« Sotah » de Naomi Ragen

IMG-20140125-00150Dans la Bible, le mot sotah  désigne la femme soupçonnée d’adultère (Nombres 5, 11-28). Dans le Talmud, un traité entier appelé Sotah est consacré à la question de l’infidélité conjugale. Ce trés beau livre de Naomi Ragen raconte la vie de trois soeurs, femmes dans le milieu haredi.

Les Reich, famille juive ultra-orthodoxe, de huit enfants vivent modestement à Jérusalem à Mea-Shearim. Le père un homme pieux et bon étudie et enseigne toute la journée. C’est la mère, une force de la nature, qui comme cela est fréquent dans ce milieu, gagne l’argent du ménage et tient le foyer. Dvora l’aînée, se marie tardivement (à vingt ans!) via un marieur décrit au portrait inénarrable avec un élève de Yeshiva peu attirant mais gentil dont elle apprendra progressivement à apprécier les qualités.
C’est surtout Dina, la cadette, que le lecteur suivra pas à pas. Ravissante et fragile, elle se marie à 17 ans, sans enthousiasme, avec Judah Gutman, un menuisier de vingt-six ans, géant timide et maladroit. Peu après son mariage, la jeune femme se laisse éblouir par Noah Saltzman, un voisin peu scrupuleux, membre de la même communauté. Elle est bientôt accusée d’adultère par la Brigade des moeurs qui sévit clandestinement dans son quartier. Sa vie bascule.
Pour éviter qu’un scandale jette l’opprobre sur sa famille, elle est contrainte de quitter les siens sans un mot. Elle devient aide ménagère dans une famille juive assimilée de New York, qui ignore tout de son histoire. Malgré la gentillesse de sa famille d’accueil, elle peine à vivre dans cette société qu’elle perçoit comme individualiste, tournée vers la consommation et les loisirs. Une société radicalement différente de celle qu’elle a connue.
Dans ce roman, Naomi Ragen fait pénétrer le lecteur au coeur même du milieu juif ultra-orthodoxe et le confronte au monde moderne. Elle dépeint avec tendresse, cette société soudée, respectueuse de valeurs fortes et n’hésite pas à dénoncer le fanatisme de certains groupes, les injustices et les abus, tout particulièrement en ce qui concerne le statut de la femme.

NaomiDec2004-02L’auteur : Naomi Ragen, née en 1949 à Brooklyn (New York) dans une famille juive orthodoxe. étudie la littérature anglaise, la philosophie et l’histoire à la City University de New York. En 1968, elle rencontre son mari, pratiquant comme elle, étudiant en mathématiques. En 1971, le couple décide de s’établir à Jérusalem. En 1989, elle publie son premier roman Jephte’s Daughteroù elle décrit le malaise qu’elle ressent à vivre dans un quartier qui devient de plus en plus rigoriste. Elle reçoit alors des centaines de lettres de femmes qui l’encouragent, lui demandent des conseils et lui apportent leur témoignage. C’est en 1992, avec son deuxième roman Sotah, qu’elle obtient la reconnaissance du grand public avec plus de 200000 exemplaires vendus aux Etats-Unis et en Israël.  Depuis, elle a écrit cinq autres romans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s