Les religions dans la République

Mairie du 16ème hier soir, débat sans concession entre Haïm Korsia , Grand Rabbin de France, Chems-Eddine Hafiz, Recteur de la grande mosquée de Paris, le père Marc Rastoin, Jésuite et grand intellectuel français …
Débat animé par Valérie Toranian directrice de la Revue des 2 mondes. Introduction de Francis Spiner, maire du 16ème.
Organisé par Babeth Ariane Zweibaum et le Bnai’Brith (loges Anne Franck et Hillel).

Une étonnante convergence des points de vue juif, musulman et chrétien éclairés sur la place des religions dans la République, la place et l’honneur dus à la femme, la lutte contre l’extrême droite multiforme, la lutte contre le racisme, contre les radicalismes religieux incultes perfusés de pétrodollars, la justesse de la loi Veil, le ménage à faire par rapport aux abus sexuels dans les religions, la globalisation des religions (Christianisme, Islam)… un dialogue rare.
Une alliance des modérés, pleine de bon sens et d’intelligence, humaine.
La fraternité des enfants d’Abraham à construire inlassablement.
Exclure, opposer, fractionner ? ou construire un monde ensemble ? Avons nous vraiment le choix.
Bientôt live sur Akadem.

Un commentaire sur « Les religions dans la République »

  1. Cela me rappelle l’émission « Les Enfants d’Abraham » diffusée sur Direct 8, le père Alain de La Morandais, le grand rabbin Haïm Korsia et le regretté Malek Chebel qui échangaient, avec la franchise, le respect et l’humour qui les caractérisaient, sur douze questions essentielles mêlant société et religion, dont : juifs, chrétiens et musulmans croient-ils au même Dieu ? Est-il raisonnable de ne pas croire en Dieu ? Les religions n’ont-elles pas toujours justifié la violence tout en prêchant la paix ? Quelle doit être la place des religions dans un Etat laïc ? Liberté individuelle et volonté divine sont-elles compatibles ? Quelle place la religion accorde-t-elle à la sexualité ? Dieu et l’argent font-ils bon ménage ? Qu’est-ce qui nous attend après la mort ?
    En prise directe avec la réalité d’aujourd’hui, les auteurs démontraient que le dialogue entre chrétiens, juifs et musulmans, les « enfants d’Abraham », etaient plus que jamais nécessaire et surtout possible.

Laisser un commentaire