Tympan de la Création, abbaye de la Pierre-qui-Vire

Le texte qui suit commente le « Tympan de la Création » du narthex de l’abbaye de la Pierre-qui-Vire (Yonne).
Œuvre de frère Marc (Didier Long). 1991. Biennale de Venise 1992- Architettura e spazia sacro nella modernita, architecte belge Jean Cosse pour les bâtiments (dont DL a réalisé l’étude matériaux et couleurs).
Matériaux : Granit, béton coloré, céramique émaillée à la cendre, fresque, cuivre. Largeur 4 mètre, poids du linteau 4 tonnes.

Le site
Le monastère est une petite citée perdue au coeur de la forêt du Morvan entre Avallon et Saulieu en Bourgogne. Tout l’urbanisme monastique à travers la prière des psaumes, le méditation de la Bible, les commentaires des anciens, le travail manuel et intellectuel… vise à écouter la parole de Dieu ici et maintenant et à faire UN avec le Dieu UN (c’est le sens de monos, moine). C’est étrange mais c’est ainsi. Toute la vie est donc ritualisée autour du cloître (cour carrée intérieure) qui distribue les fonctions : réfectoire, église,cellules, chapitre, bibliothèque, atelier (le monastère vit du seul travail des moines)… autour de ce coeur battant du monastère qui est entouré d’une cloture. La cloture est un espace de silence absolu où ne pénètrent que les moines. la cloche appelle 7 fois, jour et nuit, les moines à l’office divin (prière).

Les hôtes sont accueillis à l’hotellerie (photo de la porterie) où ils peuvent séjourner.

l’église est ouverte à tous, on y entre par un vaste sas de recueillement, le Narthex:

 

Nos ‘maîtres’ ont enseigné que …

Avec frère Matthieu, exégète, qui m’a appris la Bible et la Tradition orale d’Israël… 
et deux ou trois choses sur la vie…(photo juin 2011)

  Avec frère Mathias qui a mené les travaux de l’architecture moderne en 1990 et… qui m’a appris l’hébreu (photo juin 2011)

Le texte
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre n’était que solitude et chaos (Tohou vavoou : tohu-bohu); des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux (al penei amaïm, sur le visage des eaux). Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut. Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, jour UN (iom ehad).

Comme dit le rabbin de ma synagogue chaque fois qu’il va commenter la Torah pour shabbat : « On pourrait passer trois ans à étudier cette parasha (passage de la Bible)… ».
Cependant je vais essayer de donner l’explication d’une sculpture ésotérique entièrement bâtie sur ces quelques versets qui ouvrent le premier chapitre du premier livre de la Bible, celui de la Genèse.

 Le tympan 

Tracé régulateur du tympan

Commentaire
Le Ciel  est symbolisé par le cercle, la course circulaire des astres circulaires, la voute étoilée au-dessus de nos têtes. « Deux choses me remplissent d’une joie éternellement renouvelée : la voûte étoilée au-dessus de ma tête et la présence de la loi morale en moi » dit Emmanuel Kant au début de sa ‘Critique de la raison pratique’. C’est aussi ce que chante le psaume 19 :
« Les cieux proclament la gloire de Dieu, le firmament raconte l’ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance.
Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s’entende; mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. Là, se trouve la demeure du soleil : tel un époux, il paraît hors de sa tente, il s’élance en conquérant joyeux. Il paraît où commence le ciel, il s’en va jusqu’où le ciel s’achève : rien n’échappe à son ardeur.  La Torah du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples. »
Au fond, pour qui veut bien l’entendre, la parole créatrice de Dieu anime toute la création. Ces dix paroles de création de Genèse 1 (Vayomer Elhoim, « Dieu dit » est répété dix fois) renvoient aux dix paroles/commandements donnés au Sinaï. Elles invitent à l’éthique. Sans éthique, sans les commandements de la Torah l’homme meurt, sa vie redevient un tohu-bohu. L’homme qui ne prend pas le « joug des cieux », c’est-à-dire qui se pense la mesure de toute chose va à sa perte. Seul celui qui prend refuge en Dieu peut entrer dans un chemin d’humanité.

La terre est symbolisée par les 4 carrés : l’eau, l’air, la terre et le feu. Le chiffre 4 est celui de ce monde : 4 saisons, 4 éléments, 4 vents…

L’étoile de David à 6 branches, symbolise les six jours de la semaine, le septième jour, celui du repos divin (le shabbat), est symbolisé par le centre de l’étoile, un vide qui symbolise l’attente messianique, la Rédemption. Selon la prophétie de Balaam : « Je le vois, mais ce n’est pas encore l’heure; je le distingue; mais il n’est pas proche: un astre s’élance de Jacob » (Nombres 24, 1-25). Ce texte annonce la venue d’une étoile messianique, qui devait sortir de la maison de David. Les six points aux extrémités de l’étoile et les 6 points d’intersection des triangles représentent les douze tribus d’Israël.

« La pierre qu’ont dédaignée les architectes est devenue la pierre d’angle ». Au milieu du tympan est l’endroit où la matière n’a pas de forces. L’espace vide (il manque une pierre) au cœur de l’étoile est le point focal du tympan où il n’y a aucune force dans la matière, un repos, (un shabbat) au-dessus du linteau. Ce système de décharge est utilisé depuis la plus haute antiquité pour soulager les linteaux.


Selon les mots du psaume : « Voici la porte de l’Eternel, les justes la franchiront! Je te rends grâce pour m’avoir exaucé, tu as été mon sauveur. La pierre qu’ont dédaignée les architectes, elle est devenue la plus précieuse des pierres d’angle. C’est l’Eternel qui l’a voulu ainsi, cela paraît merveilleux à nos yeux. » (psaume 118,2)
Fondamentalement , dans leur construction du monde , les architectes de ce monde refusent la révélation de Dieu, sa Torah. L’homme ne veut pas d’un Dieu qui lui interdise de tuer son prochain d’en prendre la femme ou de voler son voisin… Il refuse la révélation. Et comme dit Maïmonide, « le monde suit son cours ». Ce refus de la Révélation est la raison profonde de l’antisémitisme, c’est la raison de la mort des prophètes et des justes, du meurtre d’Abel. Mais Dieu a choisi Israël, les prophètes, Abel, les justes pour franchir les portes de sa cité. La pierre d’angle absente renvoie à la reconstruction du Temple de Jérusalem invoquée dans la prière. 

« Le souffle de Dieu planait sur le visage des eaux ». La vague de l’esprit est une spirale construite sur une série de rectangles d’or. Pour construire une spirale dorée, on prend un rectangle d’or horizontal de largeur 1 et de longueur fi. On y inscrit un carré de côté 1 dans le coin gauche. Le rectangle restant est donc un rectangle d’or vertical de longueur 1. On y inscrit un carré dans le coin supérieur. Il reste un rectangle d’or. On itère… Cette courbe est appelée spirale dorée. Elle ressemble à s’y méprendre à une spirale logarithmique. (voir ici l’explication mathématique de la spirale d’or)

L’idée est que les lois de Dieu sont inscrites dans sa création comme celle de la géométrie sont inscrites dans la nature.
La spirale logarithmique est présente au fond des océans dans la courbe du nautile ou dans la forme des galaxies. Le tracé régulateur du Nautile, de certaines galaxies montrent les lois de la géométrie inscrites dans la nature.

Nautile

Galaxie NGC1232
 
GalaxieM51

Pour qui sait lire les lois de Dieu se réalisent donc en ce monde.

Dans les Pirqé Avot on peut lire : « Dix choses ont été créées avant le (premier) Shabbat (du monde) : La bouche de la terre, le puits de Myriam, l’arc-en-ciel, etc.»… et Moïse Maïmonide commente (à propos de ces ‘miracles’) : « Ne crois pas que Dieu change d’avis à chaque instant (en fonction du comportement des hommes), mais Dieu a placé dès l’origine des lois qui pourront se réaliser s’il y a lieu qu’elles se réalisent. ». Donc « le monde suit son cours », Dieu s’en est retiré pour nous laisser libre, que nous comprenions ses lois ou que nous ne les comprenions pas.

Alors, si d’aventure vous passez par Avallon, à 2h30 de Paris… allez voir les moines de la Pierre-qui-Vire. Dans la forêt, loin du tumulte de ce monde, n’ayant pour compagnie que les chênes, dans le dépouillement et la joie, leurs quelques paroles vous conduiront au coeur de vous-même.

Un commentaire sur « Tympan de la Création, abbaye de la Pierre-qui-Vire »

  1. Ma pensée -un peu brut comme d’habitude- et je m’en excuse- mais c’est ce que je pense jusqu’à preuve du contraire…Le Père Matthias a tiré par son art le maximum de cet horrible béton… (« La pierre qu’ont dédaignée les architectes… » : bravo donc. Quelle belle photo vous avez prise pour illustrer cette citation évangélique ! Le béton est un matériau mort, destiné uniquement au robot humain que nous sommes devenus, mais les matériaux de construction créés par le Créateur relient l’homme à Dieu ; ils savent bien vieillir et ont certainement, aux yeux des Poètes, de multiples qualités et mystères…
    Par ailleurs, pendant que j’y suis, je signale (à paraître vers sept. 2011) aux éditions protestantes libérales « Théolib : « Mise en regard de Calvin et du protestantisme libéral » … « pas du tout ce que l’on m’a appris au catéchisme ! », comme m’a dit un ancien prêtre, …mais enfin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s