Archive

Archive for the ‘Chavouot’ Category

Midrash de Chavouot


Sinaï2

Mont Sinaï


Rabbi Yo’hanan a dit : Quand D.ieu énonça les Dix Commandements, un ange divin les recueillit un à un, les portant l’un après l’autre à chaque Juif individuellement et disant : « Désires-tu accepter ce commandement ? Voici les lois et les règles qui s’y rapportent. Voici les peines que tu encours si tu n’observes pas ce commandement. Voici les décrets et les préceptes qu’il contient. Voici enfin la récompense si tu l’acceptes et observes ses prescriptions. »

La réponse fut la même d’un Juif à l’autre : « Oui, j’accepte tout. »

Puis, l’ange dit : « Acceptes-tu l’Éternel comme ton D.ieu, pour Lui obéir et L’aimer ? »

« Oui, je L’accepte », fut à chaque fois la réponse. Alors, l’ange baisa chaque Juif sur les lèvres.

Les Sages nous ont enseigné : Chaque commandement vola de lui-même vers chaque Juif et lui demanda : « Désires-tu m’accepter ? Tant de préceptes m’accompagnent, tant de lois et de règlements. Telle sera la peine si tu ne les observes pas, et telle la récompense si tu les observes. Désires-tu m’accepter ? » Et le Juif répondit : « Oui, de tout cœur. » Alors le Commandement le baisa sur les lèvres.

Sinaï 2

Amsterdam la juive : le converti d’Amsterdam


Chavouot commence ce soir.

Mon Rav m’a raconté hier soir une étrange histoire qui se passa à Amsterdam au second jour de Chavouot. C’est l’histoire de Ayat Potovzki, né comte Valentin (Walentyn) Potocki, traduite par Józef Ignacy Kraszewski en russe qui affirme s’être inspiré d’un original en hébreu publié en  1766 à Amsterdam (Hurwitz, Ammude bet Yehudah, Amsterdam) et que je  résume ici de mémoire.Sa figure est, dans la tradition juive, celle du révéré Gaon de Vilna, le rabbin Eliyaou ben Salomon Zalman (1720-1797) 

On trouvera ici en PDF l’original hébraique : Abraham ben Abraham, le guyout d’Amstel 

Abraham ben Abraham guyour d'Amstel

 « Le jeune graf (seigneur polonais) Potovzki, né d’une haute famille de la noblesse catholique polonaise fut envoyé par sa famille à Paris pour ses études.
Un jour, celui-ci eut son attention attirée par un vieux Juif dans un débit de boisson qui allait régulièrement se retirer dans une arrière-salle pour étudier dans de gros livres puis revenait faire son service. Le jeune prince vivement intrigué lui demanda de quoi il s’agissait. Le vieux lui dévoila un enseignement et des explications de l’Ancien Testament que, en tant que catholique, il ignorait totalement. Il revint jour après jour écouter le vieux qui lui commenta l’écriture. Il demanda alors à apprendre l’hébreu pour en savoir plus. En six mois, le jeune prince fut hébraïsant et  convaincu par le judaïsme. Le vieil homme lui dit qu’il devait aller voir un sage de la ville s’il désirait prendre le chemin de la guyour (conversion) . Mais ce sage l’envoya… à Rome.

Potovzki se rendit donc à Rome pour écouter les cardinaux et les curés (a comavim et cardinalim !)qui ne le convainquirent pas de la foi chrétienne et décida alors fermement de devenir juif.

Il alla pour cela voir un Rav à Amsterdam, l’un des rares lieux dans l’Europe de l’époque où les chrétiens pouvaient ouvertement se convertir.

 Sofer à Amsterdam

 Sofer (scribe juif) à Amsterdam, Musée d’histoire du judaîmse d’Amsterdam (photo DL)

Là il étudia et devint alors guer tsedek (converti juste) avec le nom d’Abraham ben Abraham.

Rabbanim à Amsterdam

Rabbanim à l’étude à Amsterdam, Musée d’histoire du judaîmse d’Amsterdam (photo DL)

Puis il retourna en Pologne dans une yeshiva. Sa famille, de noble extraction, apprit l’évènement. Folle de rage, elle l’envoya quérir pour  le faire retourner à la raison en lui envoyant des shalia (envoyés). La communauté décida de cacher le jeune homme  dans un village juif près de Vilna en Lituanie pour le protéger où trés peu de membres de la communauté étaient au courant de sa véritable identité. Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :