Lekha Dodi, viens mon Bien-aimé

Viens, mon Bien-aimé, au-devant de ta fiancée, Le Chabbat paraît, allons le recevoir!

Rembrandt, La fiancée juive

« Observe » et « souviens-toi », ces mots, le D.ieu unique
Nous les fit entendre en une unique parole,
L’Éternel est Un, Un est son Nom,
A Lui Honneur, Gloire, Louange!
(Refrain: Viens…)


Empressons-nous à la rencontre du Sabbat,
Il est la source de bénédiction,
Consacré dès les temps les plus lointains,
But de la Création dans la première pensée du Créateur…
(Refrain: Viens…)


Sanctuaire du grand Roi, Ville Royale,
Debout, relève-toi de tes ruines !
Assez séjourné dans la vallée des pleurs :
Tu es Source des miséricordes du D.ieu miséricordieux.
(Refrain: Viens…)


Secoue la poussière, debout !
Remets tes habits de fête, ô mon peuple.
Grâce au fils de Yichaï de Bethléhem,
Mon âme voit s’approcher d’elle le salut.
(Refrain: Viens…)


Réveille-toi, réveille-toi,
Ta lumière brille, lève-toi, sois illuminée !
Courage, courage, entonne un cantique !
Sur toi resplendit la gloire du Seigneur.
(Refrain: Viens…)


Pour toi plus de honte, plus d’opprobre!
Pourquoi te troubler, pourquoi te tourmenter ?
Chez toi mon peuple, pour ses humbles enfants, trouvera un asile,
Et des ruines ressuscitera la Ville rebâtie.
(Refrain: Viens…)


Ceux qui l’ont dévastée, seront foulés aux pieds,
Et tous tes adversaires mis en fuite,
Ton Dieu mettra en toi sa joie,
Comme le fiancé dans sa fiancée.
(Refrain: Viens…)


Etends-toi à droite et à gauche,
Et glorifie le Seigneur,
Grâce à celui qu’on nomme le fils de Péretz,
Voici venir pour nous la joie et l’allégresse.
(Refrain: Viens…)


Viens en paix, toi qui es la couronne de ton époux,
Viens dans la joie, dans la félicité,
Au milieu des fidèles du peuple élu,
Viens, ma fiancée, viens, ma fiancée!
Refrain :
Viens, mon bien-aimé, au-devant de ta fiancée,
Le Chabbat paraît, allons le recevoir!

3 commentaires sur « Lekha Dodi, viens mon Bien-aimé »

  1. On pense souvent que Lekha Dodi est un chant consacré à l’accueil du Shabbat. Ce n’est pas le cas.
    Dans ses deux premières strophes (introduction) Lekha Dodi constate en effet que le shabbat arrive. Dans la dernière strophe enfin, Lekha Dodi accueille le shabbat, comme s’il ne pouvait faire autrement. Mais le corps du texte ne parle pas de shabbat, mais de Jérusalem.
    Ce chant est un chant de consolation de Jérusalem, qui doit encore passer un shabbat sans son peuple. Israël, le peuple, console sa ville Jérusalem, qui doit supporter encore un shabbat sans ses enfants, exilés.
    « Secoue la poussière, debout !  » … « Réveille-toi, réveille-toi », … « Pour toi plus de honte, plus d’opprobre! … Et des ruines ressuscitera la Ville rebâtie » … « Ceux qui t’ont dévastée, seront dévastés », …
    Lekha Dodi est le chant d’un époux qui console son épouse au seuil d’une épreuve qu’ils doivent traverser. C’est un devoir d’époux.
    Ce cantique éclaire sur la nature profonde du peuple juif et de sa relation à sa terre ainsi que sa relation à l’épouse. La Terre d’Israël n’est pas la mère (comme la mère patrie) d’Israël, mais son épouse.
    La mère, la mère nourricière, n’a que des devoirs envers ses enfants, qui la sollicitent sans fin. L’épouse en revanche est l’objet de toutes les attentions et de tous les égards. C’est le devoir du mari. Il suffit de lire le contrat de mariage religieux des juifs (ketoubba) pour comprendre que ce devoir de tendre protection est poussé à l’extrême et au delà (le mari s’engage en particulier, sans limite, sur tous ses biens et sur ceux de sa descendance … s’il ne peut s’offrir qu’un manteau il est pour sa femme, …)
    Cette notion de relation à la terre, non comme un droit, mais comme une source de devoirs, est centrale. C’est pour cela probablement que le peuple juif est le seul à être né et à s’être développé en dehors de sa terre. Comme un époux naît et se développe en dehors du lien à son épouse, le peuple juif est né en Égypte (nous sommes les derniers égyptiens de l’époque des pharaons) et s’est développé dans le désert, avant d’épouser sa Terre d’Israël, une terre qui vomit ses occupants (Lévitique 12:25) s’ils n’accomplissent pas leur devoir envers elle.

Laisser un commentaire