Pourquoi il est interdit de blesser un étranger (guer)

Outre le devoir d’aimer tout homme en Israël (tu aimeras ton prochain comme toi-même), le Juif a une mitswa particulière, répétée avec insistance dans la Tora, d’aimer le guèr. D-ieu, lui-même, manifeste une prédilection particulière à son égard : Il aime le guer (Dévarim-Deutéronome 10, 18; Rambam, Déhote 6, 4)…

L’injonction est répétée 4 fois dans la Torah c’est dire son importance. Un psaume le dit brutalement (Tehilim 146, 9) :

יְהוָה שֹׁמֵר אֶת גֵּרִים יָתוֹם וְאַלְמָנָה יְעוֹדֵד וְדֶרֶךְ רְשָׁעִים יְעַוֵּת

l’Eternel est le gardien des étrangers, soutient l’orphelin et la veuve, tandis qu’il bouleverse le chemin des pervers.

Il est interdit à tout Juif de tromper son prochain dans les affaires d’argent : Chacun ne lèsera pas son frère (Wayiqra -Lévitique 25, 14), ou de l’offenser par des paroles : Chacun n’offensera pas son prochain (Wayikra -Lévitique 25, 17); il est donc interdit par ces mêmes versets de tromper ou d’offenser le prosélyte, inclus dans les termes son frère et son prochain. Mais en outre, la Torah dit :

כ וְגֵר לֹא-תוֹנֶה, וְלֹא תִלְחָצֶנּוּ:  כִּי-גֵרִים הֱיִיתֶם, בְּאֶרֶץ מִצְרָיִם. 20 Tu ne contristeras point l’étranger ni ne le molesteras; car vous-mêmes avez été étrangers en Egypte.
כא כָּל-אַלְמָנָה וְיָתוֹם, לֹא תְעַנּוּן. 21 N’humiliez jamais la veuve ni l’orphelin.
כב אִם-עַנֵּה תְעַנֶּה, אֹתוֹ–כִּי אִם-צָעֹק יִצְעַק אֵלַי, שָׁמֹעַ אֶשְׁמַע צַעֲקָתוֹ. 22 Si tu l’humiliais, sache que, quand sa plainte s’élèvera vers moi, assurément j’entendrai cette plainte

Dans trente-six versets, la Tora nous rappelle que nos relations avec le converti doivent être particulièrement chaleureuses (Baba Metsia 59b).

Le Talmud comme Maïmonide dans son Mishné Torah affirment que quiconque offense ou lèse un converti transgresse trois interdictions de la Torah : deux concernant de façon générale les rapports entre Juifs, et une relative au prosélyte (Baba Metsia 59b; Rambam Mekhira 14, 15-16.)
Enfin, dans la troisième bérakha du Chemonè Êsré, nous prions D-ieu que sa miséricorde s’étende entre autres sur les prosélytes de justice, les gueré tsedek, et nous les incluons parmi les justes du peuple d’Israël.

Celui qui n’aime pas l’étranger ne peut tout simplement pas être juif.

Un commentaire sur « Pourquoi il est interdit de blesser un étranger (guer) »

  1. Immensité

    Les galaxies immenses écoutent les merveilles
    De ce qui dépasse l’humain dans sa petite vie.
    L’homo sapiens avec sa culture s’émerveille
    De voir que l’Univers est là dans l’espace infini.

    Le scientifique extrait une goutte d’ivresse
    Dans son raisonnement logique. Car le bleu
    De l’azur est lumière de l’azote qui caresse
    Sa tête subtile ornée de l’esprit de Dieu.

    Mais il reste un bipède dont la folie incurable
    Le fait végéter sur terre misérablement où il boit,
    Et où il exprime dans son langage misérable

    Les sottises de sa vie dont Dieu, de sa prunelle,
    Saisit la vacuité pitoyable. Avec la Sagesse on voit
    Que l’âme du Sapiens ne mérite pas la vie éternelle.

    jehan esmile moyne de la boissière de rosny
    31 XII 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s