Bibliothèques Médicis : « Mémoires juives de Corse »

25 juin 2016 1 commentaire

Avec Marc Lambron, Ariane Bois, Loïc Barrière

J’interviens de 2:03 à 2:43 puis de 39:45 à 51 : 53

Jean-Pierre ELKABBACH reçoit Marc LAMBRON, Didier LONG, Ariane BOIS et Loïc BARRIERE

Jean-Pierre ELKABBACH, Marc LAMBRON, Didier LONG, Ariane BOIS et Loïc BARRIERE

Nichmat Kol Haï, Que l’âme de tout vivant…


Que l`âme de tout vivant bénisse ton nom ; Éternel notre D.,
et que l’esprit de toute chair glorifie et magnifie ton souvenir, o notre roi,
constamment d’éternité en éternité tu es D.
Hormis toi, nous n’avons pas de roi qui délivre et sauve, qui rachète et libère, qui répond et a pitié dans chaque moment de malheur et d’oppression.
Nous n’avons pas de roi qui secoure soutient si ce n’est Toi, D. des origines et de la fin, D. de toutes les créatures, seigneur de tous les événements, célébré par toutes les louanges, qui dirige son univers avec amour et ses créatures avec miséricorde ;
ô Eternel, D. vrai, qui ne sommeille ni ne dort, qui réveille ceux qui dorment et ranime ceux qui somnolent, qui ressuscite les morts et guérit les malades, qui dessille les yeux des aveugles et redresse ceux qui sont courbés, qui fait parler les muets et dévoile les secrets, c’est à toi seul que nous rendons hommage.

Et quand bien même notre bouche serait pleine de cantiques comme la mer ; notre langue, de chants, comme la multitude de ses vagues, et nos lèvres, de louanges, comme les espaces du firmament ;
quand bien même nos yeux seraient lumineux comme le soleil et la lune, et nos mains déployées comme les aigles des cieux, et nos pieds rapides comme les biches
nous ne pourrions épuiser l’hommage qui t’est dû, ô Eternel, notre D., bénir ton nom, ô notre roi,
ne serait-ce que pour un seul des milliers de milliers, des myriades de myriades de bonté que tu as accomplis pour nos ancêtres.

Jusqu’à présent, ta miséricorde nous a secourus et ton amour ne nous a pas abandonnés.
C’est pourquoi, les membres que tu as répartis en nous, l’esprit et l’âme que tu as insufflés dans nos narines et la langue que tu as placée dans notre bouche, te rendent hommage, bénissent, louent, glorifient et chantent ton nom, ô notre roi !
Oui, toute bouche doit te rendre hommage ; toute langue doit te louer ; tout œil doit espérer en toi, tout genou doit plier devant toi, tout être dressé doit se prosterner devant toi, les cœurs te craindre, les entrailles et les reins chanter ton nom, ainsi qu’il est dit :
« Que tous mes os clament, ô Eternel : « qui est comme toi qui délivre le pauvre d’un plus fort que lui, l’indigent et le malheureux de leur voleur ». [Ps 35, 10] 

Tu entends la plainte des pauvres, tu es attentif au cri du faible et tu sauves !

Par la bouche des gens intègres, sois magnifié !

Par les lèvres des justes, sois béni !

Par la langue des pieux, sois sanctifié !

Parmi les saints, sois loué !

Catégories :Sources juives

« Tihle Shana (Ahot Ktana) »


L’auteur de cette chanson est Rabbi Avraham Hazan de Gérone (Gerondi), 13ème siècle, elle est chantée sur un mode yéménite par Sagiv Cohen

Catégories :Non classé

« Mémoires juives de Corse » et Shakespeare Marrane sur Akadem


Akadem

>>> Voir ici

Catégories :Corse et Juif, Non classé

Le Kidouchin (mariage) dans le Judaïsme

11 juillet 2016 1 commentaire

Quelques passages du Talmud et de la Tradition sur le couple à l’occasion du mariage de Clara et Sharon. Mazel Tov à eux deux.

Le terme Kidouchin : « des consécrations en mariage » vient du verbe Kideich : « consacrer, ‎marier » ; le Talmud Kidouchin explique « quand un homme prend ‎sa femme » (Dt 22, 13). Par le mariage la femme est consacrée, sanctifiée/ particularisée pour son mari, elle est rendue ‎interdite à tout autre, à la manière d’un bien voué au temple.‎

Dans le Talmud

« Le Saint béni soit-Il, fit dix dais nuptiaux pour le mariage du premier homme du jardin d’Eden, tous parés de pierres précieuses, de perles et d’or […]

Le Saint béni soit-Il dit aux anges de service : « Venez, allons combler de générosité le premier homme et sa compagne, car le monde tient sur la dimension de la bonté, plus que les sacrifices et les holocaustes qu’Israël M’offrira sur l’autel. J’aime la générosité prodigue, ainsi qu’il est dit : « Je désire la bonté du cœur et non les sacrifices » (Osée 6,6) Les anges de service allaient et venaient devant le premier homme, comme des garçons d’honneur veillant sur les dais nuptiaux […]

Le Saint béni soit- Il, était semblable au premier chantre. Et que fait habituellement un premier chantre ? Il se tient sous le dais nuptial et il bénit la mariée. De la même façon, le Saint, béni soit-Il, bénissait Adam et sa compagne, comme il est dit « D. les bénit » (Gn 1, 28) »[1]

« Si ta femme est petite, penche-toi pour lui parler et écoute son conseil. »[2]

L’idée est que l’homme doit grandir sa femme.

20160710_183834

« Honore ta femme ; en agissant ainsi tu t’enrichiras. Un homme doit prendre toujours soin de l’honneur dû à sa femme ; ce n’est qu’alors que la bénédiction se manifeste dans sa maison » [3]

« Rabbi Lévi commence son discours sur le verset « Car Dieu est juge » comme ceci : une matrone romaine demanda un jour à Rabbi José ben Halafta : « En combien de jours Dieu a-t-Il créé son monde ? » Il répondit : « En six jours » Elle demanda ensuite « Depuis ce temps, comment Dieu occupe son temps » Il répondit : « Il forme des couples, en disant : la fille de cette personne devra être l’épouse de cette personne ». La matrone dit : « C’est tout ? moi aussi je peux faire de même ; J’ai beaucoup de serviteurs et de servantes, et je peux en faire des couples en moins d’une heure ». Rabbi José lui fit cette remarque : « Tu penses peut-être que c’est facile, mais Dieu trouve cela aussi difficile que de séparer la Mer Rouge », et sur ce, il prit congé.

Que fit la matrone ? Elle fit venir ses mille serviteurs et ses mille servantes, les aligna sur deux rangées et les réunit en couples pour la nuit. Le matin venu, ils allèrent à elle, un avec le crâne défoncé, un avec les yeux sortis de leurs orbites, un troisième avec un coude cassé. Ils dirent tous : « Je ne veux pas de cette femme pour épouse ». Elle fit venir Rabbi José et lui dit : « Rabbi, ta Torah est vraie, tout ce que tu as dit est juste » Le Rabbi répondit : « Le couple heureux chante, le couple malheureux pleure ; cependant Dieu forme les couples sans égard à leurs préférences. »[4]

« Un homme doit dépenser moins que ses moyens le lui permettent pour son alimentation personnelle, suivant ses moyens pour son habillement, et au-delà de ses moyens pour honorer sa femme et ses enfants, parce que ceux-ci dépendent de lui, tandis que lui-même dépend de Celui qui parla, et l’univers fut créé. »[5]

« Quiconque aime sa femme comme lui-même, l’honore plus que lui-même, dirige ses fils et ses filles dans le droit chemin, les marie de bonne heure quand ils sont aptes ; c’est à un tel homme que s’applique cette parole[6] : « tu sauras alors que ta tente est en paix » »[7]

Dans le Zohar

« De nos jours , quand tout le monde est concerné par le fait de gagner sa vie, un homme doit préparer sa maison et ses revenus en premier et seulement par la suite il pourra servir son Créateur et s’occuper à l’étude de la Torah, en accord avec ce qu’ont dit les Sages : « S’il n’y a de blé, il n’y a pas de Torah »(Avoth 3, 17) … On peut déduire de ceci l’exemple du Saint Béni soit-Il ; Il a en premier lieu préparé une maison [le monde]  et toutes les sources de subsistance pour l’humanité et seulement ensuite a-t-Il créé l’homme et la femme et les a fait engendrer des enfants dans le monde »[8]

20160710_183918

« Chaque âme et esprit, avant son entrée en ce monde, consiste en un mâle et une femelle unis en un seul être. Quand il descend sur la terre, les deux parties se séparent et animent deux corps différents. Au moment de la rencontre, le Saint béni soit-Il, qui connaît toutes les âmes et tous les  esprits, les réunit à nouveau comme ils étaient au début, et ils constituent à nouveau un corps et une âme, formant les parties droite et gauche d’un individu ; donc, « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil » […] Cette union, cependant, est influencée par les actions de l’homme et par la façon dont il chemine. Si l’homme est pur et que sa conduite plaît aux yeux de D., il sera uni à la partie femelle de l’âme dont il était une composante avant sa naissance »[9]

Midrash : « Bethsabée était promise à David depuis le Maassé Berechit »

Le Talmud dit de manière mystérieuse : « Bethsabée était promise à David depuis les six jours de la création »[10]. Cet apologue provient d’un midrash ancien. Ainsi, selon certains récits de la tradition rabbinique les couples ont été constitués par Dieu avant qu’ils ne se forment ici-bas. Cette idée est un développement de la réflexion biblique qui affirme la bipolarité sexuelle qui habite Adam a Richon au jardin d’Eden.

Rabbi Joseph Gikatila (1248-1325) un Kabbaliste espagnol du Moyen-âge commente ce Midrash très ancien en disant que loin d’être le fruit du hasard, de rencontres occasionnelles ou de passions aléatoires, le mariage idéal est le fait des retrouvailles face à face des deux moitiés d’une âme unique et androgyne primitive, qui fut scindée lors de sa venue en ce monde. Si ces retrouvailles sont immédiates pour l’homme juste, pour l’homme moyen elles passent par un premier conjoint et un couple mal assorti et disharmonieux, comme ce fut le cas pour Bethsabée et Urie le Hittite avant que David ne l’épousa.

Mais il est intéressant de constater que selon la Kabbale l’action théurgique de l’homme vertueux unit en haut les sefirot Yessod et Malkhout, les éléments féminins et masculins du plérome divin  selon la conception de la Kabbala. En récompense, cet homme vertueux mérite de rencontrer sa partenaire féminine en ce monde et de reconstituer la forme parfaite de son âme.  Et le rabbin médéival Joseph Gikatila explique que c’est la mauvais penchant de David qui l’empêcha d’épouser Bethsabée d’emblée. Il ne méritait pas de retrouver son âme. Le plus intéressant de la réflexion de Joseph Gikatila est qu’il présente le mariage de David et Bethsabée comme une anticipation prématurée de la Rédemption.

Dans la Torah

Le vendredi soir nous disons le cantique de la femme vertueuse echet hayil tiré du Livre des Proverbes :

« Heureux qui a rencontré une femme vertueuse ! Elle est infiniment plus précieuse que les perles. En elle le cœur de son époux a toute confiance ; aussi les ressources ne lui font-elles pas défaut. Tous les jours de sa vie, elle travaille à son bonheur : jamais elle ne lui cause de peine. […]

Ses fils se lèvent pour la proclamer heureuse, son époux pour faire son éloge : « Bien des femmes se sont montrées vaillantes tu leur es supérieure à toutes !»

Mensonge que la grâce ! Vanité que la beauté ! La femme qui craint l’Eternel est seule digne de louanges. » [11]

[1] Pirqé de Rabbi Eliézèr 12

[2] TB Baba metsia 59 a

[3] TB Baba metsia 59 a

[4] TB, Vayiqra Rabba 8, 1

[5] Khoulim 84 b

[6] Job 5, 24

[7] TB Yebamoth  62b

[8] Zohar Béréchith 5

[9] Zohar I, 91b

[10] Talmud de Babylone Sanhédrin 107 a

[11] Pr 31

Catégories :Sources juives

« L’Etoile et le Jasmin » avec Maya Nahum


Vous vous souvenez d’André Nahum (Zal)… et bien sa fille Maya a repris le flambeau de son émission sur Judaïques FM. Depuis son enfance elle est de Ghisonaccia … on parle de la Corse et des juifs. Ecoutez.

Maya Nahum et Didier Long sur Judaiques FM

Catégories :Corse et Juif

Histoire des Marranes, le Quemadero à Séville


Autrefois La féria de Séville se déroulait dans le Prado de San Sebastian. Ce cadre a un passé noir qu’aucune plaque ne signale. C’était le quemadero, le lieu des spectacles publics d’autoda fé de l’Inquisition. Son architecte juif y fut l’une des premières victimes de l’ Inquisition. L’échafaud était probablement derrière l’actuel Pavillon du Portugal. On estime que 6700 personnes y périrent entre 1540 et 1700. Les visiteurs y passent aujourd’hui inconscients et amnésiques des centaines de victimes du passé.

quemadero

Prado san Sebastian

Prado de San Sebastian – Séville – Google

Lorsque j’ai visité Séville il y a une dizaine d’années c’était la Féria d’avril. Par un étrange « hasard » je me retrouvais à l’Hotel la Casas de la Juderia. J’y ai écrit mon seul et unique roman « Un ange dans le rétroviseur » qui se passe a Séville. C’est l’histoire d’un homme qui se réveille on ne sait où, dans un no mans land quelque part entre la terre et le ciel après un accident de voiture et dont la mémoire de la vie revient peu à peu, et qui y découvre un secret. Quelques années plus tard mon ami le rabbin Haïm Korsia tombait par hasard dans une librairie de Nîmes sur ce livre qu’il lut et qui le frappa. « Un ange dans le rétroviseur » , je ne croyais pas si bien dire. Ce trauma a du mettre en route ma mémoire. La vie est tellement étrange.

20160703_124233

Casas de la Juderia -Séville -2007

Catégories :Marranes

Histoire des Marranes, martyrs sous l’Inquisition


Francisco_rizi-auto_de_fe.jpg

Autodafé sur la Plaza Mayor de Madrid, Francisco Rizi (1683)

Comme nous le rappelle Cécil Roth dont je ne peux que conseiller un livre de référence, l’Histoire des Marranes  :

Les victimes de l’Inquisition se recrutaient à tous les échelons de la vie sociale, du plus humble Bau plus élevé. Elles comprenaient prêtres et nobles, poètes et hommes d’Etat, moines et religieuses, collecteur d’impôts, mendiants, marchands,… enfants à peine sortis de l’école, vieillards avec un pied dans la tombe.

Les procès d’Inquisition consignent avec une dureté et une précision chirurgicale ces histoires à peine croyables de personnes à qui il ne restait souvent au bout de plusieurs générations que quelques éléments fragmentaires d’un judaïsme caché, et forcément appauvri, auquel ils crurent jusqu’au bout. Je voudrais ici en rappeler quelques unes.

Fra Diogo da Assunção

Le frère Diogo da Assunção (1571 – 1603) était un jeune moine capucin rentré à 21 ans au couvent, presque limpieza de sangre mais avec un grand père « Nouveau chrétien ». Au couvent, âgé de 29 ans, il fut attiré par le judaïsme à cause de la férocité avec laquelle ses adeptes étaient traités. Il perdit la foi dans la religion catholique et revient à l’Ancien Testament et aux Psaumes. Sa connaissance du judaïsme n’était fondée que sur les Ecritures. Il fut amené devant l’Inquisiteur et convaincu de judaïser se proclama fier d’être un adepte de la loi de Moïse « dans laquelle il avait vécu, désirait mourir et dont il espérait le salut ». Arrêté en tentant de fuir en Angleterre, emprisonné et soumis à des tentatives constantes pour le forcer à renoncer au judaïsme il tint tête aux théologiens qui lui furent dépêchés.

Lire la suite…

Catégories :Marranes, Venise juive
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 644 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :