‘Ressources’ humaines

 

Je suis intervenu ce matin au  cours d’une conférence menée par Pierre Marie Argouarc’h (DRH de la Française des Jeux) auprés d’une trentaine de DRH de grands groupes au sein d’un Think tank appelé « Mouvement Génération RH », un mouvement qui réuni 450 membres. Les objectifs du mouvement sont les suivants :   

  • Un lieu de formation, d’échange de bonnes pratiques
  • Une instance de réflexion de haut niveau
  • Le moyen d’augmenter le niveau de professionnalisme de ses membres
  • Un réseau interactif, Think tank entre DRH et leur 360° interne et externe
    MGRH est l’un des 4 clubs dirigés Edgar Added le patron de RH&M un organisme indépendant de formation, spécialisé dans le domaine des Ressources Humaines et du Management. Il m’avait déjà demandé d’achanger autour d’une table ronde devant 350 DRH de grands groupes lorsque j’avais publié mon « Manuel de survie spirituel dans la Globalisation » avec Jean-Hervé Lorenzi (Cercle des économistes). Il a le don pour lancer des idées stimulantes du type : « le DRH du 3ème millénaire »… tout le monde accourt pour voir la bête…
  • J’ai donc présenté une réflexion à partir de « Capitalisme et Christianisme » selon cette trame :
       

    1- D’où vient le capitalisme ? 

    •  La « Civilisation du capitalisme » (Schumpeter) de quoi parle t-on ?
    •  Les monastères médiévaux, 1ère économie de production et des méthodes modernes et rationnelles de management
    •  L’invention de la ville, l’émergence de l’économie de « marché » et les instruments financiers modernes
    •  Une vision économique et politique : capitalisme et démocratie
    • La globalisation du monde
    • La révolution industrielle et l’idéal égalitaire
    •  l’émergence de l’Asie

    2- Quels enjeux en terme de ressources humaines ?

    •  Comment sont nées les valeurs et éthiques du capitalisme, que reste-t-il ? Les enjeux dans nos organisations et nos entreprises de cette longue histoire de la « Civilisation du capitalisme »
    • Le capitalisme et les entreprises… une affaire de croyance
    • L’humain et les interactions sociales, coeur du moteur de l’entreprise
    • La démobilisation et la fragmentation, quelles stratégies d’entreprises ?
    • Enjeux personnels et collectifs
    • Manager dans la crise

    Des questions trés intéressantes  de la salle : 

    • Question d’une DRH originaire du Sud Est asiatique et bouddhiste : le capitalisme s’est développé au sein du Christianisme, mais quid d’un développement en Chine et en Asie en dehors de toute réference judéo-chrétienne (parole donnée, mise au service de la création de bien au service de la société…) ?
    • Les conceptions de la personne et de la société (bouddhisme, Confucianisme) sont-elles des enjeux pour le développement des entreprises, l’adhésion à un projet personnel et collectif ?
    • Comment réintroduire du collectif dans des sociétés/entreprises individualistes ? 
    • La mise en réseau des entreprises, la transparence de l’information due aux nouvelles technologies n’est-elle pas en train de modifier radicalement les rapports de pouvoir (n’importe quel salarié est informé avant ses supérieurs hiérarchiques) au sein des entreprises et plus profondément les modes de relations entre individus ?

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

      

      

    Capitalisme et Christianisme, les faits

    Manager en temps de crise

    European Business School, 25 mars à 18h au Centre de Conférences MICROSOFT France

    avec :

    • Eric Boustouller, Président,Microsoft France. Vice-Président,Microsoft International.
    • Maurice Thévenet, Professeur au CNAM et à Essec Business School. Auteur de “Manager en temps de crise”.
    • Didier Long, Président, EUCLYD, cabinet de conseil en stratégie Internet. Ancien moine bénédictin. Auteur de “Capitalisme et Christianisme”.
    • Eloi Duverger, Membre du Comité de Direction de Groupama (EBS 85).
    • Alain le Bagousse, Directeur en charge des partenariats stratégiques, Right Management France.

    Animateur de la Conférence :

    Antoine Cormery, Journaliste, France 24.

    A quoi croyons nous ? La fraternité ou l’argent ?

    Moines de citeaux travaillant – XIIe siècle

    Interview de Véronique Alzieu dans le revue Dirigeants-chrétiens

    Qui sauvera la Civilisation du capitalisme ?

    La crise que traverse le capitalisme occidental n’est pas seulement une crise économique mais plus profondément une crise de la civilisation du capitalisme qui succéda à Rome. Sortir de la crise oblige à résoudre des questions qui dépassent l’économie et dont paradoxalement seuls les chefs d’entreprises sont aujourd’hui capables.

    Lire l’article paru dans la Revue RH&M de janvier 2010: RH&M Capitalisme et christianisme

    Fréquence Protestante « Parcours sociologique »

    Philippe Arondel recevait Didier Long ce samedi 09 janvier pour son livre Capitalisme et Christianisme, 2000 ans d’une tumultueuse histoire, de 17h15 à 18h  

    >>> écouter l’émission

    La grande illusion: n’attendons pas du capitalisme qu’il se moralise de lui-même

    Réconcilier vertu et économie, amener les mécanismes financiers à davantage de transparence et moins de cupidité… La perspective est tentante. Mais peut-on réellement croire en la capacité de la crise à moraliser le système capitaliste de l’intérieur ? Un article de Caroline Castets dans le Nouvel Economiste.

    Feuilleter l’article du nouvel économiste

    Capitalisme et christianisme, Valeurs actuelles, nov.2009

    Une recension de Christine Murris dans « Valeurs Actuelles »

    Capitalisme et christianisme, discussion avec Thierry Crouzet

    Nous nous sommes rencontrés avec les blogueurs Thierry Crouzet (qu’on ne présente plus dans la blogosphére!)du blog « le peuple des connecteurs« , Isabelle et  phyrezo ce samedi dans un café à Montparnasse pour partager autour des idées développées dans « Capitalisme et christianisme »

    Voici quelques uns des thèmes débattus avec passion !

    La fin de l’esclavage et l’égalité démocratique au Moyen Age Didier Long Thierry Crouzet
    C’est grâce au christianisme qu’aprés l’effondremnt de l’antique empire romain, l’esclavage a disparu en occident à partir du VIIème siècle. Cette civitas cristiana a permis le développement de la première société basée sur des énergies non humaines, fondant le capitalisme et la démocratie égalitaire tels que nous les connaissons encore aujourd’hui en occident.

    Avant-première : feuilletez « Capitalisme et christianisme » sur Calaméo

    capitalisme et christianisme
    La démocratie a-te-lle besoin du capitalisme ? On en parle sur le Blog de Thierry Crouzet : J’y vais !

    L’hypercapitalisme né dans les années 80 s’écroule sous nos yeux. Enrichissant les riches et ne laissant aux plus pauvres que les miettes du festin il fonctionnait sur un espoir d’hyperconsommation des classes moyennes, à l’infini. La vie à crédit, devait financer la bulle. Le crack du crédit en 2008, brusque retour à la réalité, a brisé ce rêve.

    Il n’est pourtant pas inévitable que la « Civilisation du capitalisme » se termine dans le chaos. Car cette civilisation, née du rêve d’égalité des citoyens d’Athènes que les stoïciens vont étendre à l’humanité tout entière, va fusionner avec l’utopie fraternelle juive et apparaître concrètement dans les monastères au moyen âge. Ces premières ‘World companies’ seront les premières sociétés de production capitalistes, des pauvres volontaires partageant la richesse de manière égalitaire. Au XIIIe siècle, les ordres mendiants nés avec les villes en pleine expansion, épouseront à leur tour ‘dame pauvreté’. Ils seront les premiers théoriciens de l’économie moderne, réfléchissant à la manière de mettre la richesse au service du bien commun. Contrairement à ce qui est souvent dit, cette période du Xe-XVe siècle voit en occident un accroissement constant de la richesse par habitant sans précédent depuis Rome.

    La révolution industrielle portée par l’ « esprit du capitalisme » de la Réforme, la liberté d’entreprendre et les Lumières poursuivra cet élan. L’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité chrétienne est donc fondatrice de la Civilisation du capitalisme. Sans le judéo-christianisme ces valeurs n’existeraient pas. La naissance d’une classe moyenne et de corps politiques intermédiaires est le fruit de l’enrichissement généralisé produit par le capitalisme. A la lumière de cette histoire, la cupidité et le cynisme n’ont rien à voir avec la Civilisation du capitalisme. L’hypercapitalisme n’en est que la perversion. Si nous voulons sauver la démocratie et réinventer un capitalisme à visage humain, nous devons donc répondre à une seule question : « A quoi croyons nous ? ». La fraternité ou l’argent ?