Accueil > Holocauste > Berlin – Grunewald, GLEIS 17

Berlin – Grunewald, GLEIS 17

(Photos d’Olivier Long)

BERLIN – GRUNEWALD

A l’ouest de Berlin entre L’Olympia Stadion qui a accueilli les jeux olympiques nazis de 1936 et le Centre des Congrès où sont rassemblés plus de 2000 migrants des guerres du Moyen Orient curieusement nommé « Läger » (Camp) par les vigiles qui en gardent l’entrée on trouve une petite gare de banlieue nommée BERLIN GRUNEWALD.

UNBEKANNT

Cette charmante petite gare est peu fréquentée par la majorité des berlinois. Elle fait pourtant partie des six gares de banlieue qui ont desquels sont partis des trains quotidiens pour Riga, Theresienstadt, Auschwitz… et Unbekannt. Mot qui signifie en allemand « inconnu ».

Au début les convois sont des convois d’une trentaines de personnes, irréguliers. A la fin de la guerre les convois sont quotidiens et par milliers de personnes.

RAILS VERS NULLE PART

Alors que les autres voies permettent au berlinois de rejoindre le centre de Berlin d’un coté et son Jardin Zoologique… de l’autre côté le Terminus de la voie est la gare de la station balnéaire Wannsee (Là où se déroula la conférence qui décida de la Solution finale).

Mais Gleis 17, quai 17, le quai est silencieux. Les rails sont cassés, les arbres envahissent la voie. On monte les marches d’un quai dont on comprend qu’il ne mène nulle part.

 

Au sol devant les maisons d’où sont partis les juifs on trouve un petit mémorial en laiton.

Mais Israël n’oublie pas ce que nous répétons à Pessah :

A pas aveugles de par le monde

Ces lignes de Leib Rochman dans A pas aveugles de par le monde me viennent à l’esprit :

« Seules demeuraient les ombres. On ne peut les gazer, et les balles ricochent contre elles : on les voit donc déambuler en rasant les murs ou les trottoirs. Des gens marchent sur elles, mais elles glissent sous leurs pieds et continuent leur route. On ne peut les saisir. »

S. le narrateur  dans une sorte de rêve éveillé après guerre perçoit tous ces morts qui reviennent et le supplient, le happent, ne veulent pas être oubliés, revenus des « Plaines » (c’est ainsi qu’il appelle les camps de concentration) redoutés des vivants qui ont peur de leur retour et veulent les oublier.

« Il s’arracha, arracha sa tête des bras invisibles qui l’enlaçaient. Debout il les dominait.
Un murmure se répandit : ‘‘Il s’en va.’’ »

Il médite sur son monde englouti en à peine cinq ans.

«  Et toutes ces générations d’hommes qui s’étaient unis à leur femmes ? Où était la semence qu’ils avaient plantée dans le corps de leurs épouses ? Cette semence était perdue, elle n’avait abouti nulle part. Des enfants morts d’avance dans le ventre des mères brûlées. »

Suite  ici

Catégories :Holocauste
  1. sarment
    4 juin 2017 à 09:07

    Un grand merci pour ces photos si émouvantes .

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :