Les juifs en Corse après 1492


Contrairement à ce qu’on dit souvent les juifs qui ont quitté l’Espagne en 1492 ne se sont pas retrouvé à Livourne mais à Gênes. En effet Livourne n’est alors qu’un petit port de pécheurs et ne deviendra un port franc avec droit de commerce pour les étrangers qu’en 1587 (voir ici) sous l’impulsion du grand-duc Ferdinand Ier seulement un siècle plus tard donc. Une initiative qui explique son accroissement. Les juifs levantins et conversos et juifs d’Espagne ne s’installeront à Livourne -qui ne compte que 134 marchands juifs en 1601, qu’au XVIIè siècle (711 en 1622; 2500 environ en 1700, 5000 à la fin du XVIIIe siècle). Le Hub trafic de la méditerranée des années 1492- 1592 est donc Gênes en lien avec les ports d’Espagne, Narbonne, le Liban, la Syrie, l’Egypte… et surtout la Corse à quelques encablures seulement plus au sud.

Gênes, port de destination des juifs d’Espagne en 1492

Le premier bateau venu d’Espagne et rempli de juifs d’Espagne arrive à Gênes en 1478.

Genova1493

Genova 1493

Dans un premier temps ceux-ci sont parqués sur les quais du port de Gênes. Combien sont-ils ? « plusieurs milliers » si l’on en croit un prédicateur de l’époque : Bernardino da feltre, antisémite virulent. « Venerunt in urbem nostram plures » commente le doge Matteo Senaréga. il arrivent faméliques : Multi fame absumti sunt et in primis lactantes et infantes… qui non habebant unde naulum solverent, filios vendebant «  des enfants au sein ! .IIs ont été rackettés par les passeurs marins génois au point que des chroniqueurs de l’époque s’émeuvent de leur sort. On les autorise à vendre ce qu’ils ont amené.Certains sont de haute classe sociale, d’autres sont autorisés à commercer ou exercer le métier de médecin en ville, mais d’autres encore sont pauvres et vont devoir vendre leurs enfants comme esclaves (« filios vendebant »); Beaucoup se convertissent par peur de mourir. Les descriptions de Matteo Senaréga rejoignent celles de Joseph Hacohen dans La vallée de larmes (‘Emeq ha-bakha):

En cours de route, cependant, les marins se sont dressés contre eux, les ont suspendus avec des cordes, ont violé leurs femmes sous leurs yeux sans que personne ne vînt à leur aide. Ensuite ils les ont débarqués en Afrique et se sont débarrassés d’eux sur une terre stérile et déserte qui semblait inhabitée. Leurs enfants ont demandé du pain, mais personne ne pouvait rien leur donner, et leurs mères ont levé les yeux vers le Ciel à ce moment fatidique.

Les nazis n’ont rien inventé, comme pendant la Shoa on sépara à l’époque les mères des enfants sans pitié, le marrane Samuel Usque raconte :

« Avant leur départ, les enfants furent baptisés d’autorité et en grande pompe […] plusieurs femmes se jetèrent aux pieds du Roi, demandant la permission d’accompagner leurs enfants mais cela n’éveilla pas la moindre étincelle de pitié chez lui. Une mère… prit son bébé dans ses bras et sans prêter attention à ses cris, se jeta du bateau dans la mer démontée et se noya, embrassant son fils unique »

L’arrivée de la peste en 1493 est imputée aux juifs et change le point de vue des génois jusque là très tolérants et imperméables aux recommandations venues des Etats pontificaux. La prédication du franciscain Bernardino da Feltre à Noël 1493 sur les châtiments réservés à ceux qui hébergent les « ennemis de Dieu dans la cité » et les juifs qui apportent la peste, illustrée par les représentations de l’époque (voir ici) prend soudain corps. Surtout Bernardino da Feltre développe le Mont de Piété à Gênes en 1489-90 pour combattre tous ces juifs qui exercent le métier de préteur. L’objectif est bien sûr de les assécher financièrement.

Da Feltre

Bernardino da Feltre à Gênes

A partir du 5 avril 1501 sous l’impulsion du gouverneur français de la cité Philippe de Clève (qui importe les coutumes françaises de ségrégation des juifs), les juifs doivent porter un badge en tissu jaune, de sinistre postérité, « au moins grand comme quatre doigts ». L’obligation est étendue aux médecins puis aux femmes. Suit en 1505 un édit d’expulsion qui chasse les juifs de la ville. Jusqu’au XVIIIème siècle les décrets oscillent entre les édits d’expulsion et les sauf conduits permettant aux juifs d’exercer les activités de banquier, médecin… dans la ville.

Le ghetto de Gênes est créé en 1660 et agrandi en 1674 (après celui de Venise, le premier d’Italie en 1516).

En réalité les milliers de juifs arrivés d’Espagne à Gênes sont soit partis vers la Turquie, soit ont été coincés dans les villages, soit erraient dans toute l’Italie au gré des édits d’expulsion et de la création de ghettos dans la seconde partie du XVIè siècle sous la menace pontificale : les bourgeois ne voulaient pas expulser les juifs  source de leurs profits, alors on les enfermait au lieu de les expulser comme le voulait l’Eglise.

Dans un rapport rédigé en 1564 un serviteur zélé de l’Inquisition s’inquiète :

« Il n’y a pas de ville en Italie où l’on ne trouve des marranes portugais qui ont fui l’Inquisition au Portugal. Ils s’enrichissent parce qu’ils commercent de toutes les manières tous les produits sans restriction, comme les chrétiens. Ensuite, ils déménagent en Turquie et informent le grand Turc de tout ce qui se fait ici. » (Dans : Cecil Roth, Dona Gracia Nasi, Liana Levi 2007, pg. 132, Roth cite, M. Stren, Urkundliche beiträge über die Stellung der Päpste zu den Juden, pp. 138-143)

Les juifs en Corse : de Gênes à Bastia

Combien de juifs arrivèrent en Corse et se fondirent dans la population? on ne le sait pas précisément. Pour la corse comme en Italie, les archives de Gênes et les documents notariés ne gardent que les traces des notables, médecins et marchands, les contrats de rachat d’esclaves enlevés par les barbaresques turcs vers Constantinople ou Alger. Bastia partageait ses origines génoise avec Ajaccio, fondée en 1492 par l’Office de Saint-Georges, qui installa au fond du golfe cent familles de la riviera génoise, dont probablement beaucoup de marranes.

Bastia ou Bastita, c’est-à-dire « retranchement », « bastide ». La Corse était le verrou géostratégique de protection de Gênes contre les Turcs. Trois siècles et demi durant, de 1453 à 1793, Bastia fut la capitale de la Corse, ou plutôt le siège des administrations génoise puis française, car les Corses, pendant les brefs moments de leur indépendance, préférèrent Corte. Par Bastia la Corse se rattachait au continent. La proximité de l’Italie ajouta une fonction commerciale aux fonctions militaire et politique de Bastia.

Bastia1

Bastia : la rue du Castagno à droite où est la synagogue
dans une ancienne banque fortifiée génoise qui donne sur le port réinvestie vers 1915 par des juifs d’origine marocaine (rabbin Méir Tolédano) venus de Tibériade. Au loin l’ile d’Elbe.

Capture

A la Renaissance, les banques juives comme la banque Mendés au Portugal, ou l’Ufficio di San Giorgio à Gênes utilisèrent leurs réseaux dans les principales villes d’Europe pour organiser la fuite des juifs d’Espagne et du Portugal.Gracia Nasi, dite Béatrice de Luna, épouse Mendès est la plus célèbre de ces passeurs de juifs de la renaissance. Les réseaux bancaires devinrent aussi des filières marranes, leurs agences servaient de relais aux juifs en fuite. Bien sûr ces banques ne ressemblaient pas à nos banques de dépôts modernes. Il banco à l’origine c’est « le banc » où l’on change les monnaies. La banque de l’époque est donc un réseau de familles dispersées dans les ports qui se faisaient confiance et grâce aux lettres de change évitaient à leurs clients de transporter de l’or sur des routes dangereuses, les banques juives avaient des agents commerciaux à Londres, Anvers, Amsterdam, Bordeaux, Venise, Ferrare, Gênes…. Les juifs étaient donc intimement liés à la prospérité des Cités-Etats italiennes dont ils assuraient le commerce de masse comme le monopole des épices ou du corail qui faisait et défaisait les fortunes des cités concurrentes. L’éclatement des juiveries de la péninsule ibérique en 1492 projeta tous ces petits préteurs et négociants, banchieri, dans tout le monde méditerrannéen en faisant un puissant levier de développement économique et commercial international et conduisant à moyen terme l’Espagne à la banqueroute. Le Mont-de-piété est institué en 1479 à Savone par le pape Sixte IV pour secourir : i poveri maltrattati dagli ebrei che con ingorda, avarizia lor succhiavano il sangue delle loro piccole sostanze,… « les pauvres abusés par des juifs qui, avec gourmandise et, cupidité sucent le sang de leurs petites substances ». Tout l’Esprit de l’Eglise de l’poque est résumé ici. Le Monte est institué à Rome en 1555 par le Pape pour contrer les préteurs à gage et revendeurs juifs en même temps qu’est créé le ghetto et que les préteurs marranes sont violemment persécutés à Ancone au cours d’autodafés.(voir ici un article sur les banquiers sépharades de la communauté de Rome à la Renaissance). Le prêt sur gage permettait de contourner la position traditionnelle de l’Eglise affirmée aux Conciles de Latran (1215),  Lyon (1274) et  Vienne (1312), interdisant le prêt à intérêt et menaçant d’excommunication et de privation de sépulture chrétienne toute personne qui le pratiquerait; réservant de facto cette activité aux seuls banquiers juifs.

Un certain nombre de familles génoises éminentes avaient participé à la création et à la gouvernance de la Banque des compères de Saint Georges, y compris les maisons de Grimaldi & Serra. La Banque, puissance mondiale, utilisait les services d’un certain nombre d’agents juifs, dont la famille Ghisolfi qui gérait les comptoirs de la Mer Noire. Un descendant de Simeone de Ghisolfi- le fondateur, Zacharias de Ghisolfi y sera prince à partir de 1480, il sera appelé même par le Tsar.

Les traces d’envois de  « notables » juifs en Corse apparaissent dans les archives de la République de Gênes.

  • Ainsi le 24 mai 1515 Les prottettori di San Giorgio, c’est à dire les dirigeants de la banque publique de Gênes, l’Office Saint Georges, envoient une lettre à l’Office en Corse demandent « d’autoriser le médecin Jacob, fils de Aron, de vivre à Bastia et dans d’autres places pour y pratiquer sa profession ». (Source : Archives Secrètes de Gênes, Primi Cancellieri di S. Giorgio, busta 16, citée par Rossana Urbani e Guidi Nathan Zazzu, The jews in Genoa pg. 95)
  • Le 29 avril 1525 Pietri I dargo, un juif espagnol de Cadix témoigne au lbaptême à Bastia du fils d’un médecin juif. (Source : Archives Secrètes de Gênes, Notaio Antonio Pastorino, filza 45 , citée par Rossana Urbani e Guidi Nathan Zazzu, The jews in Genoa pg. 96)
  • Le Notaire chancelier Giacomo Imperiale de Terrile écrivait en février 1532 un document parlant de Benedetto de Murta, médecin à Bastia, « auparavant juif ». Les juifs qui n’avaient qu’un prénom (Benedetto est évidement Baruch, « le béni », comme le prénom de Spinoza) prenaient comme patronyme des noms de ville comme celle de Murta toute prés de Gênes. (Notaire-Chancelier Giacomo Imperiale de Terrile, liasse 44, 1532. Diversorum. Cité par Antoine-Marie Graziani, Vistighe Corse, guide des sources de l’histoire de la Corse dans les archives génoises, Epoque moderne 1483-1790, Tome 1, Volume 2, Editions Alain Piazzola, Archives départementales de la Corse du Sud, Ajaccio, 2004. Pg. 303.)
synagogue-bastia
Synagogue de Bastia – rue du Castagno

L’aventure de Ventimillia la Nuova

Il est probable que l’immigration de peuplement opérée par Gênes dans les grandes villes et sur les côtes envoya des milliers de juifs marranes conversos ou encore juifs dans l’île, les plus pauvres bien-sûr, ceux qui n’avaient pas les moyens de continuer la route. Ceux-ci traînaient dans une misérable pauvreté dans les villages d’Italie ne pouvant pas subsister comme les décrit la lettre qui prépare  l’aventure de Ventimiglia la Nuova, la Nouvelle Vintimile, Porto-Vecchio.

Vengtimiglia la Nuova

Giurisdizione di Bonifacio e Portovecchio (da “Carte Nouvelle de l’Isle de Corse” di Robert de Vaugondy, 1756).

La « T. S. San Cipriano » sur la carte est la tour génoise de Saint Cyprien (photo ci-dessous). La côte était défendue par la place fore de Bonifacio et celle de Solenzara, la citadelle de Porto-Vecchio s’inscrivant entre les deux; Un réseau de tours génoises fortifiées et armées complétait le dispositif militaire.

Tour génoise de Saint Cyprien

Tour génoise de Saint Cyprien

Là encore l’Ufficio qui gérait la Corse servit de passeur. il faut bien comprendre que les bateaux qui véhiculaient les juifs appartenaient aux armateurs, majoritairement génois. G^nes servit donc de C’est ainsi qu’en 1569, la banque Saint Georges envoya 167 familles, 460 personnes des deux sexes- issus de villages de toute la côte Ligure  pour fonder Ventimiglia la Nuova, la Nouvelle Vintimile, Porto-Vecchio. Tous partirent sous la houlette de deux compères : Pietro Massa et Giacomo Palmero sous l’égide de la banque génoise. Pourquoi de Vintimille ? Car la Banque Saint Georges avait acquis Vintimille qui passa du pouvoir de Louis XII à l’Ufficio le 6 novembre 1513. Pietro Massa le fondateur de Porto-Vecchio était très certainement de la famille du jurisconsulte à Gênes Matteo Massa, qui fit partie de l’ambassade envoyée à Gênes lors de la prise de possession de la Banque sur Vintimille. Dans cette délégation qui se rendit à Gênes on trouvait aussi Pietro Sperone, chef d’ambassade qui deviendra par la suite Vicaire Général de l’ile de Corse. Massa, un mot qui signifie aussi « fardeau »  ou une charge dont on est responsable dans la Bible hébraïque. Les massari étaient les responsables des communautés juives d’Italie. (Voir Fausto Amalberti, Storia di Ventimiglia La Nuova, La ricostruzione di Portovecchio dell’anno 1578, Cumpagnia d’i Ventemigliusi, 1985. Cumpagnia d’i Ventemigliusi, 1985. Je m’appuie sur le travail de cet historien vintimillais pour les sources génoises non juives. On pourra aussi lire Antoine-Marie Gaziani, Naissance d’une cité, Porto-Vecchio, Editions Alain Piazzola, Ajaccio, 2014, qui le complète remarquablement.)

Le Gouvernement de Gênes édictait le 9 juillet 1578 vingt-six Capitoli (chapitres), adressés à « Pietro Mazza et Giacomo Parmero » qui fixaient les conditions financières et militaires de l’expédition. Massa reçut le commandement de l’expédition, avec le titre de podestat, ayant des droits de justice.

Le chapitre 3 : « Conditions détachées à ce territoire de peur de se quereller au sujet de ses frontières, et des terrains qui sont donnés gratuitement pour toujours » me sauta au visage. Il stipulait :

« Nous donnons, et accordons librement auxdits Pietro, Giacomo, et leurs compagnons et à leurs héritiers et successeurs : tous les terrains qui existent sur le territoire de Porto-Vecchio, à savoir la vallée de Pruno et Muratello, et San-Martino avec leurs frontières respectives, au lieudit de Porto-Vecchio de cultiver, et semer, mais sans préjudice de tiers. » ( A.S.G., Corsica, Decreti del Magistrato di Corsica, n.g. 1316)

L’Ufficio, selon une politique agraire organisée, peuplait ces terres basses de l’île désertées par les populations autochtones à cause des incursions des corsaires turcs qui hibernaient en hiver dans le golf de Porto-Vecchio et de la malaria, des terres comme celles d’Aléria « abandonnées aux infidèles » disait le rapport des commissaires Grimaldo de Bracelli et Troilo Negrone dépêchés dans l’île par la Banque pour analyser les implantations possibles. La dernière grave prédation de corsaire à Porto-Vecchio datait de 1561.

Bateaux de l'Ufficio

On longea les cotes Ligure puis Toscane jusqu’à Piombino où le bateau évita de justesse le naufrage. Puis après des réparations de fortune on quitta l’île d’Elbe vers Bastia pour descendre vers le sud de l’île avec femmes et enfants. L’eau avait pénétré dans le navire et Massa constataient dans un courrier que « tous les vivres embarqués ne valent plus rien ». Tommaso Carbone gouverneur génois de la Corse crie au miracle pour de si faibles pertes et rapporte de son côté « Dans un si long voyage, avec tant de gens, il avait seulement disparu un petit garçon ». (A.S.G., Corsica, Litterarum, n.g. 517, lettre du 15 décembre 1578.). Parti de Vintimille, passé le 31 octobre 1578 à Gênes le bateau arriva le 27 novembre 1578 à Porto Vecchio, le voyage avait duré un mois au lieu de quelques jours. Faute de permission d’appareiller le bateau affronta les tempêtes d’hiver de la Méditerranée.

Porto Vecchio

Golfe de santa Giulia, plage de Palumbagia et golfe de Portjhi Vecchiu; au pied de la montagne, la vallée de Muratellu

DSCN3007

IMG00428-20100815-1703

Golf de Portjhi Vecchiu vu de la montagne

Je viens personnellement de Muratello depuis des générations.

Murateddu

Muratello

Les souffrances des marranes ont engendré des délires fous. C’est l’époque des faux messies Salomon Molko et David Reubeni dans les villes d’Italie. Colomb part en cette années 1492 découvrir la nouvelle Espagne. Les marrnes guettent le signe de leur délivrance, Leur imagination transfigure leurs souffrances insupportables en Hevlé Mashiah, les douleurs d’enfantement du messie. On lit beaucoup les prophéties d’Isaïe qui annoncent la venue du Messie dans la Jérusalem (Is 60): « Qui sont ceux-ci, qui volent comme une nuée, comme des colombes vers leurs colombiers ? Ce sont les îles qui attendent mon signal, et d’abord les vaisseaux de Tarchich, pour ramener de loin tes fils! Ils ont avec eux leur argent et leur or, en l’honneur de l’Eternel, ton Dieu, et du Saint d’Israël qui te glorifie. Et les fils de l’étranger bâtiront tes murailles, et leurs rois te serviront; car si je t’ai frappé dans ma colère, dans ma bonté je prends pitié de toi…. Et ils viendront à toi, tête, basse, les fils de tes persécuteurs, et tous tes insulteurs se prosterneront jusqu’à la plante de tes pieds; ils t’appelleront Cité de l’Eternel, la Sion du Saint d’Israël… Ton soleil n’aura jamais de coucher, ta lune jamais d’éclipse; car l’Eternel sera pour toi une lumière inextinguible, et c’en sera fini de tes jours de deuil.Ton soleil n’aura jamais de coucher, ta lune jamais d’éclipse; car l’Eternel sera pour toi une lumière inextinguible, et c’en sera fini de tes jours de deuil. ». La Nouvelle Espagne, le Nouveau Monde de Colomb ou la Nouvelle Vintimille procèdent de ce réveil de la prophétie marrane. La Nouvelle Vintimille, une ruine à reconstruire sur une Ile au pied d’une montagne avait très probablement des accents de Nouvelle Jérusalem pour ces marranes, un rêve de rédemption venu des îles lointaines.  L’homme de la Renaissance, comme Colomb vit à la fois à l’heure de la Bible médiévale et de la boussole moderne.

Mais la surprise fut rude. Les nouveaux occupants de Porto-Vecchio trouvent une place forte ruinée et doivent tout reconstruire en vivant dans des abris de fortune. Les enfants meurent de faim. Le gouverneur de Bonifacio ne lève pas le petit doigt pour aider cette foule de miséreux. Après l’hiver arriva le paludisme venu des marais des baies et du golfe de Porto Vecchio qui décima les plus faibles.

DSCN3013

Les marais de Saint Cyprien et la montagne : l’uomu di cagna

La fondation qui n’était pas la première tentative de Gênes fut un fiasco et les marranes sans le sou, qui s’appelaient Giacomo au départ et Giacobo six mois plus tard se fondirent dans la population autochtone. Le 21 avril 1579 Giovanni Maruffo nouveau gouverneur de l’île interdit toute immigration à partir de la riviera italienne car la peste s’est déclarée en Lombardie et pouvait se répandre dans l’île.(A.S.G., Corsica, Litterarum, n.g. 518).

Certains noms de famille de la liste des descendants de l’expédition figurent dans les annuaires de l’île : Abbo, Bono, Crespi, Guglielmi, Lamberti, Lorenzi, Orengo, Sasso… L’histoire des juifs de corse est une (longue) histoire.Celle des Giacobbi (Jacob), Zucharelli (Zacharie), Simeoni (Siméon)… dont les noms peuplent la mémoire.

Liste de Jacob

La « Liste de Jacob » (voir mon dernier livre)
Elenco dei capifamiglia che si apprestano a partire per la Corsica (19-24 agosto 1578). (A.S.G., Corsica, n.g. 7; cfr. Tabella 1, prima colonna).

A Amsterdam, à Venise, les marranes ces foules de baptisés juifs qui en quelques générations ne savaient plus rien du judaïsme furent ramenés sous les ailes de la Shekhina par des rabbins comme Mennassé Ben Israël. Isaac Cardoso, l’ami de Lope de Vega, juif en secret qui fuit la cour d’Espagne pour s’installer dans le Ghetto de Venise où il redevient juif du jour au lendemain décrit leur détresse dans un traité moral vénitien de 1560 :

« Chacun interroge son voisin, chacune interroge sa voisine, mais ces préceptes sont enseignés par des hommes et de femmes qui n’en savent pas beaucoup plus qu’eux. […] Il faudrait qu’ils pressent de questions chaque savant de cette ville, car tel est le devoir de tout Juif. Quiconque peut enseigner, encourager, et ne le fait pas, quiconque voit, entend et reste chez lui, mérite le plus sévère des châtiments » (Yosef Haïm Yerushalmi, De la Cour d’Espagne au ghetto italien- Issac Cardoso et le marranisme au XVIIè siècle, Fayard, 1987, pg. 184).

Les marranes famélique convertis à Gênes à l’arrivée du bateau contre un tranche de pain pour leur enfant et repartis vers la Ccorse n’eurent pas la chance d’y trouver des rabbins. Ils se fondirent dans la population de l’Ile. Pour nous juifs, ces conversions ne valent rien. Un juif reste juif pour l’éternité. Et D-ieu,Lui, n’oublie pas. Que D.ieu bénisse mon île.

NB : Dans mon livre Des Noces éternelles, un moine à la synagogue, je raconte l’histoire des juifs de Corse.

Le rôle de la Banque Saint Georges (L’Ufficio) dans l’immigration génoise des marranes et juifs en Corse


Mon ami le rabbin Harboun a été à Bastia à Pessah. Il a ouvert la synagogue en bas de chez moi. Celle du rabbi Méïr dont c’est la Hiloula aujourd’hui (voir ici). Il est revenu en me disant :  » Ces gens sont une bénédiction, nous avons été boire un café sur le port, ils aiment les juifs « … « La Corse n’est pas française… on est ailleurs »   03 BeitMeir - 1

photo2

Le Rav Haïm Harboun à la synagogue Beith Méïr à Pessah

photo3

La synagogue est sise dans une ancienne banque génoise dit la tradition orale bastiaise. Je viens seulement aujourd’hui d’avoir la preuve documentaire que les juifs sont arrivés en Corse aux XVI ème et XVIIème siècle.Voici ce que j’ai trouvé dans les archives de Gênes. exodes séfarades

La corse et les juifs

De tous temps la Corse a été une terre d’exil et de refuge. On y venait, on y restait, on devenait corse ou on mourrait. Il suffit de lire les archives de Gênes pour comprendre les allers-retours incessant, en dehors des périodes d’hivernage, des bateaux entre l’Espagne, la Toscane, la Turquie, l’Afrique du nord et la Corse. L’île hésita entre l’influence  de Rome et celle de Carthage pendant l’Antiquité avant celle de Pise puis de l’Aragon maître de la Sicile de la Sardaigne, de la Toscane (les Cités Etats de Pise et Florence) et surtout de Gênes à cette époque…, quand ce n’était pas le Vatican. (le Pape Boniface VIII, avait inféodé la Corse, en 1297, ainsi que la Sardaigne à Jaime II d’Aragon).  L’identité Corse est donc le fruit de ces intégrations successives, des immigrations, des rafles et demandes de rançon par les pirates turcs qui emmenaient leurs prises en esclavage à Istanbul ou Alger [1], des marins partis aux colonies et parfois jamais revenus comme mon grand-père, de la diaspora corse et de ses rêves perdus, de la vision de Paoli qui le premier en Europe rédigea une constitution et accueillit les juifs en Corse à droit égal avec les citoyens de sa nation. Les juifs sont probablement arrivés en Corse depuis la plus haute Antiquité mais avec la fuite d’Espagne sous la pression de l’Inquisition ils vont débarquer à Gênes et Livourne pour arriver en Corse aux XVIème et XVIIème siècle via la Banque Saint-Georges, au nord et au sud. C’est une réalité inconnue et « refoulée », que je prouve ici avec des documents issus des archives de Gênes. Palazzo_San_Giorgio

L’ufficio di san Giorgio à Gênes

Les juifs à Gênes

De nombreux Juifs avait été admis à Gênes pour des raisons de commerce, par décret de la Banque de Saint-Georges,  et pouvaient vivre et commercer librement. Ils avaient afflué principalement d’Espagne sous la pression de l’Inquisition. La tension entre la République et le Saint-Office avait commencé en 1658 avec la publication par le gouvernement et le Doge de Gênes des  Capitoli della Natione Hebrea –les « Chapitres de la Nation Juive » , révoqués sous la pression de l’intransigeant inquisiteur de Gênes , le père Cermelli, soutenu par le pape Alexandre VII . les capitoli sont explicites :

Article septième : Nous concédons (aux juifs) ensemble qu’il puissent négocier et trafiquer parmi toutes nos terres et cités, foires et villes et autres lieux de notre Etat et naviguer vers le levant, le Ponant (NDA : Le ponant désigne traditionnellement l’ouest, par opposition au levant : le terme rappelle le côté duquel le soleil se « couche »-ponere en latin), Alexandrie et tous les lieux qui leur plairont sous  leur nom hébreu ou chrétien ou ce qui leur plaira et  qu’eux-mêmes et leurs biens soient en sécurité avec leurs correspondant et nous promettons en cas de besoin de nous activer avec nos pouvoirs poul que leurs commerçants et vassaux puissent venir en sécurité ainsi que leurs galères et embarcations ( source)

En Mars 1659 se poursuivait la publication de nouveaux chapitres. Ce qui a permis l’immigration de grands groupes de Juifs. Mais en mai 1660 entra dans le port de Gênes, un navire venu d’Espagne qui avait deux familles juives comme passagers. L’inquisiteur ordonna l’arrestation d’urgence, accusant les Juifs d’être baptisés chrétiens avec l’intention de revenir à leur ancienne religion ; mais le doge en personne intervint immédiatement et appela l’inquisiteur zélé , lui demandant de renoncer à son initiative . Il fut toutefois nécessaire de renvoyer l’affaire au pape, qui, par sa décision, ordonna que les prisonniers soient libérés. C’est seulement après une longue lutte, et après plusieurs arrestations que fut assurée suffisamment de liberté de circulation et de commerce pour les Juifs à Gênes. (source) Gênes comme Livourne désire attirer les juifs pour le commerce. Dès 1520, les Médicis avaient fait de Livoume un port franc « En 1591, le Grand-Duc Ferdinand Ier accorda un large droit asile aux étrangers Corses fuyant la répression génoise. huguenots français, Juifs fuyant l’Espagne. Les différents privilèges, exemptions et immunités qu’il consentait furent codifiés en 1593 en un édit appelé La Livournaise » (…) « À Livourne, le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis consentit des avantages inédits : liberté de culte, droits civiques, non assignation dans un ghetto, auto-gouvernement par une oligarchie longtemps héréditaire ayant seule pouvoir d’accueillir de nouveaux immigré juifs… Ainsi Livourne vécut, de 1591 jusqu’à la fin du XIXe siècle, la plus nombreuse et la plus libre des communautés juives portugaises, forte d’environ 5 000 personnes. » rapporte Lionel Lévy (pg 12). Gênes est à son apogée entre 1550 et 1650, elle devient un République sérénissime en 1596. Elle domine Pise et contrôle le port de Livourne et toute la méditerranée occidentale, mais aussi  le quartier de Galata (le quartier juif) à Constantinople en Turquie, de l’autre côté de la Corne d’Or, toute la Mer Noire… Les intérêts de la banque et ceux de Gênes se confondent. juifs32

Accueil des réfugiés juifs d’Espagne à Constantinople par le sultan Beyazıt II

Synagogue Ahrida
Synagogue Ahrida à Istanbul (le plus ancienne synagogue grecque reprise par les séfarades)

Les Juifs avaient été expulsés d’Espagne, de Provence puis d’Italie du sud, de Sardaigne aragonaise en août 1492. Restait Venise où le Sénat décrète le Ghetto le 29 mars 1516, comme un « compromis » alors que prédicateurs dominicains, à l’instar des Espagnols, demandent l’expulsion des Juifs de Venise. C’est là qu’en 1520, un protestant allemand (!) imprime pour la première fois le Talmud de Babylone, quelques années seulement après la découverte de l’imprimerie par Gutenberg. Un non-juif, Daniel Bomberg, lui donne alors la structure de la page que nous lui connaissons (source : Gérard Haddad). Le texte de la Mishna a été imprimé pour la première fois à Naples, en 1492. Bomberg Bomberg1

Talmmud Menahot de Bomberg (Venezia, 1520)

IL ne faut pas oublier que les bateaux qui quittent l’Espagne en 1492 appartiennet aux armateurs génois…. Les banquiers juifs de l’Ufficio san Giorgio à Gênes ou de la Maison Mendès au Portugal vont organiser les filières de fuite d’Espagne et du Portugal vers Bordeaux, Le Comté de Nice, Gênes, Livourne, Venise, Naples, et la Turquie et Hollande à partir de 1492. Comme l’illustre la vie de Gracia Nassi (1510–1569), se cachant sous l’identité catholique Béatrice de Luna, l’héritière d’une de la plus riche banques du Portugal (la Banque Mendès), chassée de Lisbonne où elle était née dans une famille aragonaise, d’Anvers, de Venise, de Ferrare (où elle commandite la  » Bible de Ferrare « , en judéo-espagnol, qui lui est dédiée) pour poursuivre sa vie en Turquie respectée des puissants avant de mourir en Erets Israël… La Senora, Hanna, que des milliers de marranes n’appelaient pas autrement que ‘ »Notre ange » utilisa sa fortune à défier les rois d’Espagne, de France, le doge de Venise et l’Inquisition pour sauver des centaines de vies juives.« Quiconque entreprend de raconter les nobles actions et les rares vertus de Donna Gracia » écrivait un érudit contemporain, Rabbi Isaac Abohab,  » devra écrire des volumes s’il veut lui rendre justice « .

Agnolo_Bronzino, Beatriz de Luna
Agnolo Bronzino, Beatriz de Luna avec son unique fils, 1530-1540

Les banques sont donc les organisatrices des filières marranes, leurs agences servent aussi de relais aux marranes en fuite. Bien sûr elle ne ressemblent pas à nos banques de dépôts modernes. La banca à l’origine est le « banc » où l’on change les monnaies. La banque de l’époque est donc un réseau de familles qui se font confiances et évitent de transporter de l’or sur des routes dangereuses grâce aux lettres de change, les banques ont des agents commerciaux à Londres, Anvers, Venise, Ferrare, Gênes…. Les juifs sont donc intimement liés à la prospérité des Cités-Etats italiennes dont ils assurent le commerce de masse alors que le monopole des épices indispensables à cacher la goûts de viandes peu ragoutantes fait et défait les fortunes des cités concurrentes. Le quartier juif de Galata a Istanbul dans la corne d’Or, celui des juifs devient rapidement très peuplé et un haut lieu de commerce.

Revenons un siècle en arrière sur le rôle de l’Ufficio, à Gênes, la plus grande banque du monde qui prêta à Christophe Colomb Colomb et Charles Quint, au coeur de l’activité de la Sérénissime.

Bastia et le nord

Bastia, à son origine, est une position stratégique génoise sur les côtes de la Corse : Bastia commande le canal tyrrhénien. La maîtrise de la Corse est vitale pour Gênes, car toute nation possédant l’île (Gêne se bat contre Venise après qui lui ravira le monopole sur la Méditerranée après avoir détrôné Piseset contrôlé le port de Livourne) serait en mesure d’exercer le blocus de la métropole. Bastia ou Bastita, c’est-à-dire « retranchement », « bastide ». La mer, étroite, semée d’îles, qui en quelques heures de navigation mène aux ports de la Toscane. La proximité de l’Italie, devait ajouter à la fonction militaire et à la fonction politique de Bastia une fonction commerciale. Par Bastia la Corse se rattachait au continent.Trois siècles et demi durant, de 1453 à 1793, Bastia fut la capitale de la Corse, ou plutôt le siège des administrations génoise puis française, car les Corses, pendant les brefs moments de leur indépendance, préférèrent Corte.

Bastia- La Citadelle
Bastia- La Citadelle

Bastia La Citadelle   Bastia La Citadelle 2

Bastia, La Citadelle génoise

En 1484, pour retenir les colons génois qui s’étaient déjà installés à Bastia (avec des soldats allemands) et en attirer de nouveaux, l’Office de la Banque de Saint-Georges, à qui Gênes avait cédé la Corse en 1453, promit de nombreuses exemptions aux personnes qui, avec leur famille, s’établiraient autour de la forteresse.Les commerçants génois installés à Bastia entretenaient dès le xve siècle des relations avec les ports méditerranéens. Ils importaient d’Italie toutes sortes de produits. En retour, les poissons de l’étang de Biguglia, salés, étaient exportés dans toute l’Italie et jusqu’au-delà des Alpes, « in terra de’ Tedeschi ». Ses anguilles étaient également salées et vendues « à grand prix », sur le continent. DidierLong Bastia

Le port de Bastia

Bastia partage cette origine étrangère avec Ajaccio, fondée en 1492 par l’Office de Saint-Georges, qui installa au fond du golfe cent familles de la riviera génoise. Dans les deux cas, les Génois ont choisi l’emplacement de la ville  d’après les possibilités qu’offrait la géographie.

La présence juive à Bastia est  attestée au XVIème siècle. Après 1492 les juifs sont arrivés de Gênes et Livourne à 120 km par la mer. Gênes a délégué l’ administration de  l’île depuis 1453, à l’Office Saint-Georges, une banque génoise très puissante (l’Officio ou Banco ou Officio di San Giorgio fondé en 1407) possédant sa propre armée et ses propres juges,une banque où se trouvent de nombreux conversos et qui contrôle aussi des colonies du Levant et le commerce jusqu’en Mer Noire et au Cap de Bonne Espérance. C’est cette même année 1453 que la Banque prend le contrôle de Gazaria en Crimée (Gazaria, des fameux Khazars !)- voir carte. Caffa_and_Theodoro En effet, un certain nombre de familles génoises éminentes ont participé à la création et à la gouvernance de la Banque (voir ici), y compris les maisons de Grimaldi & Serra. Fait exceptionnel, la Banque utilise les services d’un certain nombre d’agents juifs, dont la famille juive Ghisolfi qui gérait les comptoirs de la Mer Noire, la Crimée  colonie génoise appartenait à l’Ufficio depuis 1453. Un descendant Simeone de Ghisolfi- le fondateur, Zacharias de Ghisolfi y est prince à partir de 1480, il sera appelé même par le Tsar. Déjà à l’époque la Crimée est un enjeu stratégique d’accès à la mer Noire controlée par les Turcs pour la Russie dont la quasi-totalité de ses côtes, de Vladivostok à la Baltique, sont prises par les glaces une grande partie de l’année.   Les Nouveaux chrétiens ou des marranes arrivèrent en Corse grâce à l’Ufficio. Ce, jusqu’à ce que Gêne reprenne directement la main sur la Corse à partir de 1562. Livourne et à 120 km de la Corse (61 milles nautiques ) et l’Île d’Elbe qu’on voit de Bastia (photos) à 50 km (27 milles nautiques). Elle vit naître Napoléon qui y vécut en exil à la fin de sa vie. map   WP_20140504_019 WP_20140505_002

 L’Ile d’Elbe et l’archipel toscan vus de Bastia au lever et au coucher du soleil

On trouve des traces de ces juifs de Bastia marranes ou conversos dans les archives de la Sérénissime à la reconstruction de la ville par les génois (citadelle). Ainsi, le Notaire chancelier Giacomo Imperiale de Terrile écrit en février 1532 un document parlant de Benedetto de Murta, médecin à Bastia, « auparavant juif » [3]. Rien d’exceptionnel à cela. Les juifs, puis marranes, puis Conversos ou Nouveaux chrétiens vont errer en méditerranées aux XVIème et XVIIème siècle, pourchassés par l’Eglise. Ainsi, un Isaac Cardoso médecin à la cour de Philippe IV, intellectuel respecté et ami de Lope de Vega débarquera d »Espagne dans le ghetto de Venise en 1648 . De Fernando ce Nouveau chrétien devient Isaac et professe le judaïsme auquel il se re-converti. « Pourquoi un armurier est-il automatiquement considéré limpio (de sang « limpide », purement non-juif) alors qu’un médecin est toujours tenu pour un Juif ? » s’inquiètent les auteurs d’une pétition au début du règne de Philippe IV dont les auteurs demandent une réforme de l’enquête sur la Limpieza de sangre. [4] La synagogue de Bastia, Beith Meir, a été installée en 1934 dans une ancienne banque génoise. C’est de Corse dit-on à l’époque qu’est importé à Livourne en juillet 1792 un opuscule intitulé « Stato Costituzionale degli Ebrei in Francia e suo esame » que les autorités Toscanes interdisent de publication en faisant promettre au libraire de ne pas le diffuser. [2] C’est l’époque où Bonaparte soutient Paoli avec qui il rompra un an plus tard. (5) Un corse ne quitte pas son île, dit un dicton corse, il s’absente.

La fondation de Vengtimilia la Nuova – PortoVecchio

20150807_120547

Porto Vecchio entourée de ses marais (Photo DL 2015)

Un siècle avant les Capitoli la Banque Saint Georges fonde Porto-Vecchio. une aventure rocambolesque. Après le passage de la seigneurie de la Rocca sous l’administration directe de la Banque de Saint-Georges, les Génois  fondent une colonie à Porto Vecchio et font construire une forteresse dont demeurent de nombreux bastions (1539) afin de se protéger des Barbares. On envoie donc 150 familles de Vintimille pour fonder la Nouvelle Vintimile, Porto-Vecchio, à leur tête Pietro Massa. En réalité la plupart sont, comme leur chef des transfuges Nouveaux Chrétiens ou marranes. Pourquoi de Vintimille ? Car la Banque Saint Georges possédait Vintimille qui passe du pouvoir de Louis XII à l’Ufficio le 6 novembre 1513.  Celui qui prendra la tête de l’expédition est un juif nommé Pietro Massa. Pietro Massa le fondateur de Porto Vecchio est probablement de la famille du jurisconsulte à Gênes Matteo MASSA,  lors de la prise de pouvoir de la Banque sur Vintimille voir ici (5). Dans la délégation qui se rend à Gênes por que l’Ufficio rachète Vintimille on trouve aussi Pietro SPERONE, chef ambassade deviendra en suite Vicaire Général de l’ile de Corse. On possède la lettre de la correspondance de Pietro MASSA avec la banque à qui il propose d’amener 150 familles à Porto-Vecchio : Lettre de Matteo Massa Comment savons nous qu’il est juif ? Par les Archives de Gênes, car comme beaucoup de juifs son nom est celui d’une ville d’Italie, Massa, d’où les juifs affluent à Gênes, Domenico Cipolline en 1648 demande aux autorités de Gênes que les juifs portent la rouelle pour aller à Nicora faire leur marché : Archives de Gênes C’est ainsi qu’est fondée Ventimiglia la Nuova (Porto Vecchio) voir ici et ici (en Italien). Destinée à être un chef-lieu de juridiction et à permettre la mise en valeur de la plaine, la colonie génoise de Porto Vecchio se révèle être un échec : du fait de la malaria, de la menace permanente des corsaires turcs mouillant à proximité et des agressions des Corses, la cité est plusieurs fois abandonnée. Après diverses tentatives de peuplement, la république de Gênes décide de favoriser l’installation dans la citadelle des familles insulaires originaires de la montagne, Quenza essentiellement. Les liens entre la Corse et la Turquie sont nombreux non seulement parce que la Banque Saint Georges qui colonise l’Ile l’a acquise en même temps que les comptoirs de Crimée, dont les juifs de la banque assurent la gestion; mais aussi parce que les corsaires Turcs pillent l’île régulièrement. Les esclaves blancs sont enlevés et vendus à Alger… et parfois libérés ou rachetés par leur proches. C’est probablement l’origine des vieilles familles juives algéroises comme « Korsia » : Corse. Ou « Corso » : C’est ainsi que Pietro Paolo Tavera, né en 1518 en Corse et alors âgé de 5 ans ets enlevé par les Turcs. Envoyé à Istanbul, il devient janissaire, après être devenu musulman et avoir reçu une éducation militaire. Surnommé Hassan Corso, il est nommé en 1549 caïd d’Alger et calife avant de se heurter aux autorités turques. Alger

Dusquenne (1610-1688), lieutenant général des armées de mer de Louis XIV, délivrant des prisonniers des mains des Barbaresques à Alger.

Razzia

Razzia barbaresque en Corse

Le Dragut célèbre corsaire turc hivernait sur l’ile du Castiglione dans la baie de Porto-Vecchio et il n’était pas rare que des bateaux en route vers Alger se réfugient dans la baie de Saint Cyprien  sur la cote est dans le sud de l’Ile pour s’abriter de la tempête sur la côte ouest comme le monter cette vidéo où l’on voit que la cote est (Saint Cyprien) est calme alors que souffle le même jour la tempête à la Tonnara sur la côte ouest au nord de Bonifacio:

On possède dans les archives de Gênes un carte française  de la Corse au moment de l’arrivée de Pietro Massa où l’on voit la baie de Porto-Vecchio et le golfe de Saint Cyprien. Lévie, dans la montagne prés de chez moi, y est orthographié Lévie comme le nom juif. Mais une autre hypothèse dit que « Le vie » signifie « les voies », le croisement, Levie était un carrefour de chemins entre la plage et la montagne. Difficile de trancher.carte

Carte du sud de la Corse en 1756

Les 150 familles probablement des marranes ou conversos sont connues par les listes au départ des 19-24 août  1578 partis le 25 novembre 1578 de Vintimille avec des familles de la ville mais aussi de Airole, Camporosso, Vallecrosia, San Biagio, Borghetto , Vallebona, Soldano, Contado di Nizza, Pimonte, Seborca, Lavina, Pietrbruna. Il est probable que ce qui réunit toutes ces personnes c’est un destin de pourchassés immigrés dans la région de Gênes et de la côte ligure.

listeliste 2Listes au départ des 19-24 août  1578

Mais Curieusement les « Giacomo »  neuf mois plus tard, le 21 mai 1579. les « Giacomo » se sont transformés en  « Giacobo » une fois sur place: voir ici les noms

Liste

On voit sur ce dessin de l’époque (à droite) la tour génoise de Saint Cyprien que je montre à la fin de ma vidéo, censée protéger la ville :

Tours génoises

DSCN1587

carte de Porto Vecchio

Plan de Porto-Vecchio (la citadelle) en 1612

  Galée

Caracca et galée du  XVIe siècle semblables à celles qui fondèrent Ventimila la Nuova (Porto-Vecchio) en 1578 (E. Marengo, C. Manfroni, G. Pessagno: La Banque San Giorgio …).

Map

L’itinéraire d’hiver probable en novembre 1578 des bateaux qui fondèrent la citadelle de Porto -Vecchio, la « Nouvelle Vintimille »

corse du sud

Fresque de 1580 d’Egnatio Danti, représentant la Corse du sud vue du nord. Ventimilia la Nuova est signalée ainsi que la baie de Saint Cyprien. La Tonnara se situe entre la vallée de Figari et Bonifacio (Musée du Vatican, Galerie des cartes géographiques)

20150807_171441

20150807_120650 copie

Les redoutables marais atour de Porto-Vechio ou sévissait la malaria mortelle (paludisme : mal aria, le mauvais air) en été et où se réfugiaient les pirates pour hiverner. Au loin la montagne où se réfugiaient les corses par crainte de la maladie… et des pirates.

20150807_120650 copie

Bien sûr cette immigration génoise ne peut occulter d’autres immigrations juives postérieures comme celle des juifs de Paoli, la fondation d’Isle Rousse avec une population juive par Paoli à partir de 1768 en concurrence au port de Calvi restée fidèle à Gênes et propose aux juifs de venir y établir une colonie marchande. On trouve dans la correspondance de Paoli la mention d’un Juif nommé Modigliani parmi les premiers habitants de la cité d’Ile Rousse en 1765, un Israélite installé à l’Ile-Rousse, qui demande à bénéficier des mêmes droits que les habitants nationaux selon la promesse de Paoli. Paoli est favorable à sa requête… etc… D’autre part les Juifs sont obligés de quitter la Sardaigne possession aragonaise, dès le 31 juillet 1492. Il est probable que de nombreuses familles se retrouvèrent dans les bouches de Bonifacio liée à Livourne pour l’exploitation du corail. De nombreux lieux et patronymes en Corse témoignent de la présence juive ou marrane comme Casalabriva (la maison de l’hébreu prés d’Olmeto en Corse du Sud). Probablement le village de Livia, Lévie prés de chez nous. (Qui pourrait aussi dire « les voies »- un croisement de routes, si on orthographiait « levie » et non « Livia »). Le nom Valli (mon nom corse) qui s’écrit aussi Bali (en hébreu la lettre Bet, B, se prononce V quand elle perd son point) est un patronyme banal en Italie et commun dans le judaïsme. (voir ici). « Ba li » signifie, « il est venu à moi », en hébreu on désigne ainsi l’enfant non attendu. Le nom Levi Valle existe dans la communauté juive de Livourne et Valli en est peut être sa contraction. (voir ici)


Capture

Valli est peut-être aussi l’anagramme de Livia. Chi lo sa ?

Des recettes comme cacavellu présent aussi dans les communautés juives du Maroc à Pourim viennent bien sûr d’Espagne  ou ce gateau s’appelle « culeca ». La similitude entre le catenacciu à Sartène et les pénitents du vendredi Saint à Séville est frappante. Ciò chi hè scrittu in celi segui in terra. Levie IMG-20140127-00161

Four à pain de ma famille qui servait à tout le village dans le sud

corail2

NB: Le poing en corail à la fin de le vidéo est une amulette contre le mauvais oeil, l’Ochju en corse, le Haïn Hara (‘le mauvais oeil’ en hébreu), le pendant du lachion hara (« la mauvaise langue » = la lèpre dans la Bible selon le Tradition rabbinique). Le corail de corse et taillé aujourd’hui à Naples. Les rabbins de Livournes exploitaient le corail de Bonifacio en échange d’armes. Par Boswell (un anglais ami de Pascal Paoli) on sait que Paoli a accepté un accord avec la communauté juive de Livourne, comme il a passé un accord avec des entrepreneurs français au moment de la guerre de sept ans, pour les forêts. « Mais on ignore les détails de cet accord passé avec le consul de Piémont à Livourne, Antonio Rivarola (fils de Domenico, ancien chef de la révolte corse, au service du Piémont au moment de la guerre de succession d’Autriche). Paoli lui demande de prendre langue avec des « rabbins accrédités » en 1760. » (Source : Marie-Madeleine Graziani, archives départementales de Corse-du-Sud.). L’objectif était d’exploiter le corail à Bonifacio (soumis à des taxes par Gênes) péché par les corses qui l’échangeaient contre de l’argent et des armes pour la jeune nation corse.

Voir aussi sur ce blog: La Corse, île de justes, France 5 rouvre le débat Cédrats de Souccot en Corse Histoire des juifs de Corse « L’abrei corsi » « L’âme marrane, judaïsme et modernité » de Yirmiyahu Yovel

Serge Klarsfeld: « La Corse est bien une île des Justes »

(1) De nombreuses fois au début du du XVIe siècle, la Corse est victime de razzias turques. Les raids débutent avant 1530 et vont en s’intensifiant. Vers 1560 le chroniqueur Filippini note que « …depuis la pieve de Lota jusqu’à celle de Santo-Pietro dans le Nebbiu, il n’y a guère de village qui n’ait pas été attaqué par les Turcs … et même plusieurs fois… »C’est au cours de l’une de ces razzias par les maures qu’est capturé Pietro Paolo Tavera, né en 1518 en Corse et alors âgé de 5 ans. Envoyé à Istanbul, il devient janissaire, après être devenu musulman et avoir reçu une éducation militaire. Surnommé Hassan Corso, il est nommé en 1549 caïd d’Alger et calife. A 38 ans, il endure des Turcs les pires supplices (dont le supplice des crocs) pendant 3 jours, avant de mourir en août 1556 à l’âge de 38 ans. C’est pour lutter contre ces raids venus de la mer que les villages sont bâtis en hauteur et que l’Office constitua un réseau de 97 tours génoises sur toute la côte achevé en 1553, il en reste 67 aujourd’hui (voir à la fin de la vidéo dans la baie de Saint Cyprien). Pendant une longue période, beaucoup de Corses, occupèrent les hautes fonctions de l’administration ottomane en Algérie et en Tunisie. (2) dans Lionel Levy, La nation juive portugaise, Livourne, Amsterdam, Tunis 1591-1951, pg.38. Nore de l’auditeur Pierallini du 6 juillet 1792, A.S.L. Governatore e Auditore, Atti economici F 3276 cité par J-P. Filippini, « La nation juive de Livourne des Lumières au Risorgimento », in actes du colloque « La révolution français et les juifs », Paris, mai 1989. (3)     Notaire-Chancelier Giacomo Imperiale de Terrile, liasse 44, 1532. Diversorum. Cité par Antoine-Marie Graziani, Vistighe Corse, guide des sources de l’histoire de la Corse dans les archives génoises, Epoque moderne 1483-1790, Tome 1, Volume 2, Editions Alain Piazzola, Archives départementales de la Corse du Sud, Ajaccio, 2004. Pg. 303. (4) Fama postuma e la vida y muerte del Doctor Frey Lope Felix de Vega Carpio…(1636)  constitue le vol. XX des Obars sueltas de Lope de Vega. (5) En 1789, Bonaparte contribue à réprimer des émeutes populaires en Bourgogne. Il rentre ensuite en Corse où il soutient d’abord l’action de Pascal Paoli dans une ile en pleine effervescence. Mais la première rencontre entre les deux hommes, en juillet 1790, est peu concluante. Bonaparte est promu premier lieutenant en juin 1791 et transféré à Valence. Un nouveau congé le ramène en Corse. Il y est impliqué dans des échaufourées et doit rentrer à Paris en mai 1792. En juillet, il est renvoyé à Ajaccio avec le grade de capitaine. Il rompt avec Paoli et doit fuir l’île avec toute sa famille en juin 1793. Rav Harboun et Didier Long

Le Rav Haïm Harboun qui a écrit : AU TEMPS DES BÛCHERS – L’expulsion des Juifs d’Espagne (1492-1992) 

(5) LES AMBASSADEURS DE VINTIMILLE A GÊNES
Après la décision du 6 novembre 1513, une ambassade, dont faisaient partie : Pietro SPERONE, Matteo MASSA, Giobatta OLIGNANI, Santino GALLEANI e Gervasio LAMBERTI, représentants de la ville de Vintimille et Giacomo RONDELLO, Michele APROSIO et Giovanni GIBELLI, délégués des Villes et du District, le 10 janvier 1514, était allée à Gênes pour négocier les conditions qui concernaient la cession de la souveraineté de la ville de Vintimille à la Banca di San Giorgio. Les membres, qui formaient l’ambassade, indiquaient clairement la situation politique de la ville; le chef de la même était le représentant le plus important du parti des «Doria» et de la couleur « Fregoso », donc particulièrement bien vu à Gênes, tandis que les autres membres étaient tous des personnes de différentes opinions. Après quelques semaines de pourparlers, le 13 février 1514, au Palais des Compere di San Giorgio, les membres de l’ambassade signaient l’acte, notarié par le notaire Giobatta FOLIETA, qui décrétait la soumission de la ville de Vintimille à la Banca di San Giorgio.

Le 19 mars 1514 sur le parvis de l’Eglise Cathédrale, 1511 habitants de Vintimille et des Villes prêtèrent serment de fidélité au Banco di San Giorgio.