Glaner la vulnérabilité au coin de ton champ

Jean-François Millet, Les glaneuses, Musée du Louvre, 1857

Je dédie cette méditation à la mémoire de Meïr (Michel) ben Simha, à mon ami Jacob Ouanounou, féru du Midrach Péa et à son épouse Katia dans la peine ainsi qu’aux disparus du Mont Meron et à leurs proches.

PEA (le « coin » du champ) 

Nous ne sommes que des moissonneurs de passage et même notre récolte, ce que nous croyons posséder, à commencer par notre vie ne nous appartient pas, nous sommes juste des gérants provisoires.

C’est une des leçons de la paracha Emor (« Parle ») au milieu de multiples observances sur la sainteté de cohanim et au milieu de l’énumération des fêtes juives, élément de texte complètement bizarre après avoir parlé de Pessah et Chavouot, et juste avant la description de Roch Achana.

« 9 Quand vous moissonnerez la récolte de votre pays, tu laisseras la moisson inachevée au bout de ton champ, et tu ne ramasseras point la glanure de ta moisson. 10 Tu ne grappilleras point dans ta vigne, et tu ne recueilleras point les grains épars de ta vigne. Abandonne-les au pauvre et à l’étranger: je suis l’Éternel votre Dieu. 11 Vous ne commettrez point de vol, point de dénégation ni de fraude au préjudice de votre prochain. 12 Vous ne jurerez point par mon nom à l’appui du mensonge, ce serait profaner le nom de ton Dieu: je suis l’Éternel. 13 Ne commets point d’extorsion sur ton prochain, point de rapine; que le salaire du journalier ne reste point par devers toi jusqu’au lendemain. 14 N’insulte pas un sourd, et ne place pas d’obstacle sur le chemin d’un aveugle: redoute ton Dieu! Je suis l’Éternel. »

Lv 19

Il y a trois dons aux pauvres des champs dans la paracha de ce jour :

  • Péa (« le coin », péot au pluriel pour les boucles de cheveux au coin du visage qu’on en doit pas couper ) Lv 19, 9 ; 23, 22.
  • Leket « Glaner » – les épis de grain tombés lors de la récolte Lv 19, 9 
  • et Chikhha : « gerbes oubliées » – les gerbes oubliées et laissées dans le champ pendant la récolte (Dt 24, 19)

Tout cela doit être laissé au pauvre, aux glaneuses.

En mémoire d’Ady Steg

Cette méditation est dédiée à Ady Steg (zatsal) qui fut « un arbre planté prés d’un ruisseau et jamais son feuillage ne meurt » (psaume1), elle est dédiée à Jean-Michel et Gabriel-Philippe, leurs épouses et leurs enfants pour les aider dans leur Chiva afin que la tristesse ne gagne pas.

Ady Steg par Meïr Long

Qu’est-ce qu’une juive, un juif, un Mensch ? Une personne qui pense par elle-même. Ainsi vécut Ady Steg.
Le judaïsme n’est pas une dogmatique ou un système idéologique mais une manière de regarder le monde, de l’interroger et d’y naitre à chaque instant par amour. Est Mensch, un tsaddik (Juste) celui qui vit ainsi.

Je voudrais l’illustrer par trois regards : le Talmud au traité Berakhot, un texte de Hanna Arendt, un extrait de Vie et destin de Vassili Grossman.
Ady Steg, le Mensch, « Heureux l’homme » (Ps 1,1).

Premier mot du premier traité des bénédictions

La première michna (« répétition ») du Talmud commence par une question Méémataï (A partir de quand?). « A partir de quand peut on réciter le Chema du soir ? » ….

L’enterrement d’Ady Steg cette après-midi

L’enterrement d’Ady Steg à Pantin cette après-midi était très émouvant. Du soleil, des pleurs et des rires, tous ses petits enfants ont parlé c’était tellement beau. Et ses fils aussi bien sûr. On était captivés par la vie de cet homme si grand et si humble et tous ces détails singuliers qui le font vivre parmi nous, le travail de mémoire a commencé.

Le GR Haïm Korsia a dit : « Vous avez devant vous la vie d’un Tsadik ». Et on a lu les lignes de Hannah Szenes, cette jeune combattante de la Hagannah parachutée en Yougoslavie en 1944 parmi les partisans, pour aider au sauvetage des juifs, arrêtée torturée et fusillée :

« Il est des étoiles dont la lumière n’atteint la terre qu’après qu’elles se soient désintégrées et ne sont plus. Il est des hommes dont la mémoire scintillante éclaire le monde après qu’ils aient disparu ».

Puis le GR Haïm Korsia il a repris les mots de Jacques Chirac à Ady Steg parlant du grand professeur qui était resté le « petit garçon de 7 ans arrivé en France le coeur grand ouvert », « un de ces juifs qui a fait la France » a dit le GR Korsia. « Ady Steg avait le cœur grand ouvert ».

On a dit le Kaddish et on a jeté de la terre d’Israël dans sa tombe. Tout était très simple. Comme lui.

Haïm a repris le passage du Talmud qui dit : « Jacob n’est pas mort car chaque fois qu’on parle de lui ses lèvres sourient dans sa tombe ». Ady devait sourire quand tous ses enfants parlaient de lui, les larmes au yeux et le rire souvent. Un Tsadik.

Ady Steg (Zatsal), un juif qui a construit la France

DISCOURS DE M. JACQUES CHIRAC, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, SUR L’OEUVRE, LA CARRIÈRE ET L’ENGAGEMENT DU PROFESSEUR ADOLPHE SREG, PARIS, LE 26 FÉVRIER 2001.

1989-09-14-Inauguration-de-la-bibliothèque-AIU-Jacques Chirac-Ady Steg


Monsieur le Professeur, monsieur le Président,
Cher Ady Steg,
Mesdames, messieurs,
Si je m’adresse ainsi à vous, au milieu de tous vos proches, votre famille, vos amis, vos collaborateurs, et aussi cette autre famille culturelle et spirituelle qu’est la Communauté, si bien représentée ici aujourd’hui, c’est parce que je voudrais honorer en vous plusieurs êtres dans un être, plusieurs parcours dans un parcours, plusieurs vies dans une vie. C’est cette pluralité au sein d’une même cohérence, ces histoires au sein d’une même histoire qui font les destins exceptionnels.
Aujourd’hui, réunis autour de vous par les liens de l’estime, du respect, de l’amitié, nous vivons, avec vous, un moment de ce destin, un moment de reconnaissance, de consécration, mais aussi une étape.

Lire la suite de « Ady Steg (Zatsal), un juif qui a construit la France »

Kaddich pour Ady Steg

‘Le Talmud enseigne : « On ne fait pas de monument à la mémoire des Tsaddik ; ce sont leurs œuvres qui assurent leur avenir » (Ady Steg)

C’est avec tristesse que nous apprenons le départ d’Ady Steg (zatsal). Toutes nos condoléances à Gilberte son épouse, Jean-Michel et Gabriel ses fils, Diane, et tous ses petits enfants.

Ady Steg et le GR Haïm Korsia

Un jour de 2010 Diane Segalen et mon ami Jean-Michel Steg m’ont amené gouter à Pourim chez Ady et son épouse en famille. En me voyant, alors que je n’étais pas encore converti il m’a lancé :

« Et vous êtes juif d’où ? »

Quand je lui ai répondu que je n’étais pas juif il m’a dit que je me moquais de lui. Et il m’a lancé : « Vous faites parti des Hassidim, Loubavitch non ? « ; Je ne comprenais rien de ce qu’il me disait.

La vies est étrange. Parfois on reconnaît un visage… peut être que toute connaissance est une reconnaissance.
J’ai ensuite compris qu’il avait raison. Et je me suis mis à la recherche de mes ancêtres juifs de Corse.

Je veux tout d’abord adresser à Jean-Michel, Diane et Gabriel ma prière et mon tendresse pour ce tsadik qui vivaient alors avec son épouse Gilberte dans son appartement prés du Champs de Mars. j’entrais dans un autre monde, on se serait cru quelque part en Mittle Europa.

Lire la suite de « Kaddich pour Ady Steg »

In memoriam frère Matthieu Collin

Quelques images du frère Matthieu Collin parti vers D. il y a une semaine datées de juin 2011. Lors de nos chaudes conversations sur les rapports entre christianisme et judaïsme à l’Abbaye de la Pierre Qui Vire.

Matthieu a été mon maître des études et un ami intime jusqu’à sa mort. Il était un passionné d’Israël et du judaïsme. C’est grâce à ses recherches et à ses notes que j’ai écrit  Jésus le rabbin qui aimait les femmes , « Jésus de Nazareth juif de Galilée , L’invention du christianisme Jésus l’homme qui aimait les femmes, une vision juive de Jésus qui était la sienne comme authentique chrétien. Spécialiste des psaumes, cinq livres considérés comme le résumé de la Torah par la Tradition juive, il me transmettra cette passion.

Lire la suite de « In memoriam frère Matthieu Collin »

Comment la Volkswagen a été créée par un ingénieur juif allemand, avant d’être réinventée par Adolf Hitler et ses amis

Bib’

Je suis né dans la civilisation de l’automobile… avant de grandir dans celle d’Internet. La civilisation d’amour de la bagnole faite par le peuple pour le peuple, (Volkswagen, « la voiture du peuple »), a précédé celle de l’amour universel de Facebook : « Tu likeras ton prochain comme toi-même ! ». Je voudrais m’intéresser ici au cas très particulier de la Volkswagen. Permettez moi un contour par une vie la mienne.

Mon père a été ingénieur chez Michelin pendant 25 ans (service Z : mélanges, service F: recherche…), il a construit et travaillé dans les usines de Greenville en caroline du Sud, de Turin en Italie, de Bilbao Espagne, au Brésil, au Japon… Il a fabriqué des machines à mélanger les gommes, à faire éclater des pneus d’avion arrosés d’eau en choc sur une piste d’asphalte dans une chambre blindée, à faire rouler des pneus grands comme des maisons pour la forêt amazonienne en recréant une ambiance de serre à Clermont Ferrand, à faire rouler des heures des 30 tonnes chargés de plomb sur les pistes de Ladoux… Je me rappelle de Ted Key un fournisseur texan de gomme qui venait manger à la maison à Clermont Ferrand, avec son gros accent, sans un mot de français, en chapeau de cow-boy, draguait ma mère, et se tapait des filles aux Texas au fond d’un caravane après quelques whisky. « Un whisky et un barbecue sinon rien ! » J’ai été globalisé dés les années 70 ! Mon père partait aux US pendant des mois et nous envoyait des cartes postales de Cap Canaveral où décollait Apollo. On était super fiers de partir sur la lune nous à la maison !

J’étais un Bib’ (Bibendum) dés15 ans, à Clermont Ferrand. A La Mission (service AP, comme apprenti) car pour devenir cadre il faut d’abord y être ouvrier. Donc 40 heures d’atelier pour commencer, les 3 huit l’été. Un bib’ ne peut être un bon cadre que s’il a été ouvrier. Édouard Michelin, de regrettée mémoire, a usé ses fonds de culotte à La Mission. Ce régime de fer m’a préparé au monastère et recyclé ma passion de la mécanique pour démonter des mobylettes volées à des fins plus morales.

Porsche Cayenne jaunes

Bien des années plus tard, en 2016, l’année de ma Brit mila, alors que je redevenais Meïr, j’ai travaillé avec un grand dirigeant de Michelin pour qui j’ai de l’affection car il porte en lui les hautes valeurs de la manufacture. Nous parlions avec lui et ma collègue Claire du Dieselgate chez Volkswagen, la tricherie du siècle sur les émissions de CO2 par les véhicules.

J’avançais que Ferdinand Piëch le patron de Volkswagen n’était peut être même pas au courant de ce qu’avaient fait ses équipes… et qu’il allait porter le chapeau a cause du Führerprinzip, ce (« principe du chef ») essentiel au fonctionnement du régime nazi qui consiste en la soumission aveugle aux ordres d’un Führer intégré quasi spirituellement, qu’il avait fait régner sur ses équipes pendant des décennies.

Claire m’a immédiatement mis un coup de pied sous la table. Bien visé. J’ai dû faire une grimace derrière ma cravate car mon interlocuteur a répondu :

 » Laissez le parler Claire ! Savez-vous que le patron de Volkswagen Ferdinand Piëch  petit-fils du fondateur de Porsche est arrivé à Aulnat, l’aéroport de Clermont Ferrand, pour rencontre notre manufacture, son fournisseur, il a quelques années, et qu’il a demandé que 3 Porsche Cayenne jaunes l’attendent au pied de l’avion ? « 

Une demande impossible à satisfaire bien sûr, la couleur jaune n’étant pas la plus demandée. Mais comment refuser cela à l’empereur de l’industrie automobile  allemande réunissant Audi, Bugatti, Porsche, Lamborghini ?
La Manufacture à dû alors en dénicher à des milliers de kilomètres.

Pourquoi jaune ? Écoutez la suite. Il faut remonter quelques années en arrière.

Lire la suite de « Comment la Volkswagen a été créée par un ingénieur juif allemand, avant d’être réinventée par Adolf Hitler et ses amis »

Frère Matthieu Collin, Vie et mort d’un Mensch

Ce post célèbre le souvenir de frère Matthieu Collin, de mémoire bénie, moine du monastère de la Pierre-qui-Vire décédé à 83 ans des suites d’une embolie pulmonaire, dans la nuit de ce « vendredi saint » pour les chrétiens, le 2 avril 2021, à l’hôpital d’Avallon.

Frère Matthieu en 2012, portrait d’Olivier Long

Matthieu a été mon maître des études et un ami intime jusqu’à sa mort. Il était un passionné d’Israël et du judaïsme. C’est grâce à ses recherches et à ses notes que j’ai écrit  Jésus le rabbin qui aimait les femmes, Jésus de Nazareth juif de Galilée , L’invention du christianisme , Jésus l’homme qui aimait les femmes, une vision juive de Jésus qui était la sienne comme authentique chrétien. Spécialiste des psaumes, cinq livres considérés comme le résumé de la Torah par la Tradition juive, il me transmettra cette passion.

Lire la suite de « Frère Matthieu Collin, Vie et mort d’un Mensch »

CHABBAT ZAKHOR

Sortie de Chabbat Zakhor, le Chabbat du souvenir d’Amalek
Comme si le souvenir de l’ennemi nous rappelait celui de nos Justes.
שבעה
Sortie de la Chiv’ha Rabbi Raphaël Ohayon zal.
Que ton souvenir soit une bénédiction.
Trois jours pour te pleurer, quatre jours pour faire memoire de tes mérites en ce monde toi notre doyen, et ils étaient si nombreux qu’une bibliothèque ne pourrait les contenir..
Je ferme les yeux et vois ton sourire Rabbi Raphaël.
Aujourd’hui on a parlé de la menorah dans la lecture.
Ta vie nous élève dans la flamme (lux = lucie en lat.) et ton souvenir nous grandit Rabbi Raphaël. Zikhrono livrakha.
Notre affection à ta famille qui se lève.
D. console les endeuillés,
Refa, « guérir » et El, « D.ieu ». D. guérit.
Baroukh Achem mimekomo.
Nous sommes un seul chandelier (e’had).
Chavoua Tov,

Raphaël Ohayon, zatsal, nous a quittés

Baroukh Dayan Ahemet,

Ce chabbat, premier jour du mois d’Adar, le doyen de notre communauté, le rabbi Raphaël Ohayon, zatsal, est parti. Il était né il y a 90 ans à Marrakech en cette saison des oranges. Il se souvenait de l’odeur des orangers en ce mois et venait chaque année m’en parler. Ce mois d’Adar est celui de la récolte des oranges mais aussi de la joie.

« Lorsqu’entre Adar, nous augmentons dans la joie »

Talmud, Taanit, 29a

Il n’a cessé depuis que je suis arrivé dans notre communauté il y a dix ans de venir me soutenir de sa gentillesse et de son humour. Il faisait cela avec beaucouo d’entre nous. Il était le compagnon de chemin du Rav Harboun depuis Marrakech.

Merci de tout coeur Raphaël Ohayon, courage à Lucie, notre affection à vos enfants. Comme l’odeur des fleurs d’oranger notre frère est immortel.

Voilà le dernier mail et le poème acrostiche sur son nom qu’il m’a écrit le 05 janvier comme il nous en écrivait pleins :

 » Cher Rav Meïr היו

En pièces jointes, nos souhaits et nos bons vœux pour vous et pour tous les vôtres,que nous confirmons et validons et dont la signature suit page suivante.

Lucie, Rapha »