Israël …………..113
Le lent effacement de l’âme séfarade du Maroc ….115
Le rêve américain  ……………………..119
Le temps des choix  …………………….123
La honte des judéo-arabes et le déclin du heder ….125
À la croisée des chemins  …………………129
Ma Bar Mitsvah et le « miracle du coq » . . . . . . . . . .133
Le jour où  j’ai appris le français  …………….141
« Teigneux » et « tête de goy »  ………………147
Les fruits du système éducatif religieux ……….153
Le directeur  d’école  qui me donna  confiance en moi  ……………157
L’Alliance  …………………………..159
Le Mellah au mois  d’août  ………………..167
Dernières fêtes  d’automne ………………..171
Qu’as-tu fait de ta mère ? …………………177
Une terre pour ma promise ……………….181
Eretz Israël …………………………..189
Kibboutz ……………………………193
Professeur à Marrakech ………………….197 «
Que fait ton père ? – Il est assis. » …………..201
La fin  d’un monde  …………………… 205
De retour sur le chemin de  l’école  …………. 209
Marseille …………………………… 211
Paris mon amour ……………………..  215
Quiproquo  …………………………  219
Des valises dans ma tête, exodes  ………….. 223
Un juif arabe dans l’Algérie française  ………. 227
Petits boulots rabbiniques  ………………. 231
De retour à Casa  …………………….. 237
Le chaos et  l’exode  …………………… 239
La faute  d’Israël  ……………………… 241
Reverrais-je les miens ?  …………………. 245

HEUREUX COMME UN JUIF EN FRANCE
Nationale 7 ………………………….251
Rue Vauquelin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257
À l’école Maïmonide  ……………………261
Daniel Cohn-Bendit  ……………………265
Comment je devins rabbin de Versailles  ………273
De la communauté juive française  …………..277
Mes chères études  ……………………..281
Rabbin à Aix-en-Provence et universitaire  ……..283
L’orthodoxie  …………………………291
À l’École des hautes études et à la Sorbonne  ……297
Les états d’âme d’un rabbin  ………………299
« La Tente d’Abraham »… à Vaucresson  ……….311
Le professeur Henri Baruk de mémoire bénie  …..313

Annexe. Les personnages du Mellah  …………323

harboun
4 de couv’

Qui est le rabbin Haïm Harboun ? Certes, un rabbin, mais bien plus que ça ! Il est des vies en lesquelles il est plusieurs existences. En hébreu, le prénom Haïm signifie « la vie », toujours au pluriel. Et ce n’est pas usurpé !
Le lecteur découvre ici les fragments picaresques et ensoleillés de son enfance dans le mellah de Marrakech, puis suit l’homme de la mémoire juive, l’érudit de l’histoire médiévale, le linguiste hébraïque. Dans les années cinquante, il devient le disciple du professeur Baruch, grand maître de l’ethnopsychiatrie moderne ayant réfléchi sur la fragilité des hommes et affronté l’antisémitisme. Il est aussi rabbin depuis plus de soixante ans, de Boulogne-Billancourt à Versailles, d’Aix-en-Provence à Vaucresson…
Par son humour tendre et son esprit de curiosité infatigable, cette autobiographie dépasse largement la seule personne d’Haïm Harboun : elle peut se lire comme un roman d’apprentissage du siècle qui nous concerne tous, celui des temps obscurs et des rais d’espérance.

11,5 x 16,5 cm
338 pages
16 €

%d blogueurs aiment cette page :