Le désir d’éternité chez Qohélet, à la poursuite du vent

 

Qhoélet (l’homme de l’assemblée- qal en hébreu, c’est à dire un quidam sans nom, entre John Doe et mister Nobody) est le maître des formules ramassées. Sa poésie, attribuée au roi Salomon, toujours très psychologique contient des influences stoïciennes (comme le Pirké Avot), en quelques mots, des formules lapidaires.

sculpture

Alberto GIACOMETTI (1901-1906), L’Homme qui marche I, 1959-1960

On lit ces versets magnifiques chez Qhoélet au chapitre 3, tout est dit :

י רָאִיתִי אֶת-הָעִנְיָן, אֲשֶׁר נָתַן אֱלֹהִים לִבְנֵי הָאָדָם–לַעֲנוֹת בּוֹ. 10 J’ai observé la besogne que Dieu a assignée aux fils d’Adam pour se fatiguer en efforts.
יא אֶת-הַכֹּל עָשָׂה, יָפֶה בְעִתּוֹ; גַּם אֶת-הָעֹלָם, נָתַן בְּלִבָּם–מִבְּלִי אֲשֶׁר לֹא-יִמְצָא הָאָדָם אֶת-הַמַּעֲשֶׂה אֲשֶׁר-עָשָׂה הָאֱלֹהִים, מֵרֹאשׁ וְעַד-סוֹף. 11 Il a fait toute chose excellente à son heure; il a mis aussi dans le cœur de l’homme l’éternité (aolam), sans quoi celui-ci ne saisirait point l’œuvre accomplie par Dieu du commencement à la fin.
יב יָדַעְתִּי, כִּי אֵין טוֹב בָּם–כִּי אִם-לִשְׂמוֹחַ, וְלַעֲשׂוֹת טוֹב בְּחַיָּיו. 12 J’ai reconnu qu’il n’y a pas de plus grand bien (tov) que de s’égayer et de se faire une vie bonne (tov)

Tout est dit du désir de l’homme.

  • La fatigue inépuisable d’exister.
  • Un désir sans mesure qui dépasse sa mesure.
  • La présence permanente de la fin potentielle qui limite ce désir. Nous marchons inévitablement sur les ruines des civilisations soi-disant immortelles qui nous ont précédés !
  • L’idée qu’une vie bonne (tov) est en soi un bien (tov) et que cette vie juste suffit.

« Nul homme n’est maître du vent (rouah’), capable d’emprisonner le vent. Il n’est point de pouvoir contre le jour de la mort »
(Qo 8, 8)

… dit il ailleurs, et pour qui n’aurait pas compris un dernier aphorisme :

  » Mieux vaut un chien vivant qu’un lion mort »
(Qo 9, 4)

 

Un commentaire sur « Le désir d’éternité chez Qohélet, à la poursuite du vent »

  1. Chana Tova! Une belle Année à vous et à vos proches. Merci, pour ces pages qui, au fil du temps, donnent si souvent du baume à nos coeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s