Christianisme et Judaïsme à la veille de yom Kippour

Le jour de Kippour 1913, Franz Rosenzweig qui doit être baptisé le lendemain entre dans une synagogue de Berlin. Par scrupule intellectuel il ne veut pas quitter le judaïme, qu’il ignore complètement sans y avoir gouté une fois. Il prie, il jeûne et retourne à Dieu et à lui même (teshouva, la conversion). Il ressort de la synagogue bouleversé et écrit à l’un de ses cousins qui devait être son parrain : « Je vais te decevoir, je reste juif. Peut-être le Christianisme, la demeure du Fils, doit-il permettre à chaque homme d’entrer dans le demeure du Père, et son caracère missionnaire est-il entièrement justifié,  sauf pour le Juif, car le juif n’a pas besoin du fils pour retrouver le Père : de par sa naissance même, son histoire, son existence, il est à demeure dans la maison du Père ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s