Didier LONG au CEJ : « Histoire des sépharades, des conversos et de leurs descendants »

Hier au Centre Européen du judaïsme en présence de l’ambassadeur du Portugal en France et des directrices du MUSEE ANU de Tel Aviv (photo) Pierre Mamou a inauguré l’exposition

Représentantes de ANU Museum of jewish people, Tel Aviv

« Histoire des sépharades, des conversos et de leurs descendants »

Pierre Mamou est responsable de l’Institut de recherches marranes au sein de l’Institute for Sephardi and Anoussim Studies de Netanya pour l’Europe.

Joël Mergui, président du CEJ a introduit les deux interventions de témoins, la mienne et une autre, très intéressante, sur les généalogies juives, de l’Espagne à Livourne en passant par les registres de l’Inquisition.

Les descendants de conversos sont aujourd’hui estimés à 200 millions de personnes dans le monde par Reconectar (voir ici). Principalement en Amérique latine, en Amérique du Nord et en Europe. Des personnes qui ont une « ascendance juive significative » remontant à l’époque de l’Inquisition en Espagne et au Portugal et dont beaucoup se sentent aujourd’hui une « âme juive » ou veulent se reconnecter avec une mémoire traumatique et des gestes souvent hérités de leurs ascendants sans qu’ils en connaissent le sens.

Je fais aussi parti du board de Zera Israël, une association qui œuvre à reconnecter les descendants des séfarades avec leur héritage.

Guy Sabbagh, communauté juive de Bastia
Didier Meïr Long

Laisser un commentaire