SIDRA de VAYIKRA, « Il appela », 5 Nissan 5773

Torah

Un commentaire de la paracha du dernier Shabbat (à lire ici) par le Rav Haïm Harboun.

Nous commençons le livre du Lévitique qui traite presque exclusivement de tout se qui se passe au Temple et particulièrement du Grand Prêtre. C’est pourquoi cette première Sidra, de manière métonymique, porte le nom de ce livre. C’est important car cette formulation insiste sur la première phrase de ce livre, formulée de manière très particulière « L’Éternel appela Moïse, et lui parla… » et au verset suivant « Parle aux enfants d’Israël et dis-leur… ». Pourquoi « Parler pour parler » et « parler pour dire » ? Il nous faudra bientôt résoudre cette question.
Je parlerai d’abord de l’écologie juive et de son respect des animaux puis du sens des sacrifices pour nous aujourd’hui.

De l’animal à l’homme
Le livre du Lévitique nous décrit avec grande précision les sacrifices, autrement dit la manière d’abattre une bête, de récupérer son sang, sa peau, de faire brûler sa graisse, etc… N’importe quel homme moderne, qui lit cela pour la  première fois, est bouche bée… Car une lecture superficielle nous laisse une impression d’une activité primitive, païenne et presque idolâtre d’une cruauté semblable à celle des corridas modernes. Comment donc, comprendre que la Torah qui a émis, les premiers principes, de respect des animaux il y a presque quatre mille ans,  puisse transformer le Temple en un véritable abattoir ?

Il serait bon de comprendre comment le Judaïsme considère  le respect à l’égard des animaux et par déduction, nous comprendrons alors que la vie d’un homme est sacrée.

Cette protection des animaux est l’objet d’attestations multiples dans la Torah :

  • La Protection des animaux figure dans le texte  fondamental du Judaïsme à savoir : les dix commandements. Le repos est prévu pour l’animal tout comme l’homme : « Six jours tu travailleras… mais le septième jour est chabbath… Tu n’y feras aucun travail, ni toi… ni ton bétail. » (Ex 20, 10).
    Petit rappel : on est alors dans un monde où la vie d’un esclave vaut celle d’une chose en droit gréco-romain
  • Dans le deuxième paragraphe du Chéma, ce texte essentiel de la Torah, récité deux fois par jour, il est dit : « Je donnerai de l’herbe à tes animaux et tu mangeras et te rassasieras » (Dt 11, 15). Et ce verset est commenté par la Loi orale : « Tu dois d’abord donner à manger à tes bêtes, ensuite seulement tu peux te mettre à la table toi-même pour manger » (Bérakhot, 40a).
    Contexte : on est dans ce monde ancien où parfois on n’hésite pas à sacrifier des enfants pour rédimer les péchés aux dieux païens comme Moloch.
  • « Il ne faut pas atteler ensemble un bœuf et un âne » (Deut. 22.20)  car le travail est pénible pour deux animaux de force inégale attelés à la même tâche. Dans le même livre on peut lire : « ne muselle pas le bœuf qui bat le blé, C’est l’empêcher de manger de ce blé qu’il voit constamment devant ses yeux pendant son travail. »
    Bref, on parle d’égalité des bêtes dans une société foncièrement inégalitaire où l’esclave lié à la terre et l’homme libre qui ne s’est donné la peine que de naître sont aussi éloignés que l’homme de la bête.
  • « Tu ne dois pas voir l’âne de ton frère ou son bœuf s’abattre sur la voie publique et te dérober : tu es tenu de les relever avec lui » (Dt. 22,4 ). Et dans le livre de l’Exode (23,5) on peut lire : « Si tu vois l’âne de ton ennemi succomber sous la charge, tu n’as pas le droit de l’abandonner, mais il te faut prêter la main pour le décharger ». L’amour que tu dois porter aux animaux doit être  plus fort que la haine que tu dois porter à ton ennemi, quand la souffrance d’un animal est en jeu. L’animal a droit à notre sollicitude en tant que créature divine et nous n’avons pas à le laisser souffrir, il y va de la « fraternité » humaine des fils de l’Eternel !

Il convient de noter que ces textes ont été diffusés il y a plus de trois mille ans. Ceci nous donne une indication précise de l’avance du Judaïsme sur les civilisations environnantes d’alors. C’est pourquoi il est recommandé de replacer chaque texte de la Torah dans son contexte historique et sociologique. Au moment où le Judaïsme proclame la valeur de la protection de l’animal, le monde était plongé dans l’obscurité morale. La vie humaine n’avait aucune valeur. Le Judaïsme proclame l’interdiction de faire souffrir un animal (Chabbath 28b) alors que les hommes s’entretuaient uniquement pour vivre.

La tradition orale est intarissable sur le sujet. Pourquoi ? Parce que parler des rapports aux animaux et de la violence envers eux c’est parler de la violence sociale, de cette banale oppression des hommes auquel on s’habitue au point de maltraiter les bêtes. Le chien qui mord a souvent un maître qui le frappe et… qui mord !

  • On peut lire dans le Talmud (Sanhédrine 38a) : « Les animaux ont été créés le 5e jour, l’homme le 6e jour seulement, ceci afin qu’il ne puisse pas s’enorgueillir sur ses frères inférieurs qui l’on précédé dans l’œuvre divine ». Dans le traité Kétouboth yérouchalmi (4,8) on lit également : « On n’a pas le droit d’acheter un animal avant de lui avoir  préparé au préalable sa nourriture ».
  • Le midrache à son tour,  apporte sa contribution à la protection de l’animal. Le midrache Rabba (Chémoth 31,8) commente : « Regardez cette homme il, porte une gerbe sur son dos et son âne le suit dans l’espoir de la manger. Et voilà que cet homme entre dans l’écurie et dépose la gerbe à un endroit inaccessible à l’animal. N’est-il pas cruel d’agir de la sorte ? d’éveiller un espoir dans le cœur de l’animal et ne pas le satisfaire ? »
  • Le plus grand Maître de la Michna, son compilateur, Rabbénou Haqadoche, a été puni par l’Eternel, pour ne pas avoir pris en pitié un veau qui s’était échappé de l’abattoir, qui s’était réfugié auprès de lui et qu’il avait renvoyé en disant : »Va, tu as été créé dans ce but » ( Baba Métsia, 5)

Le judaïsme légifère même en faveur de l’âme de l’animal et non seulement pour qu’il ne subisse pas de douleur physique.

Pour terminer, rappelons que la chasse en général et la chasse à courre, en particulier, sont absolument interdites ; c’est « faire souffrir les animaux pour son plaisir ». (Avoda zara, 18b)

Quand on prend connaissance de toute cette théorie comment comprendre les sacrifices en général ? On espérait beaucoup plus de spiritualité dans les cérémonies au Temple !

Eloge de la nourriture
 Il faut savoir que le Temple au début de la formation du peuple hébreu constituait l’administration centrale pour tout le peuple. Le Temple est le siège de la justice, de l’économie, de la santé. Détruire le Temple au temps des Romains revient à mettre fin à l’existence des Hébreux en tant que peuple.

Dans le Temple vivaient de nombreux Cohanim. Ces derniers étaient constitués en sections et  effectuaient un service obligatoire au Temple. Chaque Cohen appartenait à une section chargée de maintenir le  service au Temple. Il fallait donc les nourrir. Les sacrifices leur étaient destinés à l’exception d’un seul, appelé Ola (holocauste) qui était consumé entièrement.

Or il y a un lien entre la consommation de viande et le sacrifice… Toute la théorie du Judaïsme concernant la nourriture se trouve résumée dans le Sacrifice du Temple. Ce dernier est appelé Qorbann qui dérive de la racine Qarov signifiant s’approcher. Celui qui apporte un sacrifice manifeste par cela le désir de se rapprocher de l’Eternel c’est-à-dire de s’amender, de verser dans la droiture, la morale, l’éthique, la bienveillance, etc. Il en est de même pour la signification de la nourriture dans le Judaïsme. C’est pourquoi il est précédé par l’ablution des mains, par une prière particulière en fonction de ce l’on mange. Pour le Judaïsme  toute la création est sacrée et attribue une fonction spirituelle à une action apparemment profane. Se nourrir est un acte sacré. Le Judaïsme dit : « la table sur laquelle en mange est identique à l’autel sur lequel on dépose le sacrifice » Se nourrir donc est un acte religieux et profondément spirituel. On mange comme on vit, en rendant grâce à D. ou en se goinfrant.

Pour le Judaïsme, le sacrifice  est un moyen pour exprimer un retour à une vie morale, tout en permettant aux Cohanim  (les Prêtres) de se nourrir.

Le sacrifice païen, quant à lui, avait pour but de calmer la colère d’une divinité. Il n’y avait pas de viande qui ne soit pas sacrifiée aux dieux païens dans l’antiquité. On « mangeait ses dieux ». Voilà pourquoi la cacheroute, pour ne pas participer à ce paganisme qui avait étal sur rue. Pour marquer la différence. Le dieu grec inspirait la peur. Les hommes devaient faire en sorte de ne pas provoquer sa colère c’est l’objet du sacrifice. Le Dieu des Hébreux ne peut être identifié à rien et n’a  besoin d’aucun sacrifice.

Le Judaïsme veut des hommes qui se dominent et ne succombent pas à la tentation. En résumé, les sacrifices d’animaux sont tout d’abord l’expression de l’hommage rendu par l’homme à son créateur. Ils expriment aussi le désir d’élévation spirituelle.  Le roi David, dans les Psaumes, exige la pureté morale  et spirituelle pour approcher le Sanctuaire : «  je pénètre dans ton sanctuaire avec crainte » (Ps 5, 8)  « Qui peut monter sur la montagne de l’Eternel ? Celui qui a les mains propres et le cœur sincère » (Ps 24, 3-4). Les Prophètes sont aussi clairs: «  L’obéissance à l’Eternel  vaut mieux qu’un sacrifice, et la soumission, que la graisse des béliers » (I Samuel 15, 22).

Observons maintenant de quoi il s’agit d’un point de vue éthique et social.

On ne pêche jamais seul
Concernant le pardon accordé par les sacrifices notre Sidra semble monter graduellement. D’abord la Torah nous dit : « si c’est prêtre oint, qui a péché, au détriment du peuple ». Puis « Si toute la communauté d’Israël commet une erreur, de sorte qu’un devoir se trouve méconnu par l’assemblée, que celle-ci contrevienne à quelqu’une des défenses de l’Éternel et se rende ainsi coupable » et enfin : « Si un prince a péché ».

Chaque fois que le prêtre (littéralement : Ha-cohen ha-machia, le « prêtre-messie-oint d’huile ») ou toute la communauté pèche l’enjeu, cela prend une valeur symbolique pour tout « le peuple » ou « l’assemblée ». A plus forte raison s’il s’agit d’un nassi, c’est-à-dire un « prince » censé conduire et montrer le chemin à sa tribu. « Nassi » c’était le titre donné au dirigeant du Sanhédrin par exemple ou à Rabbi  Yehuda qui a compilé la Mishna vers 220 !

Toutes ces expressions nous montrent,  que le péché rédimé par les sacrifices du Temple ne sont pas une réalité individuelle mais collective. Le péché n’est pas une vague culpabilité individuelle mais une faute qui blesse la collectivité et les liens d’affection qui l’unissent. Celui qui commande doit montrer l’exemple sinon c’est toute la communauté qui pourrit. Une mauvaise pomme dans un panier de bonnes contamine les autres et pas l’inverse ! Si l’exemple des prêtres, de tout le peuple, des princes, juges… est mauvais c’est toute la communauté qui s’en inspire selon l’adage « on a les politiques qu’on mérite ! ». Ce que je fais, ce que tu fais entraîne tout Israël solidairement dans son alliance ou la rupture avec l’Eternel.

Quand on lit attentivement comment sont formulés les différents cas de péché on remarque le conditionnel pour les deux premiers : « Si le prêtre-oint a péché », « Si toute la communauté d’Israël commet une erreur»… mais le troisième cas concernant le nassi n’utilise plus le conditionnel : « Quand le nassi pêchera… ». Le Prince fera forcément le mal. La Torah constate ce fait : on ne peut pas briguer le pouvoir sans avoir quelques cadavres sur son chemin… La méfiance de la corruption inhérente au pouvoir est devenue comme la seconde nature des hakhamim. Le Pirqé Avot en témoigne : « Celui qui utilise la dignité du pouvoir en tombera » disait Hillel à l’époque d’Hérode le Grand qui avait fait alliance avec Rome (Pirqé Avot 6, 13) bref celui qui se sert au lieu de servir tombera tôt ou tard … Chémaya disait : « aime le labeur (mélakha), déteste l’honneur d’être un maître (rabanoute), et ne te fait pas voir parmi les puissants. » (Pirqé Avot 1, 10).

Le sacrifice agréable à Dieu, c’est un cœur brisé
Le grand-prêtre « appuiera sa main sur la tête du bouc » ; l’individu « appuiera sa main sur la tête de l’expiatoire », cette répétition montre que le sacrifice vise à réduire au plus possible la distance avec le Saint. Pour lui parler panim al panim , « visage contre visage », comme Moïse. Cette réalité est la même que celle de la orla (prépuce) de la circoncision ou celle de l’arbre. Il s’agit d’enlever ce qui fait obstacle, avec le Saint. C’est pour cela que le Grand-prêtre marchait pieds nu sur des dalles de marbre dans le Temple à Kippour. Ces signes extérieurs sont bien sûr le signe d’une réalité intérieur ce qui doit être « circoncis », proche de D. c’est le cœur.

Le taureau, la chèvre puis le bélier du sacrifice est choisi « tamim », sans défaut. Le mot est répété dix fois comme les dix paroles de la création ou les dix commandements. Il s’agit donc de rétablir l’alliance, de récréer l’homme (Dieu n’a nulle besoin de sacrifices !!!) en donnant ce qui nous est le plus cher, le meilleur, la bête sans tâche. Il s’agit de frustrer notre désir primaire, oral, celui de manger pour nous rendre vulnérables à la Parole de l’Eternel et aux autres. N’oublions pas que tous les biens des sacrifices du temple, les bêtes comme la fleur de farine, à la base, sont des biens consommables.

La Torah constate cet enfermement de notre désir sur nous-même qui va circulairement de nous à nous même en utilisant D. et les autres à notre service au lieu de les servir. Elle nous demande de donner le meilleur de ce que nous désirons, notre nourriture pour nous oublier au moins un peu. Le sacrifice est pédagogique. Comme vous le savez le Temple est détruit et le « sacrifice des lèvres » a remplacé ceux du Temple. Les mitsvoth, elles aussi sont notre pédagogue, elles éduquent notre désir pour qu’il devienne oblatif, qu’il se tourne vers l’Eternel et les autres. Vivre devant D. au lieu de se regarder vivre .

C’est le sens de « L’Éternel appela Moïse, et lui parla… » et du « Parle aux enfants d’Israël et dis-leur… »… des réalités orales. Le stade oral est le premier stade du développement du désir, celui du petit enfant avec sa mère qui veut se nourrir. L’homme est invité à quitter ce qu’il a de plus cher, comme dans le jeûne sa subsistance pour écouter l’Eternel et non plus sa petite voix intérieure qui lui dit qu’il est le plus beau, le centre de sa communauté et de l’univers. Rachi, mais aussi de nombreuses sources talmudiques et du Midrache nous disent que l’on n’entendait la voix de D. que dans la Tente d’assignation. Ce qui veut dire que l’homme doit se détourner de lui-même et revenir à l’endroit ou D. lui parle, à l’intérieur de lui-même. Alors il peut écouter une autre voix que la sienne et parler au nom du Saint.

Comme dit le psaume : « les sacrifices [agréables] à Dieu, c’est un esprit contrit; un cœur brisé » (Psaume 51, 19). Ce que réclame D. c’est notre cœur pas seulement nos sacrifices extérieurs ou les mitsvoth même si sans eux nous sommes incapables d’entrer dans la pédagogie de Dieu. Mais nous devons aller plus loin. Un autre psaume lui répond : « Tu ne souhaites ni sacrifice ni oblation, tu m’as percé des oreilles [pour entendre] tu n’exiges ni holocaustes ni expiatoires. Aussi je dis: Voici, je viens ! (hiné bati) » » (Ps 40, 7-8). Dieu exige le cœur. Nous-même. L’Eternel veut celui qui pratique la mitsva avec cœur, nishma.

Le temple a été détruit mais nous devons désormais offrir à l’Eternel le « sacrifice des lèvres »

11 commentaires sur « SIDRA de VAYIKRA, « Il appela », 5 Nissan 5773 »

  1. Il y a un contraste flagrant entre les préceptes admirables qui concernent le respect et les soins dus à l’animal et les sacrifices: Ceux -ci ne sont -ils pas un résidu de pratiques païennes? les bêtes sacrifiées dans le Temple, le bouc émissaire lâché dans le désert la veille de kippour et chargé de tous les péchés du peuple de Judée, et de nos jours encore ,je ne sais si cela persiste, l’hécatombe de poulets abattus dans chaque foyer pour en délivrer les membres de la famille (du plus âgé au plus jeune) de tous leurs péchés, le mouton abattu à Pâques en souvenir du sacrifice d’Isaac….Dieu a-t-il besoin de toutes cette souffrance qui lui est dédiée en offrande.?..Ma mémoire est faillible , n’est-ce pas le prophète Isaïe, ou peut -être Jérémie, qui dénonçaient ces pratiques barbares,disant que Dieu étaient saturé par les fumées des graisses qui montaient jusqu’à lui . Si un jour le Temple est reconstruit, j’espère que l’on en éliminera toutes ces souffrances et cette cruauté infligées à des créatures innocentes.

  2. Merci pour ce beau rapport. J´ai une question au sujet de pess´h, fête pastorale traditionnelle qu´il est dit de consommer avec des herbes améres et de l´azyme.

    Sur un forum de chrétiens qui se prétendent être israélites parce qu´ils croient que yeshou ben Myriam incarne la divinité des hébreux, on me dit qu´on ne peut plus manger de pessa´h parce que ces ovins d´un an sans déformation et sains, choisis pour chaque famille le 10 nissan et saigné entre les 2 soirs du 14 et du 15 nissan, devaient l´être exclusivement par le cohen gadol du temple.

    C´est faux, voilà ma conviction. Cet ovin n´était pas un sacrifice mais un repas festif célébrant l´indépendance d´un ramassis de gens en fuite et le shäshter passait dans chaque famille qui avait besoin de son service pour que le pessa´h soit saigné habilement dans l´enclos de la famille.

    Auriez-vous, Didier, une parole tranchante que je pourrais transmettre? sans ignorer que mon point de vue est celui des sépharades.

    ´Hag samea´h

    1. L’agneau pascal était sacrifié le jour de la préparation par le cohanim du Temple. Il était lié aux sacrifices du Temple pour que chaque famille de pélerins aient assez pour celélbrer cette fête agraire de pélerinage de Printemps. Les sacrifices sont arrétés depuis le 9 av de l’an 70. Le seder de Pessah est le témoin de cette antique liturgie du Temple. Il manie donc la symbolique biblique des herbes amer, de l’eau salée, de l’os (6ème élément de l’assiette) qui rapelle l’agneau… en rappel de la libération d’Egypte vue comme un mythe fondateur de la niassance d’un peuple.
      Mais il est bien clair que la Haggadah évoque des témoignages des Hakamim de l’époque de la seconde guerre judéo-romaine 135. Par exemple, quand on dit que les disciples viennent chercher les maîtres pour le Chema du matin, c’est parceque ceux-ci étaient cachés dans des grottes. Il y a donc une relecture et une actualisation complète du mémorial de la libération d’Egypte. Pharaon en situation, c’est Rome.
      Peut-on manger de l’agneau lors du repas qui suit le seder? J’ai aussi entendu ce point de vue partagé par des ashkénazes et des sefarades disant qu’on ne peut pas en consommer. Mais Gérard Haddad m’a dit lors de ce seder que ce point de vue n’était pas fondé. A ma connaissance il n’y a pas de passage dans le choul’han Haroukh l’interdisant. L’enjeu fondamental est que chacun sache qu’il est personnellement sorti d’Egypte comme dit la Haggadah.
      La nuit du Séder, chacun est tenu d’accomplir deux obligations par ordre de la Torah :
      – Consommer la matsa
      – Raconter la Haggada : raconter pour soi et à ses enfants la sortie d’Egypte.
      et trois par décision rabbinique:
      – Consommer les herbes amères : même après la destruction du Temple, on continue à consommer les herbes amères, cela vient des hakhamim.
      – Les quatre coupes de vin
      – Consommer le ‘harosset
      Aprés, je ne suis pas compétent en matière de Halakah, je ne saurais donc prendre parti dans ce débat. Il y avait à ma table des séfarades et des ashkénazes avec des plats traditionnels assez différents : Tarama et bouillon de poulet aux boulettes de viande et… Msoki tunisien. Mais c’est bien le même seder où participent le riche et le pauvre (Eliaou hanavi), l’ashkénaze et le séfarade, l’éthiopien et le russe. Et puis il y a aussi des traditions familiales vénérables…

  3. Merci pour votre explication, Didier.
    Cependant je reste sidérée:
    – Qu´est-ce que vous appelez « jour de la préparation »?
    – Les gens ne pèlerinaient vers Yerushalaîm que le lendemain de ´hag pessa´h, pour la sainte convocation du 15 nissan.
    – Nulle part dans l´ écriture, je ne trouve une trace de méchoui pour lesquels les gens se seraient déplacés vers Yerushalaîm!

    4. Moshè 28 v. 16 – 23.

    1. La Torah dit ceci à propos de l’agneau de Pessah (Exode 12), « Au dixième jour de ce mois (Nissan), que chacun se procure un agneau pour sa famille paternelle, un agneau par maison. […] Vous le tiendrez en réserve jusqu’au quatorzième jour de ce mois; alors toute la communauté d’Israël l’immolera vers le soir. »
      L’usage de la préparation n’est pas dans la Torah. On le connait par les sources de l’époque (ex: Jn 19, 14). A l’époque du second Temple La « Préparation de la Pâque « , se déroulait le 14 nisân, à l’heure où les agneaux devant servir au repas pascal étaient immolés dans le Temple. A ce moment le hamets, le levain, avait été nettoyé des maisons et les Juifs apportaient leur « pâque » (un agneau ou un chevreau) à sacrifier dans le Temple. Beaucoup de gens montaient à Jérusalem avant la fête de la Paque pour se purifier (Jn 11, 55).

  4. j’ai fait un commentaire concernant les sacrifices, il est toujours en attente de modération, pourtant il est daté du 23 Mars…quelle en est la raison?

  5. Merci, DL.

    Sommes-nous d´accord pour conclure en disant que la permission d´utiliser les abattoirs du temple était donnée aux pèlerins venus se purifier avant ´hag ha-pessa´h, mais que chacun continuait- dans la tradition pastorale- à faire le méchoui pascal chez soi, où qu´il habite?

      1. Cela montre qu´il y avait beaucoup de confusion, DL.

        Ce changement de pratique s´explique t-il par l´incompétence des rois hasmonéens et iduméens à faire régner l´ordre?

        Et par l´insouciance des cohanîm qui n´étaient plus de la lignée prescrite -depuis l´assassinat du grand-prêtre Yohanan (= Onân 3?) pour faire respecter la loi mosaîque?

        `Hag ha-pessa´h n´est pas une fête agraire mais une fête pastorale, c´est-à-dire d´éleveurs de troupeaux nomades – donc des montagnes!

        Alors qu´en plaine les gens fêtaient traditionnellement ´hag ha-matzot, laquelle est une fête agraire, c´est-à-dire relative aux champs, à la terre, au sol – donc aux céréales.

        Ce n´était pas aux cohanîm de saigner les pessa´hîm! Ils devaient s´occuper des affaires sacerdotales du temple, pas de la chechita ordinaire.

        Finalement, cette confusion fit disparaître le sens de ´hag ha-pessa´h, DL:

        – La notion temporelle d´ »entre les 2 soirs » disparait, puisque les offrandes perpétuelles s´offraient dès le matin pour se consumer lentement jusqu´au matin suivant.
        +
        – Le rituel du marquage de chaque habitat par le sang sur l´hysope devient impossible puisque le sang ne peut pas être transporté
        +
        La préparation de l´ovin « entier, la tête sur les entrailles » est rendue caduque puisque les cohanîm retenaient l´épaule pour eux-mêmes.

        Bref, c´est alors la corruption par la religion.
        Revenons au goût des fêtes champêtres plutôt…

  6. Bonjour
    SIDRA de VAYIKRA, « Il appela », 5 Nissan 5773
    est ce que le livre de Vayikra commence toujours au début de Nissan?
    est ce que Vayikra commence toujours en Nissan?
    est ce que Vayikra peut commencer le 15 Nissan?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s