Yirmiyahu Yovel « L’aventure marrane : Judaïsme et modernité »

Casa de Sefarad – Cordoba

Janvier 1492, Grenade tombe. L’Espagne à son zénith achève la Reconquista en chassant les arabes. Fin mars 1492, par l’Edit d’expulsion, les juifs qui ont financé la guerre sont chassés d’Espagne par Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon.  Juin 1492,  la couronne lance ses vaisseaux à la conquête de l’Amérique. Pour les juifs, le 31 mars c’est donc la valise ou la conversion… ou le cercueil. Certains fuient au Portugal. 100 000 personnes fuient la péninsule ibérique vers Livourne en Italie, plaque tournante vers la Turquie, le Hollande, la Tunisie, la Sardaigne et la Corse. Beaucoup périssent en mer. Des enfants sont livrés sur une île aux bêtes sauvages. D’autres se convertissent au christianisme. Ils seront bientôt rattrapés par les « lois de la pureté du sang » et l’inquisition qui pourchasse ces « nouveaux chrétiens » malgré les injonctions papales. Les buchers tournent à plein régime, la délation est généralisée, les prisonniers écoutés dans leurs cachots. Torturés.

Synagogue de Cordoue
Synagogue de Cordoue (Détail)

Les marrannes sont ces juifs convertis, conversos ou ‘nouveaux chrétiens’ qui ont tenté de maintenir leur identité face à l’inquisition espagnole puis portugaise. Certains juifs ne veulent pas quitter le pays où leurs pères vivent depuis 1400 ans (voir photo de la synagogue de Cordoue). Ils vont continuer à pratiquer en secret leur religion ; ces marranos, « porcs » en castillan, feignent de travailler le shabbat (trop), d’aller à l’église (sans regarder les statues…), ils font le signe de croix en marmonnant : «shakets teshaktsenu», « que cela te fasse horreur », en hébreu, ils sanctifiaient le shabbat en vénérant sainte Esther… découverts ils sont enfermés sans motif par l’inquisition au cours d’une justice uniquement à charge qui les amène peu à peu à avouer par la persuasion ou la torture. Le but, au bout de longues années, les faire abjurer, puis les livrer à la vindicte publique en leur faisant porter le san bénito accusateur tout en marchant pieds nus sous les quolibets (voir la photo de cet habit prise à la casa de Sefarad à Cordoue cet hiver), on les conduit au bucher.

« Diverses manières dont le Saint Office fait donner la question »,
Bernard Picart (1673-1733) (Madrid, Biblioteca National).

Le plus célèbre marrane est sans aucun doute Baruch Spinoza à Amsterdam, la Jérusalem du Nord. Yovel avait déjà écrit un « Spinoza et autres hérétiques » qui est comme la préface de ce nouveau livre.

San bénito que portaient les condamnés

Le livre de Yirmiyahu Yovel, de Princeton, qui  a enseigné à l’université de Jérusalem et à la New School University de New York publie en France L’aventure marrane : Judaïsme et modernité. (2011) paru sous le titre original : The Other Within («l’Autre dedans»). Il y analyse la subjectivité marrane.

Yovel décrit le processus identitaire marrane, le fait que ces nouveaux chrétiens recomposent une identité complètement nouvelle, par fidélité à leurs racines juives. Il réfléchit sur l’« autre intérieur », l’identité multiple, la subjectivité scindée, l’illusion de l’identité homogène.

Mais mieux encore, Yovel raconte qu’il reste de nombreux marranes, ces juifs secrets comme à Belmonte au Portugual.

Il  montre comment ces conversos qui, chassés par les religions se sont investis dans ce monde sont des précurseurs de l’âge moderne.  Il affirme que la sécularisation moderne est le fruit de l’indifférence au judaïsme comme au christianisme de certains d’entre eux et de l’importance accordée aux « choses de ce monde »…  il décrit « un discours ironique et des modèles de communication clandestine fondés sur l’allusion et le double langage »

Certains choisissent le couvent ! comme Thérèse d’Avila ou Jean de la Croix… La subjectivité religieuse moderne, l’intériorité, sont les fruits de ce marranisme moderne, de cette identité intérieure cachée. Nombre d’auteurs de romans picaresques, Cervantès, Montaigne sont des marranes.

Ainsi que l’écrit Yovel :

« L’Autre juif, qui s’était auparavant confronté du dehors à la société chrétienne, en était désormais une composante interne, sans avoir rien perdu de son altérité, ni vis-à-vis de la société qu’il accueillait ni souvent dans la perception qu’il avait de lui-même»,

Je rencontre personnellement de nombreux marranes. Combien sont les descendants de ces marranes aujourd’hui ? Nous sommes sans doute des millions.

Faites-moi parvenir vos témoignages, je les publierai.

Note : Voir ici sur le site du Seuil 

Il faut aussi lire : Daniel Lindenberg, Destins Marranes : L’identité juive en question (2004) et le désormais classique Histoire des marranes de Cecil Roth (1998)

Accusation de l’Inquisition
Livre d’Inquistion

5 commentaires sur « Yirmiyahu Yovel « L’aventure marrane : Judaïsme et modernité » »

  1. Oui, je partage votre avis : nous sommes sûrement des millions de marannes… qui s’ignorent ! D’ailleurs, je vous recommande ce roman historique : Le dernier Kabbaliste de Lisbonne de Richard Zimler. Une preuve matérielle ? Notre-Dame d’Amiens… Je travaille actuellement à l’étude iconographique de l’extraordinaire façade occidentale de la cathédrale d’Amiens (qui abrite une vénérable relique : le chef de Saint-Jean Baptiste) : 3000 sculptures et aucune scène de crucifixion ! Par contre, bon nombre de références au judaïsme et à la Kabbale ! Il y figure notamment, dans une scène abordant le thème du péché originel, la figure de Lilith, tentatrice d’Adam, pourtant étrangère au christianisme (mais bien connue des kabbalistes). J’ai la conviction, depuis quelques années, que nous devons l’iconographie de ce merveilleux temple gothique au souffle du judaïsme ! A Amiens, 22 rois (reconnus comme non-historiques) couronnent la façade occidentale de Notre-Dame : ils représentent les 22 lettres hébraïques et appellent à maîtriser l’Art Royal… C’est-à-dire à étudier la Kabbale, au autrement dit à privilégier l’Esprit à la lettre des Écrits. N’est-ce pas ce que préconisait Jésus ? N’était-il pas un kabbaliste ? Et comme tout Kabbaliste, ne connaissait-il pas l’origine de la Parole Perdue ? ; la Sagesse égyptienne (présente également à Amiens !)… Pour cela, lire le « difficile » Pharaon Juif (de Messod). Enfin, je m’apprête, cet après-midi, à savourer votre ouvrage : Jésus de Nazareth, Juif de Galilée… Merci pour votre travail salutaire. Fraternellement. Arnaud.

  2. Petite précision sur mon post précédant… Quand je fais référence à certaines cathédrales gothiques et à leurs références judéo-chrétiennes certaines, je ne sous-entends pas qu’elles sont l’oeuvre de Marannes (il y aurait anachronisme !). Je pense tout simplement que les « auteurs » de ces fabuleux monuments étaient très certainement de véritables judéo-chrétiens ! C’étaient donc des « marannes » d’avant l’heure ; mais des « marannes libres », c’est-à-dire non contraints par les dogmes ; faut-il y voir là une origine probable aux guildes de libres maçons, celles-là même qui ont couvert l’Europe d’un blanc manteau de cathédrales ? Si vous en avez l’occasion, visitez le portail occidental de Notre-Dame d’Amiens et constatez par vous même, qu’elle est une véritable Bible de pierre où l’Ancien et le Nouveau Testament se sont intimement liés sous la Rose… Ego dixi !

  3. Importante remarque qui permet de compléter la présentation lacunaire de l’iconographie chrétienne qui doit tant au judaïsme et à ces nouveaux chrétiens qui ont souffert et vécu comme le montre Yirmiyahu Yovel leur identité juive comme un déchirement intérieur profond.
    Patricia Trojman Les sources hébraïques de la joie chez Spinoza ed Septentrion
    UHLCA Université Hébraïque Libre de la Côte d’Azur

    1. Excellent, je serai ravi de publier un de vos textes sur ce blog sur Spinoza par exemple.
      Bien à vous,
      Didier Long

  4. Ma grand-mère paternelle s’appelait « Francès » ce nom d’après certains chercheurs, serait d’origine juive Espagnole ou Portugaise (a mon avis plutôt Espagnole).
    La légende familiale nous a transmis la même information.
    J’ai fait des recherches généalogiques, depuis le début du 18 iéme, tous les membres de cette famille, installée dans le Sud-Ouest de la France, sont répertoriés comme catholiques (baptêmes…) bien que profondément laïcs.
    Qui est marrane qui ne l’est pas…difficile à dire et surtout à savoir, après plusieurs siècles…
    Le doute subsiste et subsistera certainement toujours pour certains…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s