L’Origine de la barbarie, Maïmonide

L’origine de la violence

maimonide

Statut de Maimonide à Cordoue

En matière de barbarie Maïmonide en connaissait un rayon. Toute sa vie est une fuite face à la persécution. On peut dire que Maïmonide est le premier juif caché, ce que seront les marranes des siècles suivants. Il naît à Cordoue sous la dynastie tolérante des Almoravides en 1138 mais à 13 ans sa famille doit fuir vers Fès où se trouve le fief des Almohades, l’Etat islamique de l’époque qui a envahi Cordoue, des fanatiques qui imposent la conversion à l’Islam ou la mort violente par décapitation. Maimonide fuit à Fès… le siège des Almohades ! y devient professeur à l’université d’Al Quaraouiyine, probablement imam, juif caché. Comment le sait-on ? Simplement parce que quelques années plus tard, au Caire, Maimonide sera accusé d’apostasie de l’Islam devant un tribunal islamique (Source : Haïm Harboun, Maïmonide pourquoi l’Egypte ?). Ce qui lui vaut la dénonciation des médecins égyptiens et…. de membres de la communauté juive qui l’accusent de vivre en conversos. Maïmonide s’en tirera.
Reconnu comme l’un des plus célèbres herboristes et phytothérapeutes de l’époque, il devient médecin de la cour des Fatimides à Fostat (Le Caire de l’époque), médecin attitré du secrétaire de Salah El Din (Saladin), le  vizir Al-Fadhil puis du sultan Salah-Al-Din.
Dans son Guide des égarés le Rambam, un des plus grands esprits de tous les temps, s’interroge, sans animosité quand on connait son histoire personnelle, sur l’origine de la barbarie. Il écrit (en arabe avec des lettres hébraïques car les juifs ne devaient pas utiliser la langue du Coran) :

Ces grands maux que les hommes s’infligent les uns aux autres, à cause des tendances, des passions, des opinions et des croyances, découlent tous d’une privation ; car ils résultent de l’ignorance, c’est-à-dire de la privation de la science. De même que l’aveugle, à cause de l’absence de vue, ne cesse de se heurter, de se blesser et de blesser aussi les autres, quand il n’a personne pour le conduire dans le chemin, de même les partis d’entre les hommes, chacun selon la mesure de son ignorance, s’infligent à eux-mêmes et aux autres des maux qui pèsent durement sur les individus de l’espèce (humaine). S’ils possédaient la science qui est à la forme humaine ce que la faculté visuelle est à l’œil, ils seraient empêchés de se faire aucun mal à eux-mêmes et aux autres car la connaissance de la vérité fait cesser l’inimitié et la haine »

Plus loin Maïmonide relisant Isaïe (11, 6-8) et sa prophétie de l’agneau vivant en paix avec le loup et le léopard avec la chèvre aux temps messianiques indique que le sujet même de la vraie connaissance est D-ieu lui-même. Il ajoute :

« Ils ne se feront aucun mal, aucun ravage sur ma montagne sainte ; car le terre sera remplie de la connaissance de D-ieu, comme les eaux couvrent le fond de la mer (Is 11, 9). Sache bien cela. » (GDE, traduction de Munk, page 435).

L’homme sans science, sans l’étude, est donc dangereux non seulement pour les autres mais aussi pour lui-même, il n’est pas protégé de sa propre barbarie.

Maïmonide était non seulement un érudit juif mais aussi un des plus grands philosophes aristotéliciens de sa génération et l’un médecins les plus renommés de son temps à Cordoue puis à la cours de Saladin au Caire. Etudier et pas seulement religieusement, car on peut aussi être un âne bigot qui répète des mantras sans comprendre ! pour comprendre la nature ultime du monde phénoménal est la meilleure protection contre la barbarie. « Sache bien cela » souligne le Rambam.

Maïmonide premier juif du secret dans le monde musulman (cf. les marranes)

Moïse Maïmonide dira quelques années plus tard dans « l’épitre au Yemen » aux juifs persécutés de feindre la foi musulmane tout en restant juif. (La Halakha ne nous oblige en ce cas à ne risquer la mort qu’en cas d’idolâtrie, d’adultère ou de meurtre). Il écrivait à des juifs du Yémen vivant sous le joug musulman et qui étaient forcés de dire des prières musulmanes à la mosquée :

Si un homme veut appliquer les 613  commandements en secret,  qu’il les applique et il ne  commet aucune faute – sauf s’il lui arrive de profaner le Shabbat sans y être  contraint, et on ne  l’y  contraint pas parce que le décret actuel  n’oblige personne à une action mais seulement à des paroles.  D’ailleurs nos oppresseurs sont conscients que nous ne croyons pas à ces paroles qui ne sont prononcées que pour nous sauver du roi pour  l’apaiser par des paroles verbales. Quiconque se fait tuer pour ne pas reconnaître la mission prophétique de cet homme [Mahomet], il sera dit de lui  qu’il a fait ce qui est droit et bon,  qu’il recevra une grande récompense et parviendra à une dignité supérieure car il  s’est sacrifié pour la sanctification du Nom,  qu’il soit béni et exalté ; mais à celui qui vient nous interroger pour savoir  s’il doit se faire tuer ou reconnaître [la mission prophétique de Mahomet], nous lui répondons :  qu’il reconnaisse [Mahomet] et ne se fasse pas tuer ; mais  qu’il ne reste pas dans le royaume de ce roi et qu’il demeure dans sa maison  jusqu’à son départ.  S’il doit faire des travaux manuels,  qu’il les fasse en secret. Car on n’a jamais vu une persécution aussi merveilleuse où l’on ne vous impose que des paroles. Il  n’apparaît pas dans les paroles de nos maîtres, de mémoire bénie,  qu’ils dirent : « plutôt se faire tuer que de transgresser, et  qu’on ne dise rien [sous la  contrainte] même si [ n’est exigée] aucune action »[1].

On peut dire que Maïmonide est le premier juif caché, ce que seront les marranes des siècles suivants.

[1] Maïmonide, Épître de la persécution, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1993.

Un commentaire sur « L’Origine de la barbarie, Maïmonide »

  1. Bonjour Cher Didier Long,
    vous êtes de toute évidence, tout comme moi, un descendant et un héritier de ces juifs espagnols qui ont migré en Corse, maintenant très peu nombreux. Votre prescience de l’existence de Yahwéh a attiré mon attention, et moi qui initialement n’était qu’un mathématicien classique adorateur et aveuglé par la logique grecque, je suis dorénavant tout comme vous dans l’attente du Yom Ha Gadol qui va enfin clôturer notre pauvre existence Terrestre. Je ne partage pas l’opinion du Rambam, bien que je respecte au plus haut point ses écrits et son discernement subtil, du reste j’applique chaque jour certains de ses conseils. Pour ce qui est de l’origine dela haine, il est complètement évident que Victor Hugo et le Rambam se sont trompés (errare humanum est, sed perseverare diabolicum), car ce n’est certainement pas l’acquisition de la culture qui efface le pouvoir de méchanceté et de haine, car les nazis et les cosaques en furent hélas de bons exemples.
    Je serais très heureux de faire votre connaissance, car je pourrais alors vous parler du TSELEM et du DEMOUTE, si cela vous intéresse toutefois.
    Cordialement,
    Dr XXXXXXX, Ph.D., survivant de la Shoah, mathématicien américain retraité pas encore Alzheimer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s