Chateaubriand : « Itinéraire de Paris à Jérusalem »


im eshkakhekh Yéroushalaïm

im eshkakhekh Yéroushalaïm, « Jérusalem si je t’oublie » -Théhilim 137)

ה  אִם-אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלִָם–    תִּשְׁכַּח יְמִינִי. Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite m’oublie !
ו  תִּדְבַּק-לְשׁוֹנִי, לְחִכִּי–    אִם-לֹא אֶזְכְּרֵכִי:
אִם-לֹא אַעֲלֶה, אֶת-יְרוּשָׁלִַם–    עַל, רֹאשׁ שִׂמְחָתִי.
6 Que ma langue s’attache à mon palais, si je perds ton souvenir, si je ne place Jérusalem au sommet de ma joie !

Chateaubriand,  Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1802  :

« Tandis que la nouvelle Jérusalem sort ainsi du désert, brillante de clarté, jetez les yeux entre la montagne de Sion et le Temple ; voyez cet autre petit peuple qui vit séparé du reste des habitants de la cité. Objet particulier de tous les mépris, il baisse la tête sans se plaindre; il souffre toutes les avanies sans demander justice ; il se laisse accabler de coups sans soupirer; on lui demande sa tête: il la présente au cimeterre. Si quelque membre de cette société proscrite vient à mourir, son compagnon ira, pendant la nuit, l’enterrer furtivement dans la vallée de Josaphat, à l’ombre du temple de Salomon. Lire la suite de « Chateaubriand : « Itinéraire de Paris à Jérusalem » »

A Bnei Brak, la ville juive la plus religieuse du monde


Bnei Brak Didier Long 1

DSCN7722

DSCN7638 » Qui n’a pas vu Bnei Brak la veille de Pessah n’a rien vu « … « Je ne prends pas de rendez-vous la semaine de veille des fêtes mais je me libère pour toi ». Le mail de mon ami Jérémie Berrebi commençait comme un conte d’Alphonse Daudet. Et il ne m’avait pas menti… qui n’a pas vu Bnei Brak la veille de Pessah n’a absolument rien vu.

Imaginez une ville où les habitants ont une dizaine d’enfants par famille. Mon ami en a douze. Lire la suite de « A Bnei Brak, la ville juive la plus religieuse du monde »

Jérusalem batie comme une ville ou tout ensemble fait UN


Yérouchalaïm bâtie comme une ville où tout ensemble fait UN c’est là que montent les tribus, les tribus de l’Eternel pour célébrer le Nom de l’Eternel. (Téhilim)

Sur tes murs J’ai posté des veilleurs, ni de jour ni de nuit ils ne doivent sa taire (Téhilim)

Si le Seigneur ne garde la vile c’est en vain que veillent les gardes, si l’Eternel ne construit la maison les bâtisseurs travaillent en vain. (Téhilim)

Sion disait l’Eternel m’a abandonnée l’Eternel m’a oublié… une mère pourrait-elle oublier son enfant?… Et même si une mère oubliait moi je ne t’oublierai pas. Regarde, j’ai gravé ton nom sur les paumes de mes mains (Isaïe).

Si je t’oublie Yérouchalaïm que ma main droite m’oublie , Que ma langue colle a mon palais si je perds ton souvenir, si je ne place Jérusalem au sommet de ma joie.(Téhilim)

Le mot Sion au petit matin, puis Jérusalem (Kotel ) la galerie avec la source dans les fouilles au pied du Kotel. Une femme en train sous les fondations au Kotel. Je n’ai jamais vu une telle foi.

 

De Qoumran à Paris, retrouvailles


OlivierJ’ai retrouvé ce midi un grand ami : Olivier Sayadi avec qui je prenais des cours de Talmud au Centre-Communautaire il y a quelques années. Il a fait son alya et travaille à Jérusalem où il étudie en yeshiva.

Ceux que j’ai emmené dans le désert de Judée se rappellent de notre commentaire à deux voix à Qoumran  la veille de Chavouot en mai 2010.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qoumran

Qoumran vue du nord , au fond la Mer morte
(photo Antiquités Israéliennes)

Qoumran , une des grottes des manuscrits (à gauche):
une citerne -ou un bain de purification? (à droite)
(photo Didier Long, 18 mai 2010)

Les manuscrits qui ont été découverts, en 1947, sur la rive ouest de la mer Morte, n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Ils avaient disparu depuis vingt siècles, et par chance beaucoup ont été retrouvés quasi intacts dans onze grottes perdues en plein désert au nord de Qumrân. Cette découverte pose la plus formidable énigme de l’histoire de l’archéologie. Tout a contribué à faire planer une ambiance d’hystérie aveuglante autour de la plus formidable découverte archéologique du XXème siècle : la rocambolesque découverte par des bédouins, le trafic des fragments de manuscrits par des antiquaires véreux, les services secrets manipulés, la soi-disant rétention de documents par des religieux… La divulgation au compte-goutte pendant trente ans des traductions supposées bloquées par le Vatican, des fouilles confidentielles et brouillonnes, les batailles de chercheurs, l’obscurité de ces textes… ajoutèrent un délicieux parfum de mystère et de complot défrayant régulièrement la chronique.

Car, parmi ces manuscrits se trouvent les plus anciens manuscrits que nous possédions de la Bible et des textes apocryphes. D’autres, inconnus jusqu’alors semblent en lutte prophétique avec certaines composantes du judaïsme d’avant 70, celui de l’époque de Hillel, Shammaï, Jésus.

manuscrit-mer-morte-2

La paternité des rouleaux rédigés entre le IIIe siècle avant notre ère et le Ier siècle fut immédiatement attribuée par le Père Roland de Vaux de l’Ecole Biblique de Jérusalem, aux esséniens qui auraient vécu à proximité à Qumrân. Ces moines juifs reclus dans une vie communautaire au désert « dans la compagnie des palmiers » si l’on en croit Pline l’Ancien, « ayant renoncé entièrement à l’amour (des femmes) » selon Flavius Josèphe, étaient forcément les auteurs des 823 manuscrits et les ruines de Qumrân découvertes par des fouilles, leur monastère.

Cette première hypothèse qui se stratifia pendant 60 ans dans les esprits comme une évidence de marbre laissait cependant de multiples questions irrésolues : comment ces manuscrits probablement déposés dans des grottes du désert s’étaient retrouvé là probablement au moment où la Xème légion romaine Fretensis qui venait de dévaster Jéricho se dirigeait vers Jérusalem pour en détruire le Temple en l’an 68 de notre ère ? Pourquoi certains manuscrits de peau, d’autres de papyrus ou plus étonnant, de cuir, étaient-ils conservés dans des jarres de terres fabriquées sur place alors que d’autres comme l’étrange rouleau de cuivre, sorte de carte au trésor, avaient été déposés à même le sol comme à la hâte ? Pourquoi trouvait-on plus de quatre cents graphies de scribes différentes alors que le lieu pouvait abriter tout au plus 35 à 50 personnes ? Pourquoi les phylactères retrouvés sur place contenaient-il tant de versions différentes des textes bibliques s’il s’agissait d’une seule secte d’unique doctrine? Pourquoi trouvait-on tant de vaisselle brisée dans les fouilles de Qumrân ? Les esséniens qui vivaient probablement sur les rives de la mer Morte au nord d’En-Gaddi, selon les historiens de l’époque étaient-ils réellement les scribes ou les dépositaires de ces manuscrits ? Lire la suite de « De Qoumran à Paris, retrouvailles »

Les torches de Lakhish et d’Azeka


amandiers-en-fleurs-vers-ein-karem

Les amandiers sont en fleurs dans les vallées autour de Jérusalem….vers Ein Karem.

Un très bel article sur le site de Boker Tov Yerushalaym

Boker Tov Yerushalayim

La fête de Tu Bishvat* est passée, les amandiers sont en fleurs dans les vallées autour de Jerusalem..
Les premiers m’attendent à la sortie de la ville, vers Ein Karem.

amandiers en fleurs vers Ein Karem

(amandiers en fleurs vers Ein Karem, l’église orthodoxe russe au fond avec ses coupoles dorées, site agenda.co.il)

Je  me rends à Tel Lakhish. J’ai envie de voir de près cette ancienne ville fortifiée, tombée aux mains des Assyriens puis des Babyloniens.

Pourquoi aller à Lakhish m’a-t-on dit? Il n’en reste presque rien. C’est vrai, actuellement on distingue peu de ce que furent la porte de la ville, sa grande rue et ses tours de garde. Il faut une vue aérienne comme celle-ci pour se rendre compte que ce fut l’une des plus grandes villes de la plaine de la Shephela, à mi-chemin entre les monts de Judée et la côte méditerranéenne.

Lakhish vu d'avion

(Lakhish vue du ciel, madrichtiyulim blogspot.com)

La voici

lakhish  dessin

((From: http://fontes.lstc.edu/~rklein/images2/lachmode.jpg)

View original post 1 080 mots de plus

« Jérusalem si je t’oublie… que ma main droite m’oublie »


Quelques heures avant shabbat ce vendredi… et quelques shir amaaloth, chants des montées. D. bénisse sa ville sanctuaire pour toute l’humanité. « Quand l’Eternel ramena les captifs de Sion nous étions comme en rêve »

IMG-20131101-00030

DSCN0689

Psaume 126 – תְּהִלִּים

  שִׁיר, הַמַּעֲלוֹת: בְּשׁוּב יְהוָה, אֶת-שִׁיבַת צִיּוֹן–    הָיִינוּ, כְּחֹלְמִים. 1 Cantique des degrés. Quand l’Eternel ramena les captifs de Sion, nous étions comme des gens qui rêvent.
ב  אָז יִמָּלֵא שְׂחוֹק, פִּינוּ–    וּלְשׁוֹנֵנוּ רִנָּה: אָז, יֹאמְרוּ בַגּוֹיִם–    הִגְדִּיל יְהוָה, לַעֲשׂוֹת עִם-אֵלֶּה. 2 Alors notre bouche s’emplit de chants joyeux et notre langue d’accents d’allégresse.
ג  הִגְדִּיל יְהוָה, לַעֲשׂוֹת עִמָּנוּ–    הָיִינוּ שְׂמֵחִים. 3 Alors on s’écria parmi les peuples: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour ces gens! » Oui, l’Eternel a fait de grandes choses à notre égard, profonde est notre joie.
ד  שׁוּבָה יְהוָה, אֶת-שבותנו (שְׁבִיתֵנוּ)–    כַּאֲפִיקִים בַּנֶּגֶב. 4 Ramène nos captifs, ô Eternel, comme [tu ramènes] des ruisseaux dans le désert du Midi.
ה  הַזֹּרְעִים בְּדִמְעָה–    בְּרִנָּה יִקְצֹרוּ. 5 Ceux qui ont semé dans les larmes, puissent-ils récolter dans la joie!
ו  הָלוֹךְ יֵלֵךְ, וּבָכֹה–    נֹשֵׂא מֶשֶׁךְ-הַזָּרַע: בֹּא-יָבֹא בְרִנָּה–    נֹשֵׂא, אֲלֻמֹּתָיו. 6 C’est en pleurant que s’en va celui qui porte les grains pour les lancer à la volée, mais il revient avec des transports de joie, pliant sous le poids de ses gerbes.

DSCN0661

Psaume 121 – תְּהִלִּים

א  שִׁיר, לַמַּעֲלוֹת: אֶשָּׂא עֵינַי, אֶל-הֶהָרִים–    מֵאַיִן, יָבֹא עֶזְרִי. 1 Cantique des degrés. Je lève les yeux vers les montagnes, pour voir d’où me viendra le secours.
ב  עֶזְרִי, מֵעִם יְהוָה–    עֹשֵׂה, שָׁמַיִם וָאָרֶץ. 2 Mon secours vient de l’Eternel, qui a fait le ciel et la terre.
ג  אַל-יִתֵּן לַמּוֹט רַגְלֶךָ;    אַל-יָנוּם, שֹׁמְרֶךָ. 3 Il ne permettra pas que ton pied chancelle, celui qui te garde ne s’endormira pas.
ד  הִנֵּה לֹא-יָנוּם, וְלֹא יִישָׁן–    שׁוֹמֵר, יִשְׂרָאֵל. 4 Non certes, il ne s’endort ni ne sommeille, celui qui est le gardien d’Israël.
ה  יְהוָה שֹׁמְרֶךָ;    יְהוָה צִלְּךָ, עַל-יַד יְמִינֶךָ. 5 C’est l’Eternel qui te garde, l’Eternel qui est à ta droite comme ton ombre tutélaire.
ו  יוֹמָם, הַשֶּׁמֶשׁ לֹא-יַכֶּכָּה;    וְיָרֵחַ בַּלָּיְלָה. 6 De jour le soleil ne t’atteindra pas, ni la lune pendant la nuit.
ז  יְהוָה, יִשְׁמָרְךָ מִכָּל-רָע:    יִשְׁמֹר, אֶת-נַפְשֶׁךָ. 7 Que l’Eternel te préserve de tout mal, qu’il protège ta vie!
ח  יְהוָה, יִשְׁמָר-צֵאתְךָ וּבוֹאֶךָ–    מֵעַתָּה, וְעַד-עוֹלָם. 8 Que le Seigneur protège tes allées et venues, désormais et durant l’éternité!

DSCN0679

J’ai mis les noms de tous ceux que j’aime dans le mur du Temple.

Psaume122 – תְּהִלִּים

א שִׁיר הַמַּעֲלוֹת, לְדָוִד: שָׂמַחְתִּי, בְּאֹמְרִים לִי–    בֵּית יְהוָה נֵלֵךְ. 1 Cantique des degrés. De David. Je suis dans la joie quand on me dit: « Nous irons dans la maison de l’Eternel. »
ב  עֹמְדוֹת, הָיוּ רַגְלֵינוּ–    בִּשְׁעָרַיִךְ, יְרוּשָׁלִָם. 2 Nos pieds s’arrêtent dans tes portiques, ô Jérusalem,
ג  יְרוּשָׁלִַם הַבְּנוּיָה–    כְּעִיר, שֶׁחֻבְּרָה-לָּהּ יַחְדָּו. 3 Jérusalem qui es bâtie comme une ville d’une harmonieuse unité!
ד  שֶׁשָּׁם עָלוּ שְׁבָטִים, שִׁבְטֵי-יָהּ–עֵדוּת לְיִשְׂרָאֵל:    לְהֹדוֹת, לְשֵׁם יְהוָה. 4 Car c’est là que montent les tribus, les tribus de l’Eternel, selon la charte d’Israël, pour célébrer le nom du Seigneur.
ה  כִּי שָׁמָּה, יָשְׁבוּ כִסְאוֹת לְמִשְׁפָּט:    כִּסְאוֹת, לְבֵית דָּוִד. 5 Car c’est là que sont établis les sièges de la justice, les sièges pour la famille de David.
ו  שַׁאֲלוּ, שְׁלוֹם יְרוּשָׁלִָם;    יִשְׁלָיוּ, אֹהֲבָיִךְ. 6 Présentez vos saluts de paix à Jérusalem: « Qu’ils soient heureux ceux qui t’aiment! »
ז  יְהִי-שָׁלוֹם בְּחֵילֵךְ;    שַׁלְוָה, בְּאַרְמְנוֹתָיִךְ. 7 Que la paix règne dans tes murs, la sécurité dans tes palais!
ח  לְמַעַן, אַחַי וְרֵעָי–    אֲדַבְּרָה-נָּא שָׁלוֹם בָּךְ. 8 Pour mes frères et mes amis, je t’offre tous mes vœux de bonheur.
ט  לְמַעַן, בֵּית-יְהוָה אֱלֹהֵינוּ–    אֲבַקְשָׁה טוֹב לָךְ. 9 Pour l’amour de la maison de l’Eternel, notre Dieu, je te souhaite pleine prospérité.

« Un homme nommé Jésus », Bande-annonce


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Regarder ici la vidéo : http://www.facebook.com/photo.php?v=4867802298725&set=vb.507126765968952&type=2&theater

la vidéo de Secrets d’histoire, de Stéphane Bern « Un homme nommé Jésus»,
ce mardi 07 mai 2013 sur france 2 à 20h45.

Pour la voir en replay sur le site de France 2:

http://www.france2.fr/emissions/secrets-d-histoire/videos?video=81726153